• Vannes et ses environs

     

    Vannes et ses environs


     

    Vannes, deux fois capitale de la Bretagne

    À deux moments de son histoire la cité Vannetaise a pris l’ascendant sur Rennes et Nantes. Sorti vainqueur de la guerre de Succession de Bretagne après son exil en Angleterre le duc Jean IV fit de Vannes sa résidence principale en 1379.

    Les deux autres cités ducales plus proches des frontières du duché, apparaissent plus vulnérables. Jean IV dota la ville d’une nouvelle enceinte comprenant le château de l’Hermine, une forteresse aujourd’hui disparue, dont le nom est toutefois usité pour désigner l’hôtel Lagorce, construit sur ses ruines au XVIIIe siècle.

    Une nouvelle impulsion fut donnée à la ville en 1675, avec l’exil pour quinze ans du Parlement de Bretagne[1] de Rennes à Vannes.

    La capitale bretonne venait d’être punie par Louis XIV pour sa participation à la révolte du papier timbré, engendrée par la mise en place de nouveaux impôts.


    La vraie croix tire son nom d’une relique de la croix du Christ, dont un fragment aurait été rapporté par un chevalier de retour d’une croisade. La légende raconte qu’il aurait été égaré par ce précieux morceau de bois, avant qu’il ne soit retrouvé dans le nid d’une pie, dont l’emplacement correspond à la chapelle du village. Pourtant, la relique de la Vraie Croix pourrait avoir été totalement inventée, et quand bien même la véritable croix aurait été conservée, le trafic de reliques fut tel au Moyen Âge, qu’avec tous les fragments prétendus de la Sainte-Croix, il serait possible de crucifier plus d’un condamné...


     

    Belle-Île, fut achetée en 1658 par le surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet qui réaménagea les fortifications du palais, possédait également la forteresse de Largoët près d’Elven.

     

    Petit précis de « Mégalithologie »

    Les mégalithes sont des monuments préhistoriques formés d’un ou plusieurs blocs de pierres, pouvant être de plusieurs types. Les plus courants sont les Menhirs, des pierres dressées qui constituent parfois des alignements comme à Carnac où on en dénombre près de 4000. Quand ils forment un cercle, ils donnent naissance à un cromlec’h. Sur l’île d’Er Lannic, deux enceintes circulaires de ce type ne sont que partiellement visibles en raison de la montée du niveau des eaux.


     

    Nombreux à Locmariaquer, les dolmens sont quant à eux des « tables de pierre » qui peuvent atteindre de grandes dimensions et former des allées couvertes. Ces sépultures collectives pouvaient être recouvertes d’un tumulus de terre et de pierre. On parle également de cairn pour désigner ces monticules de pierres, comme au Petit Mont à Arzon.

    Dans le Golfe du Morbihan, les extraordinaires gravures qui ornent l’intérieur du cairn de Gavrinis en font un lieu véritablement unique.

     

     

     

    © Le Vaillant Martial 



     



    [1] Parlement : Cour de Justice de dernier ressort sous l’ancien régime, également chargée de vérifier la compatibilité des actes royaux avec le droit local

    « Le KoboldLa route barrée »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :