• Nedeleg loened Kenebrazeg                                                                        Le Noël des animaux de Kenebrazeg

    Gwechall n’en doa ket daoulagad                                                              Autrefois celui qui n’avait pas d’yeux
    N’eo ket dall !                                                                                            N’était pas aveugle
    Hiziv en deus hag e wel ganto ...                                                               Aujourd’hui, il en a ...
    Oglenn an neñv hag an treuz                                                                    Et voit la vasque du ciel et le suroît.

    Ur wech e oa, ur wech ne oa ket, gwellchall-gozh, pell bras zo deus an dra-se. E miz kerzu e oamp, gant avel ha amzer c’hris, ‘barzh ur gêr war ar maez anvet Kenekrazeg. Ar mintinezh-se e-giz bemdez, ar mestr a oa da vat o teuler foenn d’ar vuoc’h hag ar voueta ar pemoc’h.

    Il était une fois, une fois il n’était pas ...Autrefois, il a très longtemps. On était en décembre venté et gris, dans une ferme appelée Kenekrazeg. Ce matin-là, comme chaque jour, le patron jetait du foin aux vaches et sa femme donnait la pâtée au cochon.

     

    Hag hi da lâret d’he gwaz a oa paseal dre ar porzh, ar forc’h war e skoaz :
    - Me ‘bat, hep re a zale, ‘vo da gwelet gant ar c’higer...da lârat gwir, deut ‘zo ur chupenn flour war ar loen. Da’m soñj e vo mat da rostañ ‘benn ‘vo tapet gouel Nedeleg.

    Ur gaouad avel en doa sklapet an nor deus ar voger, ha dastumet respont ar gwaz. Met, trawalc’h ‘en doa klevet ar pemoc’h, troc’het e naon dezhañ, aet e ao da’n em ledañ e korn ar c’hraou war ar plouz, kollet kalon gantañ, e zivskouarn war e zaoulagad bihan ruz.

    Et de dire à son mari qui traversait la cour, la fourche sur l’épaule :
    - Il me semble, que sans tarder, il faudra toucher deux mots au charcutier ... car vraiment, il a triple couenne sur la bête. À mon avis, il sera bon à rôtir pour les fêtes de Noël.

    Une rafale de vent avait jeté la porte contre le mur et emporté la réponse de l’homme. Mais le cochon en avait assez entendu. L’appétit coupé, il est allé s’étendre sur la paille dans le coin de sa soue, découragé, les oreilles rabattues sur ses petits yeux rouges.

     

    Goue-se, ar vaouez oa aet pelloc’h gant ur sailhad greun evit ar yer :
    - Pit ! Pit ! Pit !, ‘ hope hi dezho

    Ur hopadenn anve’et mat gant al loened pluñv ! Setu ar yer, ar c’hilhog, ar c’haniked da c’haloupat diouzhtu evit greunata pizh ar pourvez ledet war al leur ... nemet ar waz. Peogwir ar waz he doa ur bouezadenn c’hreun deus an dibad, flastret flour. Setu, e teue trankilik da zebriñ he « meuz ispisial ». Ur meuz, ouzhpenn-se, a zegase kalz jalouzi e-touez ar yer. Met ar mintin-se, ar vaouez a lâras d’ar mestr gant ur sell pizh war itron ar c’hlud, ar war wenn :

    - Ma ! A-Raok gouel Nedeleg, dav ‘vo gwelet gant tudjentil ar c’hastell. Sell, ar wwaz ivez zo deut dezhi ur chupenn vat dindan ar pluñv.
    - Ya, sur, a respont ar mestr.

    Puis l’homme s’en alla portant un seau de grains pour les poules
    - Pit ! Pit ! Pit ! Pit !, chante-t-elle pour appeler la basse-cour. Un couplet bien connu de ces bêtes à plumes.

    Aussitôt les poules, le coq, les canards d’accourir afin de picorer la provende étalée sur l’aire   ... sauf l’oie ...Car l’oie bénéficiait d’une cuisson de grain mitonnés, délicatement moulinés. Aussi prend-t-elle le temps d’avancer vers son menu spécial. Un menu qui de plus, lui devait bien des jalousies de basse-cour. Ce matin-là, d’un regard appuyé sur l’oie blanche, cette grande dame du perchoir, la femme dit au patron :
    - Ma ! Avant la fête de Noël, il faudra en parler aux nobles du château, regarde, l’oie aussi est bien dodue sous les plumes.
    - Bien sûr, répondit le maître.

     

    Paour –kaezh ! A-benn m’he doa klevet kement-se oa troc’het dezhi he flijadur da zont zebriñ ! Aet oa d’en em ledañ e korn al leur. An dour ‘teue en he daoulagad ‘benn ‘soñje pegen mat he doa bet klasket ar melc’hwed ‘touesk ar saladenn hep touch morse deus ar pezh na oa ket eviti ! Ha bremañ, hep tamm trugarez ebet evit he labour e vefe rostet ?
    - Ma doue !, lavare-hi dezhi hec’h-unannik,  hec’h-unanik, ha da sevel en un herradenn. Gortozit un tamming !

    Ha mont da gavout ar yer. Disoñjet ganti ar jalouzi kenetrezo ha da ziqplezañ ar pezh a oa oc’h ehan klevout :
    - Selaouit, selaouit ac’hanon mar plij. ‘Rabat deomp chom amañ peotramant e vo ganeomp !

    La pauvre ! À entendre cela, son bel appétit lui en est coupé. Elle alla s’allonger dans le coin de l’aire à battre. Les yeux noyés de larmes, en se rappelant combien elle avait cherché et avalé de limaces parmi la salade, sans jamais toucher à ce qui n’était pas pour elle. Et maintenant, sans merci pour son labeur, elle serait rôtie ?
    - Mon Dieu !, se dit l’oie et de se lever d’une pièce, attendez un peu. Et toutes jalousies ravalées, d’aller vers les poules et leur expliquer ce qu’elle venait juste d’entendre :
    - Écoutez, écoutez-moi, je vous en prie ! Il ne faut plus que nous restions ici, sinon, il en sera fini de notre vie !

     

    ‘Pad an amzer-se, ar mestr oa a lugañ ar « sac’h kerc’h » d’an azen ha d’ar gazeg, hag eñ lârat d’e wreg :
    - Bugale ar c’hastell a zeuio goude merenn da gerc’hat an azen hag gazeg evit mont da bourmen en-dro d’al lenn. Ha  feiz ‘vat ! ‘Michañs an taol-mañ ‘vo souploc’h al loened evit  ar wech diwezhañ ...
    An azen hag gazen ne lârent netra, nemet e oant o soñjal « Ar wech diwezhañ ? » Tud Yaounk ar c’hastell a dao piket ‘nezho gant ur bod-kelenn, graet dezho galoupat, hep tamm amzer ebet da beurién : didruez deuzouto... Setu ar pezh a oa da c’hoarvezout ....a c’hoarvezas !!! Gant un taol krenn, e oant bet sklapet ! Setu goude-se, evel-just, e oant da glenn d’ar peizant !
    « Morse ken n’afemp da bourmen ar yaounkiz-se », a lavar an azen hag ar gazeg, ha da sheiñ harz-diharz war mein ar c’hraou gant o c’harnioù houarnet.

    Tandis qu’il accrochait le picotin d’avoine à la tête de l’âne et de la jument, le patron dit à sa femme :
    - Les enfants du château viennent cet après-midi chercher l’âne et la jument pour se promener autour de l’étang. Ma foi ! Espérons que ce coup-ci, les bêtes seront plus douces que la dernière fois ...L’âne et la jument ne disent rien, mais n’en pensent pas moins. « La dernière fois ? » les jeunes du château les avaient piqués avec une branche de houx, les avaient fait courir sans leur permettre de brouter. Aucune pitié à leur égard ... Aussi, ce qui devait arriver  ... arriva ! D’un coup de rein, ils les avaient précipités dans l’étang. Qu’elle était froide l’eau du royaume des grenouilles ! Si bien qu’après évidemment, ils étaient venus se plaindre auprès du paysan !
    - Jamais plus, nous n’irons promener la jeunesse du château, se disent l’âne et la jument, et de taper ferme du sabot ferré sur la pierre de leur écurie.

     

    Pelloc’hik, ar vuoc’h a vleje :
    - Tennet ma leue bihan digannin e pelec’h ‘mañ ?
    Hag arc’hi, da chiplat kreñv, war bouez-penn :
    - Daou ! Daou ! Daou ! Ar mestr a-benn ‘vez droug ennañ a ra din taolioù botez. Ne fell ket din chom amañ pelloc’h !

    Un peu plus loin la vache meuglait :
    - Ils m’ont enlevé mon petit veau. Où est-il ?
    Et le chien d’aboyer à tue-tête :
    - Daou ! Daou ! Daou ! Lorsqu’il est en colère le maître me donne des coups de sabot. Je ne veux plus rester ici plus longtemps.


    Tud an ti, echuet al labour mintin ganto, oa aet da dommañ ‘kichen an oaled ha d’evañ ur bannig kafe ha da zebriñ ur grampouezhenn. Setu e-pad kafe-krampouezh an dud e oa bet klozet an afer gant al loened.

    Les gens de la maisonnée, le travail du matin terminé, étaient allés se mettre au chaud près de la cheminée pour boire un café et manger une crêpe au beurre. C’est dons pendant ce « café-crêpe » que les bêtes menèrent leur affaire.

     

    Ar pemoc’h oa lammet ‘maez deus e graou, ar vuoc’h ‘doa torret he mask, an azen hag ar gazeg o doa drailhet dor ar c’hraou gant taolioù kernioù houarnet, hag ar porzhiad yer en doa nijellet dreist an dreilhenn. Setu holl loened Kenekrazeg war an trimar, ar c’hi da heul, ar waz dirak, beg melenn ha penn savet ! Yen-ki oa an amzer gant kaoudoù avel greñv. Setu, al loened oa  aet trema ar c’hoad bras, da skoachañ dindan ar gwez. Goude un nebeud devezhioù, an erc’h gwenn en doa goloet an douar : pelec’h kavout un draig bennaket da lonkañ evit stankañ ar vouzellen-greuz oa gant pep hini ? Lein skañv oe bet an devezh-se. Naon du a oa deut dezho.
    - Dave o mon pelloc’h ‘lâr ar  waz, peotramant ‘benn ar mintin e vefomp skornet kalet e-giz maen.
    -Ya, ya ‘lavar al loened !

    Le cochon sauta hors de sa soue, la vache cassa son attache, l’âne et la jument brisèrent la porte de leur l’écurie de leurs sabots ferrés et toute la basse-cour vola par-dessus la grillage. Voilà toutes les bêtes de Kenekrazeg à l’aventure, le chien avec, et l’oie devant, bec jaune et tête haute. Il faisait un froid de canard, aiguisé par un vent en rafale. Aussi tous les animaux allèrent-ils s’abriter sous les arbres dans un grand bois. Au bout de quelques jours, la neige blanche recouvrit le sol : où dès lors trouver la moindre petite chose à avaler pour remplir la panse vide de chacun ? Le petit-déjeuner avait été léger ce jour-là. Une faim noire les tenaillait.
    - Il faut aller plus loin, dit l’oie, sinon avant le jour, nous serons gelés comme des pierres
    - Oui, oui, disent les bêtes.


    O zreid a vrode dantelezh war an erc’h gwenn. Met paour kaezh ! Ne-oa geotenn na greunnenn ebet da dennañ o c’halon ‘maez deus ar vizer ! An abardaez-se, an deñvalijenn he doa adtapet anezho tost deur ar gêriadenn. Kereunteun marteze ....Skoachet e oant e-kichen ur c’hleuz, ken dezho klevet, e-kreiz an noz, ar c’hleier o son
    - Gouel Nedeleg a zo hiziv, ‘lavar ar vuoc’h – hi oa ‘a ‘n hini goshañ deuzouto – ha da zisplegañ dezho petra a oa « oferennoù hanternoz pellgent gouel Nedeleg » evit an dud. En nozvezh-se, a lavar-hi e vez sonet ar c’hleier a-benn ‘vez echu o zeir oeferenn ganto. E mod-se emañ o boazzamantoù. Goude-se ez oant d’ar gêr, da festañ.
    Ma Doue ! Kement a naon o doa loened Kenekrazeg.
     

    Leurs pattes brodaient dentelle sur la neige blanche. Mais les pauvres ! Pas une herbe ni la moindre graine pour sortir leur cœur de la misère ! Ce soir-là, l’ombre les rattrapa près d’un village. Kerfeunteun, peut-être. Abrités près d’un talus, tout à coup, ils entendirent les cloches sonner au milieu de la nuit.
    - C’est la fête de Noël aujourd’hui, dit la vache – qui était leur aînée à tous – et de leur expliquer ce qu’était « les messes de minuit du réveillon de Noël des humains. Cette nuitée-là, dit-elle, ils font sonner les cloches quand s’achèvent leurs trois messes. Il en est ainsi dans leurs coutumes. Ensuite ils rentrent festoyer. »
    Mon Dieu ! Et elles, les bêtes de Kenekrazeg avaient si faim !

     

    An oferennoù echeut an dud aet d’ar gêr, an dorioù serret war an tier hag o festoù, al loened an eil war lerc’h d’egile a dostae deus ar vourc’hadenn.
        Les messes étant finies, les humains revenus chez eux, les portes fermées sur leurs maisons et leurs festins, les bêtes, à la queue leu leu, s’approchèrent du bourg.

     

    Degouezhet war ar blasenn, ar pemoc’h, naon dezhañ muioc’h evit ar re all, kazi sur !, a oa un tammig pelloc’h, ha da hopal d’ar re all goustadik :
    - Deuit, tostait. Gourzigor eo dor an iliz ha sklêrijenn enni ! Deuit da welet !
    - O ! ‘lâras ar re all dezhañ, kollet ‘peus ho penn ! Lakaat a rafec’h ac’hanomp ‘barzh an dañjer !
    -Riskl ebet a lavaras ar pemoc’h. Gwelit ...mont a ran da gentañ.

    Arrivés sur la place, le cochon – qui devait avoir plus faim que les autres – s’avança plus loin. Et de les appeler tout bas :
    - Venez, approchez. La porte de l’église est entrou’verte et elle est éclairée. Venez voir !
    -Oh répondirent les autres, tu as perdu la tête. Tu vas nous mettre en danger !
    -Aucun risque ! dit le cochon. Voyez ...  j’y vais le premier.

     

    Hañ, mont a ra ‘vat ...’n ur flipat un tammig met hep en diskouez ...Santout a ra da gentañ c’hwezh an ezañs hag ar mir, ober a ra ur paz en a-raok, bountañ an nor gant e fri, ha neuze e wel : Sant Herve hag e vleiz, sant Efflam hag e zragon, sant Brieg o flodañ gouzoug e azeneg, hag e-pad an amzer-se, bleiz sant Malo ouzh  he denañ. San Herbod ha san Edern a zo aze ivez, kaoz vras ganto etrekoad o c’hirvi ; santez Trifin ha santez Berc’hed o tiskenn deus o c’hezeg ha sant Kaourintin o vont hag o tont, e besk gantañ ‘barzh e zorn. Ha pet all : leun an iliz ganto. Ouzpenn, pep sant ha pep santez a oa  e loen d’e heul. Chomet eo ar pemoc’h gant e veg hag ar re all dostaat fonnus-fonnus. Kerkent, kanaouenn marvailhus an aeligoù o gouezhas deus an meévoù.

    - Nouel : Nouel Nouel war an douar (kantik)

    Il s’avance crânement ...en tremblant un peu mais sans le montrer  .... Il sent d’abord l’odeur de l’encens et de la myrrhe. Il fait un pas de plus. Pousse la porte du groin. C’est alors qu’il voit saint Hervé et son loup, saint Efflam et son dragon, saint Brieuc caressant la tête de son ânesse tandis que le loup de saint Malo la tête. Saint Herbot et saint Erden discutant entre les bois de leurs cerfs, sainte Trifin et sainte Brigitte descendant de leurs juments, saint Corentin allait et venait son poisson à la main ....Et combien d’autres : l’église était pleine. Chaque saint et sainte est accompagné de sa bête. Le cochon en reste coi et les autres aussi. Là, aussitôt, le chant merveilleux des anges les submergea depuis les cieux
    - Nouel : Nouel Nouel war an douar (kantik)

     

    Oferenn pellgent Nedeleg al loened, hag tud santel breizh a oa komañset. An holl a gane greiz galon ha heul an aeligoù, al loened ivez. E-kichen, war ar plouz e oa ur c’hrouadur bihan, e vamm hag e dad. Neuze, azen ha buoc’h Kenekrazeg da dostaat deuzoutañ ha da c’hwezhañ warnaén, evit adrommañ an hini bihan.

    La messe de Noël des animaux et du monde sanctifié de Bretagne avait commencé. Tous chantent de grand cœur avec les anges, les animaux aussi. À côté, à même la paille se trouvaient un petit enfant, sa mère et son père. Alors l’âne et la vache de Kenekrazeg s’approchèrent de l’enfant et se mirent à lui souffler dessus pour le réchauffer.

     

    An oferenn echuet, pep aelig en em lakaas da lodennaén ledean da bep hini, a bep seurt traoù lipous da zebriñ. Evel-just, ur meuz hervez blaz ha kreuz disheñvel ar sent hag al loened : foenn, c’hwrezh vat gantañ, greun fresk ha lijer, krampouezh ed-du, krampouezh gwinizh, gwastell ha kouignoù, avaloù ruz azv mat, kistin poazh, avaloù oranjez ...ha kalz a lipouzerezh all. O ! Pebezh plijadur dous evit loened Kenekrazeg diharazañ o naon kriz !

    Les messes finies, chaque ange s’est mis à distribuer largement à chacun plein de bonnes choses à manger. Évidemment un menu selon l’estomac ou la panse et les goûts différents des saints et des bêtes : du foin qui fleurait bon, du grain frais, sec e fluide, des crêpes de blé noir, des crêpes de froment, des gâteaux et des kouignoù, des pommes rouges bien mûres, des châtaignes cuites, des oranges ... et tant d’autres friandises. Oh quel plaisir ineffable pour les animaux de Kenekrazeg d’écraser la faim qui les torturait !

     

     A feiz ! Loened Kenekrazeh an noz-se o doa un doenn. Met goude, petra e teufont da vezañ An azen a gavas an tu da zisplegañ e anken da sant Brieg. Hag e yeas sant Brieg da gavout mamm ar mabig. Ur mousc’hoarzh a reas e-ser hejañ he fenn da lârat « ya ! »

     Ma foi ! Cette nuit-là, les animaux de Kenekrazeg avaient un toit. Mais après que deviendraient-ils ? L’âne s’était glissé près de saint Brieuc pour lui confier son angoisse. Alors saint Brieuc est allé s’entretenir avec la maman de l’enfant. Elle a souri en hochant de la tête pour dire « oui ». 


    Ar re all, aeligoù, loened, sent ha santezed, echuet ar pellgent hag ar fest ganto, a oa aet en-dro trema baradoz ar Vretoned, Tir-na-nÓg ...Avalon ... Bro an avaloù : baradoz ar Vretoned n’eo ket ar memes hini evel hini ar rest deus ar bed, evel-just. Na vefe plas d’an holl ‘barzh ur baradoz nemetken, kemend-all a sent hag santezeg a zo e Breizh ! Muioc’h er vro-mañ hoc’h-unan evit ar bed a-bezh ! Setu, aet e eoant en-dro trema Tir-na-nÓg, bro an avaloù ....

     Les autres anges, bêtes, saints et saintes, messes et réveillon terminés, s’en retournèrent vers Tir-na-nÓg...l’ Avalon ... Aval, la pomme ... ce pays des pommes : le paradis des Bretons qui n’est pas le même que celui des autres humains du reste du monde, évidemment. Il n’y aurait pas assez de place pour tous en un seul paradis tant il y de saints et de saintes en Bretagne ! Bien plus en ce pays à lui seul que dans le reste du monde entier ! Ils étaient donc tous repartis vers Tir-na-nÓg, l’Avalon, le pays des pommes ...

     

    Ma ! Deus ar mintin, ‘benn oa deut ar c’hloc’her da seniñ an añjelus, e oa chomet sabaturet krenn, peogwir en doa kavet holl loened Kenekrazeg tro-dro d’ar mabig Chezuz o c’hwezhañ warmañ, evit adtommañ anezhañ. Ha dibaoe, eo bet e-giz-se bep bloaz hag e vo e giz-se atav ha da viken, loened Kenekrazeg a vo en-dro d’ar mabig Nedeleg ha da virviken ec’h adtommfont anezhañ. Hag e vo giz-se a-hed an amzerioù

    Et voilà, le matin lorsque le bedeau vint sonner l’angélus, stupéfait, il découvrit toutes les bêtes de Kenkrazeg autour de l’enfant. Et elles soufflaient dessus pour le réchauffer. Depuis lors chaque année et il en sera toujours ainsi et à jamais : les bêtes de Kenekrazeg se retrouveront autour de l’enfant de Noël pour le réchauffer. Et cela, jusqu’à la fin des temps.

     

    Hag evel-just, morse biken ken, n’eus bet tamm kaoz ebet da rostañ anezho !
        Et bien sûr, jamais, plus jamais on a parlé ...de les rôtir !

    © Le Vaillant Martial 

     

     

     

                                                                                                                                                                                                                  


    votre commentaire
  • Liv an Amzer                                               La couleur du Temps

    Mignonned ker,                                           Mer chers amis
    Liv an amzer, war a seblant,                        La couleur du temps en apparence,
    ‘Zo ‘vont trema ar sklêrijenn                       S’ouvre à la lumière
    Evel-just, re goustadik evidomp                  Pour sûr, trop lentement pour nous
    Ha re strizh, re goustadik evidomp             Et trop étroit l’arc-en-ciel
    Barzh an oabl dozolet                                 Sous la voûte découverte

    Daoust pec homo kreñv                               Restera-t-il fort
    Avel ar virvidigezh                                      Le Vent de la vivacité
    Da c’hwezañ hon strijenn                            Pour souffler notre énergie
    War ar c’houmoul du, tu enep ?                   Sur les nuages noirs contraires

    Setu ! Dalc’homp spi                                    Voilà, gardons espoir
    Chomonp start ha tost                                Restons fermes et parcimonieux
    War dachenn ar yezh                                  Dans le domaine de la langue
    Ha pizh war holl vadour ar vro                    Et regardant aux biens du Pays

    Nedeleg laouen d’an Holl                             Joyeux Noël à tous
    Bloavezh mat fonnus ha frouezhous            Bonne année pleine de vie et fertile
    Buhez yac’h na nerzhus                               Franche et forte vie
    Da gas benn vat an hunvre foll !                   Pour mener à bout le rêve fou !

     

                                                                        © Le Vaillant Martial


    2 commentaires
  • Al lonker[1] 

    Emañ Jopig Karg-e-Doull[2] e ti ar medisin gant e zaouarn o krenañ. « Petra a vez evet ganeoc’h ? a c’houlenn ar medisin digantañ.

    -     Gwin, ha gwin nemetken, ken saotrert eo an dour d’an devezh a hirio, neketa, a respont Jopig.

    -     Ha pet litrad ar-a ganeoc’h bemdez ‘ta ?

    -     - O ! war-dro seizh pe eizh litrad, hag un tamming bihan muloc’h p avez tomm an amzer.

    -     Gast ! Setu, se ‘zo kaoz ma krenit kement-se ! An hanter re[3] a evit !

    -     - N’eo ket gwir ‘vat, Aotrou Medisin, skuilhañ a ran kalzig ivez ! »

     

    Le soiffard

    Jopig Karg-e-Doull est chez le médecin, les mains tremblantes. « Que  buvez-vous (habituellement) ? lui demande celui-ci.

    -     Du vin et du vin seulement. L’eau est tellement polluée de nos jours, n’est-ce-pas, répond Jopig.

    -     Et combien de litres consommez-vous par jour ?

    -     Oh ! environ 7 ou 8 litres, et un petit plus quand il fait chaud.

    -     Gast ! voilà, c’est à cause de cela que vous tremblez tant ! vous buvez la moitié trop !

    -     Ça ce n’est pas vrai, va, Docteur, j’en renverse pas mal aussi. »

    Devinette : Mr et Mme Gantarboeson viennent d’avoir une fille. Quel prénom vont-ils lui donner ?
    Réponse Collet (Kollet gant ur boesan[4] )

     

     

    © Le Vaillant Martial


    [1] Lonker (nom) : « qui avale, engloutit, absorbe » et, par extension « qui boit avec excès ». À noter aussi qu’en français local, on « avale » bien plus de choses qu’en français académique. Alors qu’ailleurs le nom que l’on cherche est « sur le bout de la langue », nous n’hésitons pas à l’ « avaler » carrément, comme en breton (konket em eus e anv). Nous « avalons ainsi la commission » quand on la mange ailleurs, ou on « bouffe la consigne » en français familier. C’est la traduction littérale du verbe lonkañ francisé qui, au sens figuré, correspond à « oublier », alors qu’en français d’école « avaler », correspond toujours au figuré, à « croire, admettre ».

    [2] Karg-e-doull : mot à mot, « celui qui charge son trou », Un soiffard, grand buveur donc. Kar-e-doull s’emploie en Français, dans sa forme Bretonne, par connivence.

     

    [3] « La moitié trop », Traduction directe du Breton signifiant « beaucoup », « deux fois trop ». On retrouve le même cas dans l’expression « la moitié plus », traduite du Breton an hanter muloc’h. Mais en Breton, « la moitié plus », correspond au double. Si vous partez la base de 10,  « La  moitié plus » donnera 20 pour un Breton et 15 pour un Francophone !

     

    [4] Kollet gant ar boesan : »perdu avec (par) la boisson ». Objet de plaisanterie aussi en utilisant les initiales K.G.B, il y a quelque temps, on appelait ainsi un grand buveur.


    votre commentaire
  •  

    Al Lizherenn A

             Poent merenn-vihan eo. Emañ Soazig Toullfier o vrodañ treñkilig-kaer er gêt. He bugale, Ernest, Herve, Ursule hag Auguste, zo er skol. Don’t a ra he amezegez, Chanig Beg-A-Raok ur pikez[i] hag ur fri-furch m’az eus unan, da welet anezhi :

    « Sioul eo an traoù amañ, da vihanañ atav[ii] ! Oc’h ober petra emaout aez, Soazig ?
    - E beñ, gwelet a rez mat, emaon o skrivañ lizheennoù ketañ va fevar baotrwar o dlihad peogwir emaint da vont da lojañ e skolaj Lesneven goude an hañv.

    - Feiz, sed aze ur pezhiad labour’ vat ! Ha n’eo ket re ziaes brodañ ‘mod-se, te, da-unan, kement a lizherennoù disheñvel ?

    - Tamm ‘bet, Soasig gaezh : evit Arnest, Arve hag Arsule, an tri c’hostañ, al lizherenn. A zob et aes-kenañ d’ober.Met neuze, evit Ogust ar bodoc’hig, ur sapre abadenn eo dont a-benn da dresañ propig al lizherenn O, ha n’eo ket marteze eo ! »

     

    La Lettre A

             C’est l’heure du goûter, Soazig Toullfier est en train de broder tout tranquillement chez elle. Ses enfants Ernest, Hervé, Ursule et Auguste sont à l’école. Sa voisine Chanig Beg-A-Raok, curieuse et pikez, s’il en est, lui rend visite :

    « Ici c’est calme, ou moins ! Que fais-tu là, Soazig ?

    - Hé, tu vois bien, je marque les vêtements aux initiales de chacun de mes quatre garçons, puisqu’ils seront pensionnaires au collège de Lesneven après l’été.

    - Voilà un gros boulot, ma foi ! Et ce n’est pas trop difficile de broder toute seule, tant de lettres différentes ?

    - Pas du tout, ma pauvre Soazig : pour les trois grands, Arnest, Arvé et Ursule, la lettre A a été très facile à réaliser. Mais alors, pour le petit dernier Auguste, ce n’est pas une mince affaire de réussir à dessiner convenablement la lettre O, et ce n’est pas peut-être que c’est

     

    © Le Vaillant Martial



    [i] Pikez, nom breton de la pie-griêche et, au figuré, « chipie », « coquine », « enquiquineuse » ou encore « commère » qui adore lancer des piques ou des coups de becs acérés comme celui de la pie. Bizarrement ce mot n’a pas d’équivalent masculin. Plusieurs mots bretons, couts en général, ont ainsi été conservés dans notre parler local et c’est heureux, car il faut parfois une phrase complète pour traduire avec exactitude toutes les nuances.

    [ii] Da vihanañ tav, traduit par « au moins », est une sorte de locution dite « d’évidence » que l’on place en fin de phrase et qui n’admet pas de réponse négative. Forme raccourcie : Yantao


    votre commentaire
  • Ar Hemener hag ar Halvez

    Le Tailleur et le Charpentier

     

    P’en em gavas ar hemener er vintinvez-se er Gêrnevez, edo ar wreg oh aoza lzin. Lakeet he-devoa krampouez seh e-barzh ar skudilli ha soubenn da domma war an tan.

    Quand le tailleur se présenta ce matin-là à Guernevez, la maîtresse de maison préparait le petit déjeuner. Elle avait mis des crêpes sèches dans les plats et la soupe à chauffer sur le feu.

     

    « Salud deoh, Gaïd », eeme ar hemener, sichant tre deañ, en euz zond dreist an treuzou.

    « Bonjour à vous Gaïd » dit le tailleur sur un ton enjoué, en franchissant le pas de la porte.

     

    « A ! demad deoh Yann » a respontas ar wreg yaounk. « N’emaoh ket diwezad o tond d’ho tevez hirio. Ha kouezet oh be teuz ho hwele ‘ta p’emaoh war-zao d’an eur-mañ ? »

    « Ah ! Bonjour à vous Yann », répondit la jeune femme. « Vous ne vous êtes pas mis retard aujourd’hui. Vous êtes tombé du lit pour être debout à cette heure ? »

     

    Klask a reas pôtr e nadoz trei ar gôz, rag ne bije ket kalz deañ farsèrèz Gaïd. E gwirionez, evel ar gemenerien-all, e oa eun den dieguz, atô o terhel a-dreñv, hag aliesoh eged e dro da ziweza o vond d’e zevez.

    L’homme à l’aiguille chercha à détourner la conversation, car l’ironie de Gaïd ne  lui plaisait pas. À dire vrai, tout comme les autres tailleurs c’était un flemmard, toujours à traînasser, et en retard à son travail plus souvent qu’à son tour.

     

    « Sell ‘ta » emeañ en eur zelled ouz ar peder skudell a oa war an daol-voued, « ne vin ket va-unan o teveza er gêr-mañ hirio, ‘m’eus aon ? Pa deuan davedoh, he welan, peurvuia, nmed teir skudell war an daol : hoh hini, hini Tin ho kwaz ha va hini-me. Petra ‘zo a-nevez amañ hirio ‘ta ? »

    «  Tiens donc ! » dit-il en voyant es quatre écuelles sur la table. « Je ne pas le seul à faire ma journée ici, j’en ai l’impression ? Quand je viens chez vous, je ne vois pas, le plus souvent, pas plus de trois écuelles sur la table : la vôtre, celle de Tin votre homme et la mienne. Qu’y a-t-il donc de neuf aujourd’hui ? »

     

    Nevez-dimezet e oa Tin ha Gaïd. N’o-devoa ket bugale c’hoaz hag o-unan e labourent o ziegez heb kaoud ezomm euz mevel na matez ebed rag ne oa ket braz o atant.

    Tin et Gaïd s’étaient mariés récemment. Ils n’avaient pas encore d’enfants et ils travaillaient seuls dans leur ferme, sans avoir besoin de valet ni de bonne, car elle n’était pas bien grande.

     

    « Herve an Ti Gwenn », a lavaras Gaïd, « a eo bet goulennet ganeom da zond d’ober eur hastell-karr nevez ha lavaret en deus e vije deuet hirio. E skudell an hini eo a zo aze war an daol e-kichenn oa re-ni. »

    « Nous avons demandé à Hervé de Ti-Gwenn » de venir nous faire un châssis neuf pour la charrette, et il nous a dit qu’il viendrait aujourd’hui. C’est son écuelle qui est là sur la table à côté des nôtres. »

     

    Eun diaoul a zen e oa ar hemener ha natur ‘fall a oa ennañ. Pa helle ober droug n’eo ket vad a ree. Ouspenn, kasoni en-devoa kemenet ouz ar halvez, n’ouzon ket war zigarez petra.

    Le tailleur était un diable d’homme et il avait un fond mauvais. De plus, il avait conçu de la haine pour le charpentier, on ne sait pas pour quel motif.

     

    A-hend-all, yaounk e oa Gaïd ha nebeud a skiant prenet dei. Ma oa bet, pa oa plah yaounk, e breuriez Bugale Mari, n’ne-devoa ket kavet c’hoaz an tu da vond e breunez Sant Tomaz, rag ken kredig e oa ha Yann Zeiteg e-unan.

    Par ailleurs, Gaïd était jeune et elle avait peu d’expérience. Si elle avait fait partie, quand elle était jeune fille, de la confrérie des enfants de Marie, elle n’avait pas encore trouvé le moyen de rejoindre les adeptes de Saint Thomas, et elle était aussi crédule que Simplet lui-même.

     

    « Paour-kêz merh », eme ar hemener d’ar wreg. « ne dalv ket ar boan deoh aoza e lein da Herve an Ti-Gwenn. N’ouzon ket ‘ta ema gouel Sant Jozef a-benn warhoaz. Derhant ar gouel e ra ar gilvizien yun ha viji hag Herve a zo boazet da heuill striz al lezenn-ze.

    « Ma pauvre fille », dit le tailleur  à la maîtresse de maison, « ce n’est pas la peine que vous prépariez son petit déjeuner à Hervé de Ti-Gwenn. Vous ne savez donc pas que c’est la Saint Joseph demain. La veille de cette fête les charpentiers font abstinence et Hervé à l’habitude d’observer strictement cette règle. »

     

    « Feiz vad » a lavaras Gaid, « ne ouien ket an dra-ze ». Hag hi da denna skudell Herve diwar an daol.

    « Ça alors » dit Gaid, « je ne le savais pas ». Et elle de retirer l’écuelle d’Hervé de la table.

     

    Eur pennad goude e totegouezas Herve e kêr. E-leh mond d’an ti e yeas, evel kustum, d’ober eur hrogad-labour d’ar harrdi da hortoz mare lein. Peurvuia ne veze ket dao dezañ deport pell-braz.

    Quelque temps plus tard Hervé arriva  à la ferme. Au lieu d’aller à la maison, il se rendit comme d’habitude, à la remise pour commencer son travail en attendant l’heure du petit déjeuner. Généralement il n’avait pas à attendre bien longtemps.

     

    Dond aa ree an ozah pe ar wreg da lavared deañ e veze ar pred war nadaol. En deiz-se, avad, kaer endevoe gedal, ne zeuas den war e dro hag e rankas ober bouzellan voan e-pad ar  mintin. Eun tamming kas a oa ennañ ha dizamant e lope gand e vaill war ar gizell evid d’ober trouz ha rei da houzoud da dud an ti, en doare-ze, edo oh ober kovig moan.

    Le maître ou la maitresse de maison venait le prévenir que e repas était servi. Ce jour-là, cependant il eut beau attendre, personne n’approcha et il dut se serrer la ceinture toute la matinée. Il s’impatientait et frappait rageusement le ciseau avec son marteau pour faire du bruit et faire comprendre aux gens de la maison que son ventre criait famine

    War dro unneg eur e teuas ar wreg d’ar harrdi. « Eun tamm rubanou ha skolpou am-eus ezomm » emei « da boazzad merenn. ».

    Vers onze heures la patronne vint à la remise. « Il me faut quelques copeaux et spirales », dit-elle, « pour cuire le repas de midi. »

    « Sell ta ! » a respontas Herve, « abaoe pe da vare eo deuet ar hiz er gêr-mañ da boazad merenn a-rôg aoza lein ? »

    « Dites-moi ! », répondit Hervé, « depuis quand a-t-on pris l’habitude dans cette maison de préparer le repas de midi avant le petit déjeuner ? »

     

    « Lein on eus debret pell ‘zo » eme Haid, ‘ha paneve d’ar hemener em-bije lakeet ahanoh marteze d’obereur pehed. Lakeet em-moa eur skudellad-voued evidoh war an daol, med Yann ar Veskenn en-deus bet skiant a-walh da zigas din da zoñj e rank ar gilvizien ober yun ha vijil derhant gouel Sant Josef. »

    « Ça fait longtemps qu’on a déjeuné » dit Gaïd, «  et sans le tailleur je vous aurais peut-être fait faire un péché. Je vous aurais une écuellée de soupe sur la table, Mais Yann ar Veskenn a eu la présence d’esprit de me rappeler que les jeunes charpentiers doivent faire jeûne et abstinence la veille de Saint-Joseph. »

     

    Herve, pa glevas kement-se, a jomas e henou war nav eur. Ouspenn souezet e oa gand tro-gamm ar hemener. Droug ruz a yeas ennañ, med gand aon e vije bet greet goap outañ e kavas gwelloh kuzad war e gounnar. « A ! Yann a zo deuet d’ober eun devez-gwriad deoh hirio ? », eme ar halvez. « Mad, mad... O ! eun den a-zoare eo Yann, avad, daoust d’an oll draou diod a gonter diwar e benn. »

    Hervé, quand il entendit cela, resta interdit. Il était plus que surpris par le tour de cochon du tailleur. Il sentit la moutarde lui monter au nez, mais de peur de se ridiculiser il préféra cacher sa colère. « Ah ! Yann est venu faire une journée de couture pour vous aujourd’hui ? », dit le charpentier. « Bien, bien ... Oh ! Yann est quelqu’un de bien, certes, malgré toutes les bêtises qu’on raconte sur son compte. »

     

    « Traou diod ? » a houlennas Gaid, savet he skouarn ganti.

    « Des bêtises ? » demanda Gaïd en dressant l’oreille.

     

    « Ya ! diotachou, kôziou gwrahidi. An dud o-deus teodou fall, paour merh. »

    « Oui ! Des bêtises, des ragots de commères. Les gens ont de ces mauvaises langues, ma pauvre fille. »

     

    « Ha patra ‘ta leverer diwar-benn Yann ? »

    « Et qu’est-ce que tu racontes donc sur Yann ? »

     

    « O ! nebeud a dra, nebeud a dra... Eun tammig eo troet da vond d’ar merhed, c’hwi oar. »

    « Oh ! Pas grand-chose, pas grand-chose... il est un peu porté sur les filles, vous savez. »

     

    « Ché ! n’em-moa ket klevet kement-se c’hoaz. Ne dalv ket ar boan kaoud fiziañs e-barz lod eus an dud memeze tra ! Feiz ! Brao emaon ganti avad ! N’eus nemedon en ti gant pemoh-se. Tin a zo oh arad douar avalou(douar er Saouleg-Kerh, Petra ‘tin mar deu ar hemener laou-ze da glask afer ourin ? »

    « Eh bien ! J’avais encore jamais entendu dire ça. C’est bien la peine de faire confiance à certains, quand même ! Ma foi ! Me voilà bien alors ! Il n’y a que moi dans cette maison avec ce porc. Tin est en train de labourer, une terre à pommes de terre au champ de Saoulec-kerc’h[1]. Qu’est-ce que je ferai si jamais ce saligaud de tailleur me cherche ? »

     

    « O ! » eme ar halvez, « n’ ho-po nemed beza war evez outañ. War am-eus klevet n’eo ket diêz gouzoud pe da vare e teu e gulad deañ. Pa weloh ar hemener o lammad gand e zent ouz e neud hag o strilla e benn, neuze e vo poent deoh diwall. N’ho-po nemed banna eur geneudenn ouz e benn ha kerkent e wellay deañ. »

    « Oh ! » dit le charpentier, « vous n’aurez qu’à le garder à l’œil. D’après ce que j’ai entendu ce n’est pas difficile de se rendre compte à quel moment « ça « lui prend. Quand vous verrez le tailleur s’en prendre à son fil avec les dents et agiter la tête, alors il sera temps pour vous de faire attention. Vous n’aurez qu’à lui balancer une bûchette à la figure et aussitôt ça lui passera. »

     

    Mond a reas Gaid d’an ti gand he zavañcherad rubanou ha skolpou. E-serr meska he chihouarnad yod kerh e taole a-gorn sellou truilleneg ouz ar hemener. Hemañ a oa e-kreizh an daol-voued o pladorenn war e dorchenn. Mond a ree lijer e nadoz en-dro ha war e vuzell dano e parer eur mousc’hoarz treñk ha goapauz. C’hoanet en-devoa an « troad-leue » d’ar halvez, brao ha kempenn, ha kement-se a ree deañ beza laouen evel eun eostig.

    Gaïd retourna à la maison, le tablier plein de copeaux. Tout en remuant la bouillie d’avoine dans la marmite, elle jetait des coups d’œil très inquiets sur le tailleur. Ce dernier se tenait au milieu de la table de la cuisine, confortablement installé sur son coussin. Son aiguille courait sur son ouvrage et un ricus moqueur marquait ses lèvres minces, il avait joué un tour de cochon au charpentier, propre et net, ça le rendait gai comme un pinson.

     

    « Pelloh ‘zo deuet naon da Herve », emeañ. « Me ‘zo sur ne jomo ket ar pouloud bremaig e toull e houzougé

    « À cette heure Hervé a faim. », dit-il, « Je crois bien que tout à l’heure les grumeaux ne l’empêchait pas d’avaler sa bouillie. »

     

    Hag e-serr lavared ar homzou-ze – biñgn ! hañgn ! – e lamme gand e zent ouz e neudenn o klas he zroha an tosta ‘r gwella d’ar mezer. Eun neudenn vad a oa gantañ en e nadoz pe, marteze, e oa laoskeet e zent en e henou. Ne oe ket evid troha an tamm neud en taol kenta. Hag eñ, neuze, heb diskredi dioutañ, da strilla e benn en eur charoñsa e zent.

    E tout en prononçant ces mots ‘ biñg ! hañgn ! – il se jeta sur son fil avec les dents, cherchant à couper le plus près possible du tissu. C’était du bon fil qu’il avait dans son aiguille, à moins que ses dents fussent mal assurées dans sa bouche. Il  ne put couper le bout du fil du premier coup, de sorte que, sans le lâcher, il se mit à agiter la tête en faisant grincer ses dents.

    Med Gaid a oa war evez :

    Mais Gaïd se tenait sur ses gardes :

     

    «  A ! pitaouer », emei d’ar hemener, « ‘ma ho kulad o tond deoh ? C’hwi ken nebeud, ne jomo ket ar pouloud da waska war ho kalon !  Gortozit ma vezoh dizonet diouz ha tech fall ! »

    « Ah, débauché », dit-elle au tailleur, « Monsieur a sa crise ? Vous non plus les grumeaux ne vous resteront pas sur l’estomac ! Attendez un peu que je vous fasse passer votre sale manie ! »

     

    Hag ho o tistaga eur mell taol-yod deañ e-kreiz e viz ken na strinke ar yod tomm a beb tu.

    Et voilà qu’elle lui décroche un méchant coup de bâton à bouillie en plein milieu du doigt, faisant gicler la bouillie de tous les côtés.

     

    « Forz va buhez ! Forz va buhez ! » a harme ar hemener paour. « Houmañ eo kollet he skiant-vad ganti ! »

    « À moi ! À moi ! » Hurlait le pauvre tilleur. « Elle a perdu la raison ! »

     

    Hag e tilammas diwar an daol da glask tenna ar hrog-yod digand ar vaouez pennfollet.

    Et il sauta de la table pour essayer de retirer le bâton à bouillie à la femme en furie.

     

    « Loustoñ koz ! » emei adarre o razaillad gwasoh-waz, « ha n’ho peus ket bet a-walh ?  Setu amañ eun tamm all evidoh ! » Hag e lope dizamant war chouk Yann ar Veskenn. 

    « Vieux dégueulasse ! » dit-elle encore en vociférant de plus belle, « Vous n’avez pas eu votre compte ? Tenez voilà du rabe ! » Et elle tapait sans retenue sur l’échine de Yann ar Veskenn.

     

    Ne jomas ket pôtr an nadoz da goza en ti, e hellit kredi. Ne oa ket pell o tapa hed e harr hag o skarsa kuit. D’an daoulamm ruz e treuzas ar porz, Gaid war er lerh gand he hrog-yod.

    L’homme à  aiguille ne resta pas faire de vieux os dans la maison, vous pouvez le croire. Il ne mit pas longtemps à prendre ses jambes à son cou et à débarrasser le plancher. Il traversa la cour comme un dératé, poursuivi par Gaïd brandissant son bâton à bouillie.

     

    Pa yajont e-biou d’ar harrdi, e teuas ar halvez da hopal d’ar wreg : « Hep ! Gaïd ! », emeañ, « ma rank ar gilvizen ober yun derhent gouel Sant-Josef, n’eo ket dao, evelato, kaoud yod lesket d’o merenn !  Arabad deoh leuskel ar yod da zuilla !!! »

    Au moment où ils passèrent devant la remise, le charpentier vint à crier à sa femme : « Hé Gaïd ! » dit-il, si les charpentiers doivent jeûner la veille de la Saint-Joseph, ils ne sont pas obligés pour autant d’avoir de la bouillie brûlée, ne laissez pas cramer la bouillie !!! »

     

    © Le Vaillant Martial



    [1] Saoulig > zalouig = (le) champ de chaume

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :