•     Hervez tud Sant-Toz ez eus varrikennad aour hag arhant e goulid lenn Meill-ar-Rod, du-ze er stankenn don ha glaz a zo izelloh evid ar roz Varia. Ha, war e leveront, eo diwallet anteñzor dispar-ze gand eur mell silienn, hi meurbed ha kalz teooh evid ma morzed.
        Selon les gens de Saint-Thois, il y a une barrique pleine d'or et d'argent au fond de l'étang de Meill-ar-Roc'h, là-bas dans le vert vallon encaissé au pied de la colline escarpée où se dresse la petite chapelle Notre-Dame. Et à ce qu'ils prétendent, ce fabuleux trésor est défendu par une énorme anguille, d'une longueur extraordinaire et d'une secion bien plus grosse que ma cuisse.

     

        Gand piou 'ta hag abaoe pe da vare eo bet kuzet anteñzor-ze eno a-zirag daoulagad an dud ? N'em-eus kavet kristen ganet ebed d'hen disklêria, hag ar meiller koz a oa kent o terhel ar veill n'eo ket bet gouest, kennebeud, da roi din netra da houzoud diwar-benn kement-se.
        Par qui donc, et depuis combien de temps ce trésor a-t-il été caché là-bas, hors de vue des humains ? Je n'ai  trouvé aucun être humian pour le révéler, et même le vieux meunier qui tenait le moulin autrefois n'a pu m'apprendre quoi que ce soit à ce sujet.

     

        Eur mare a zo bet, a-rôg ma oa greet an hent braz a dremen bremañ etre ar veill hag ar roz ha ma tiskenne houmañ, krenn war-eeun, beteg al lenn, emede Primel Gaonah, eur merourig berr al lenn, gantañ, o terhel eun tammig douar e Kêrwen, warhed nebeud diouz chapel ar Roh. Hag eun deiz, war-bouez kleved ano dalhmad euz an teñzor buzuduz, e tiwanas eur zoñj iskiz en e benn.
        Il fut un temps, avant que fût construite la grand'route qui relie aujourd'hui le moulin à la colline, laquelle descendait tout droit jusqu'à l'étang où Primel Gaonac'h, un métayer de condition modeste, tenait une petite terre à Kerven, à peu de distance de la chapelle du Roc'h. Et un jour, à force d'entendre constamment parler du mereilleux trésor, une étrange idée germa dans sa tête.

     

        Diêz e oa beva ha, rag-se, resta arhant en e dammig atant ha, pa veze deuet gouel an dudchentil paour, e fazie bewech eun nebeud skoejou e yalh Primel evid kaoud peadra da gas e ouel-mikêl d' ar perhenn. Setu ma ree hemañ beh d'e verour ha ma hourdrouze, beb bloaz, klask an urcher war e dro da lakaad gwerza unan euz e zaou ejenn evid kaoud e zigoll.
       La vie était dure, et de ce fait il  n'était pas facile d'économiser de l'arent dans sa fermette et, quand arrivait la fête des pauvres gentilshommes, il manquait à chaque fois quelques écus dans la bourse de Primel pour avoir de quoi payer l'annuité à son propriétaire, à la Saint-Michel. Alors ce dernier accablait son métayer et le menaçait, tous les ans, de lui envoyer l'huissier et de mettre en vente l'un de ses bœufs pour obtenir son dédommagement.

     

        N'e-nevoa Primel netra a dalvoudegez nemed eur houblad ejenned kaer ha mad da labourad, ha lorn a oa ennañ ganto. Setu e oll zanvez hag eur rann-galon a vije bet deañ koll hini pe hini aneo. Ha penôz e-nije grêt evid labourad e zouar, ma vije bet didruez a-walh ar mestr da denna unan aneo digantañ ?
        Primel ne possédait rien qui eût de la valeur, sinon un beau couple de bœufs bons au travail, et qui faisaient sa fierté. Voila toute sa fortune, et c’eût été pour lui un crève-cœur que d'en perdre l'un ou l'autre. Et comment eût-il fait pour travailler sa terre, si  son maître avait assez impitoyable pour le priver de l'un d'eux ?

     

        Ar boaz-se, eta, dre ma tostee miz gwengolo, e tiêsee da spered Primel, rag platoh evid biskoaz e oa e yalh. Heb ehan e ruille hag e tiruille soñjou trubuilluz dre e benn, ankeniet gand an neh rag an amzer da zond dre an diouer a arhant. Hogen, goude beza prederiet e-pad pall, e teuas eñvor deañ euz teñzor lenn Meill-ar-Roh.
        Cette année-là, donc, alors qu'approchait le mois de septembre, l'inquiétude de Primel allait s'aggravant, car sa bourse était plus plate que jamais. Il n'arrêtait pas de broyer du noir, angoissé par la peur du futur à cause du manque d'argent. Cependant, après réfléchi, il se souvint du trésor fr l'étang de Meill-Roch.

     

        "Ya !" emeañ outañ e-unan, "perag ne glaskenn ket an tu da besketa ar varrikennad aour hag arhant-se a zo kuzet du-ze el lagenn ?"
        "Oui !" se dit-il, "pourquoi ne chercherais-je pas le moyen de repêcher la barrique pleine d'or et d'argent qui est cachée là-bas dans la vase?"

     

        Ne jomas ket hirroh da dermal ha, goude beza sternet e zaou ejenn ouz ar harr, e yeas ganto etremeg ar veill, eun tammig eñkrez en e galon. Dre ma kerze gand an hent e pede ar Wernez Vari hag e lavare beb eur mare :
        Il ne resta pas plus longtemps à tergiverser et, après avoir attelé ses deux bœufs à la charrette, il se dirigea vers le moulin, le ventre un peu noué. Tout en faisant son chemin, il priait la Vierge Marie et répétait de temps à autre :

     

        "Ma teuan a-benn da benna an teñzor euz an dour hag ar vouillenn, e roin an hanter an añ da intron Varia ar Roh!"
        "Si je parviens à arracher le trésor à l'eau et à la boue, j'en donnerai la moitié à Notre-Dame du Roc'h"

     

       Ha, leun a fiziañs e tigouezas e-kichenn al lenn,  e leh ma stagas e lôned ouz eur vodenn haleg
       Et, plein de confiance, il parvint près de l'étang, où il attacha ses bêtes, ç un buisson de saule.

     

        Heb chom da yari na da varhata, e tiwiskas e zillad ha, gand eur meil keuneudenn en e zorn, e fiskennas e-barz an dour. War evez emede ha mad a reas rag ne zaleas ket ar zilienn da zilammad warnañ euz a-douezh ar pri, o klask e zanta gand he genou ledan ha leun a zent hir ha stank, ken lemm hag ôtennou.
        Sans traîner, ni hésiter, il enleva ses habits et, une énorme pièce de bois  à la min, il descendit dans l'eau. Il se tenait bien sur ses gardes et nien lui en prit, car l'anguille ne tarda pas à jaillir de la boue et à se jeter sur lui, cherhcant à le mordre de sa large gueule garnie de longue dents aussi affputées que des lames.

     

        Kerkent e lakeas Primel ar roaz en e gerhenn hag, e-serr darhoi eur meil taol war benn ar zilienn, e lavaras : "Dre halloud Intron Varia ar Roh, ra vo friket an amprevan-mañ:" Ne oe ket dao deañ skol diou wech; tra-walh e oa bet ar mestaol he-devoa tapet evid he divella hag he lakaad da reuda. "Ema lipet ganti he loa!" eme Brimel neuze, fougeet deañ, en eur gerzed da greiz al lenn.
        Aussitôt, Primel se signa et tout en décochant un violent coup sur la tête de l'anguille, il dit"Parle pouvoir de Notre-Dame du Roc'h, que cette bête soit écrasée!" Il ne fut pas nécessaire
    de frapper uen deuxième fois, le méchant coup qu’elle avait reçu avait suffit à la défaire et à l'étendre raide. "Elle a son compte !" dit alors Primer, gonflé d'orgueil, en se rendant au milieu de l'étang.

     

        Eno, dindan dreid, e kavas eun dr agaled hag e-nevoa doare da denna d'eur fustaill. Hag eñ da bloma war e benn en dour don-braz en takad eñ da bloma war e benn en dour don-braz en takad-se. Tapa a reas peg ar pez a yeas e zaouarn warnañ, da lavared eo eur varriken, hag, o burzud ! daoust da joumañ da veza pounner meurbred, e oe gouest d'he zamma heb ober muioh a veh ma vije bet vraid plouz.

        Là, sous ses pieds, il sentit quelque chose de dur aqui avait l'air de ressembler à un fût. Et lui de plonger la tête la première dans l'eau fort profonde à cet endroit. Il se saisit de ce qui tomba sous ses mains, à savoir une barrique, et, ô, merveille ! bien qu'elle fût d'un poids considérable, il fut capable de la charger sans plus d'effort que pour une brassée de paille.

     

        P'en em gavas Primel war ribl al lenn, e taolas e deñzor war ar haled hag e wiskas e zillad. Leu-barr e oa galon gand al levenez ha ne bade ket gand ar blijadur, deuet e oa gantañ e daol da vad. Heb an disterra diêzrhant ha souezzt-maro o weled pegement a nerz a oa deuet deañ, e kargas ar varrikenn e harr.
        Quand Primel se retrouva sur la rive de l'étang, il projeta son trésor sur la terre ferme et se rhabilla. Il débordait de joie et son plaisir le submergeait : il avait mené à bien son entreprise. Sans la moindre difficulté et sidéré par la force qui lui était venue, il cargea la barrique sur la charrette.

     

        Goude e lavaras yao d'e zaou ejenn hag eñ ganto war-zu ar grehenn a zo a-uh d'al lenn. Mond a ree an daou lôn war o 'touezig, heb ober nemeur a veh, ken êz ha ma vije bet goulio ar harr a oa d'o heul.
        Puis il dit "hue" à ses deux bœufs et les voilà tous partis ver s la côte qui domine l'étang. Les deux bêtes allaient leur train de sénateur, sans guère de peine, avec la même aisance que si  la charrette avait été vide.

     

        War a lavare ar re gos gwechall :                                           Comme le disait les anciens autrefois :
        Ar paour, pa binvidika,                                                          Le pauvre, quand il devient riche,
        Gand an diaoul a ya                                                             
    Du Diable il s'entiche
    .

     

        Techet an da gredi eo gwir-bater kement-se rag, dre ma tostee Primel ouz lein ar oz, e teue euz e henou komzou sebezuz. "Kreñvig a-walh, a gredan", emeañ, "am-eus prometet d'an Itron Varia evid he lod, rag gand piou eo bet grêt al labour nemed gamin-Me ? Le 'zoñj p'am-bo profet dei er plad eul louiz aour e ugent lur pe zaou, da zeiz he 'fardon, he-devo bet he digoll diganin !"
        J'incile à croire qu'il n'y a rien de plus vrai que cela car, à mesure que Primel approchait du sommet de la colline, des propos surprenants sortaient de sa bouche. "J'y ai été un peu fort, je crois bien,"
    sur la part que j'ai promise à Norte-Dame, car qui a fait le travail si e n'est moi-même ? Je pense que quand je lui aurai offert à la quête un louis d'or de vingt ou quarante livres, le jour de son ardon, j'en serais quitte avec elle !"

     

        Siwaz ! ne oa ket echu gantañ distaga ar homzou dizakr ha dizanaoudeg-se, ma welas e garr o tidala hag ar varrikenn bounneer o vond a-ruillou, mell-divell, d'an traoñ gand ar roz. Dre ma tiskenne etremeg ar stankenn,  e stirlinke laouen enni ar peziou aour hag arhant, e-giz ma vijent bet oh ober goap eur ar paour-kêz Primel, mantret e galon ha kouezet ar sabatur warnañ dirag ar gwall-zarvoud.
         Hélas ! il n'euat pas achevé ces propos sacrilèges et ingrats, qu'il vit le hayon de sa charrette s'ouvrir, et la lourde barrique rouler follment vers le bas de la colline. Alors qu'elle descendait en direction du vallon, son contenu de pièces d'or et
    d'argent tintait joyeusement, comme pour se oquer du pauvre Primel, effondré et effacé à la fois par cette catastrophe.

     

       Koueza a reas war he 'fenn e-barz al lenn, oh ober eun trouz spontuz hag o lakaad dour ha lagenn sda strinka a beb tu. Don-braz e sankaz e goulid, e- touesk ar pri hag al lehid, e-leh ma tiskennas ive d'he heul ar zilienn vraz, divorfilet war an taol, hag a zo eno abaoe, war a leverer, o tiwall an teñzor prisiuz a zo chomet enni.
        Elle tomaba droit dans l'étang dans un bruit effrayant, et enfaisant gicler l'eau et la boue de tous les côtés. Elle sombra au plus profon d dans le lig de l'étang, au milieu de la boue et de la vase, où la suivit l'anguille géante, ranimée sur le coup, et qui depuis se trouve là, à ce qu'on dit, à gerder le précieux trésor qui y demeure.

     

        Hag, allaz ! ar bloaz-se e teuas an urcher da lakaad foar war stal Primel gêz, reuzeudig ha paour-raz hag o keuzia, en aner, d'ar gwall-fazi e-nevoa grêt o nah ouz an Intron Varia ar pez a dlee dezi.
        Et hélas ! Cette année-là, l'huissier vint saisir les biens du pauvre Primel, malheureux et pauvre comme Job, et qui regrettait, en vain, la malencontreuse faute qu'il avait commise en reniant son engagement envers Notre-Dame.

    © Le Vaillant Martial

     

     

     

     

      

     

     


    votre commentaire
  •  

    Buhé er voraeriou e zo trist ér-bad-man
    Bepred pell doh a ud, édan glaù hag armanñù
    Aveid gounid bara, bara d’o bugale
    Red è dehé lemel ag o bro balé

     

    Kenevo e larant ha chetu ind ér vag
    N’é ket en ér eité d’o-doud ur galon gwag
    Lakkad e hrant de ouèl, lavagon pè kalm-chok :
    Araog breman, mem bag, arag, penn è kornog !

     

    Er voéz beur ar en aod, heb skuiden, èn hè saù,
    Dob er vag e pellaad e sell, e sell ataù
    Hè halon zo mouget èn ur mor a blakar
    Hag ar hè bougenneu, réedg e bra un dar

     

    Breman ar er mor braz é mant én unan
    Ne wéler a bep tu med er mor hag nèañnù,
    Stertoh-stert ér gouéliù aùél er méz e hwéh,
    En houlenneu e foeñù hag en noz du e gouéh

     

     

    La vie des marins est triste en ce monde
    Toujours loin de leur famille, sous la pluie et l’orage
    Pour gagner leur pain, le pain de leurs enfants,
    Il leur faut quitter le pays et voyager.

     

    Ils disent au revoir, et le voilà dans le bateau
    Ce n’est pas l’heure pour eux d’avoir le cœur tendre :
    Ils mettent à la voile. Que la mer soit houleuse ou calme :
    En avant à présent, ma barque, en avant cap à l’ouest !

     

    La pauvre épouse sur la côte, sans se lasser, debout,
    Regarde, regarde toujours le bateau qui s’éloigne
    Son cœur est étouffé dans une mer de douleur
    Et sur ses joues coule une larme.

     

    Maintenant sur l’océan ils sont tout seuls
    On ne voit de toutes parts que le ciel et l’eau
    De plus en plus fort dans les voiles, le vent du large souffle
    Les vagues s’enflent et la nuit noire tombe.


     

    Chant de Marin tiré du recueil de Yann-Ber Kalloc’h 

    Poète Breton 1887-1917.

     

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     

     



    votre commentaire
  • Ar brinsez rouzardenn hag ar prins
    Sod a-walh evid mond da besketa
    E verenn

     

    La princesse rousse et le prince
     Assez fou pour aller pécher
    Lui-même son dîner.

     

    Eur briñsez rouzardenn a veve en eur hastell kaer-tre, gand servicherien en-dro dezi. Goloet e oa-hi gand bleuniou, bizeier, madigou, hag e krede dezi ne oa ar vuhez nemed ebatou, rag sevenet e veze d’he hoantou a-raog m’he-doa o lavaret zoken. Setu perag e oa deut hi da veza froudennuz. Ha droug-tre, a-wechou.
        Une princesse rousse vivait, entourée de serviteurs, dans un château superbe. Elle était couverte de fleurs, de bijoux, de friandises. Tous ses désirs étaient exaucés avant même de s’être exprimés. Voilà pourquoi elle croyait que la vie n’était que plaisirs. Voilà pourquoi aussi elle était devenue très capricieuses et parfois même méchante, et il lui arrivait même d’arracher les ailes des papillons !

     

    Padal, eun devez p’ema-hi o pourmen heh-unan war ribl al lenn a-dreñv ar hastell, e tamm dirazi eur ran o krial :
        Un jour où elle se promenait seule au bord de l’étang situé derrière le château, une grenouille sauta devant elle en criant :

     

    « Kredi a ra dit az-peuz ar gwir da hourhemenn d’an douar abez, e-giz ma karez, med faziet out. Fae a rez war boan ar re all peogwir n’az-peus bet biskoaz netra da houzañvmed ema da dro o tond. Hivizikene vo da vuhez hini eul loen a zo kas war e lerh, ha den ebed ne hello terri ma strobinellèrrèz. Nemed e vefe eur priñs sod a walh evid kemer ar boan da baka eur pesk evid e verenn. Med seurt priñs n’eus ket anezañ... »
        « Tu t’imagines être au-dessus de la terre entière et tu te moques de la souffrance des autres parce que tu ne l’as jamais connue mais, à ton tour, tu vas en faire l’expérience. Désormais, ta vie sera celle d’un animal pourchassé et nul ne pourra rompre mon enchantement. Sauf un prince assez fou pour aller pêcher lui-même le poisson de son dîner. Mais ce prince-là n’existe pas... »

     

    Kregi a ar ran da hoarzin neuze ha mond da get, e-pad m’ema ar briñsez pennfollet o trei en eur haro. Eur haro kaer, gantañ war e grohenn dres ar memez liou a oa bet gand he bleo dezi. C’hoant he-deus da ouela, dreist-oll pa wel, en eur stoui dirag al lenn, n’eo ket mui he fenn kurunnet gant perlez med gand koadennou a vent brao.
        Puis la grenouille éclata de rire et disparut tandis que la princesse terrorisée, se transformait en un cerf, un beau cerf dont le pelage roux avait la couleur exacte de ses anciens cheveux. Elle avait envie de pleurer. Surtout quand elle s’aperçut, en se penchant sur l’étang, que sa tête n’était plus couronnée de perles, mais de bois de belle taille !

     

    Hogen ne jom ket d’en jala war he flanedenn rag koll a ra buan ar zoñj euz he buhez kenta. Kaset eo-hi gand heh anien war-zu ar hoadeg.
        Mais elle perdit vite le souvenir de son ancienne vie. Son instinct la conduisit vers la forêt.

     

    Ne hell ket eur haro ken kaer chom heb beza gwelet. Bremaig e teur chaseouiren da redeg war e lerh ha d’he boursu heb ehan a-dreuz ar brouskoadou. Talma a ra buan-tre kalon ar paour-kêz loen. Kant gwech e kred dezañ eo deut eur e varo.
         Un cerf aussi magnifique ne pouvait pas passer inaperçu. Bientôt, des chasseurs se lancèrent à sa poursuite et ce fut une course épuisante à travers les taillis. Le cœur du pauvre animal battait à tout rompre. Cent fois, il se crut mort.

     

    Koulskoude, e teu a-benn da dehed diouz an dud, led siwaz ! N’eo ket saveteet memez tra, rag bremañ e ouzont ema-eñ aze. Setu int o tond en-dro, niverusoh ha muioh a armou ganto. Ch’oant o-deus da gaouad alloen dibosubl da dapoud, hag e-pad bloaveziou, e klaskont e laza. Diouz e du, e kren ar haro ken aliez ganda on ma teu da zamhoulenn ar bir a zieubo anezañ euz eur vuhez ken kriz.
       Il échappa pourtant aux hommes mais, hélas, il n’était pas sauvé pour autant : maintenant, ceux-ci connaissaient son existence. Ils revinrent plus nombreux, mieux armés. Ils voulaient l’animal insaisissable et le traquèrent pendant des années. De son côté le cerf trembla de peur si souvent qu’à la fin, il espérait presque la flèche qui le délivrerait de cette horrible vie.

     « A-walh eo din, a gri-eñ, a-dreuz ar hoadeg. Ma vefen bet bihan, te ope vil, ne glaskfe den ebed laza ahanon »
        « J’en ai assez, bramait-il à travers la forêt. Si j’étais petit gros et laid, personne n’essaierait de me tuer. »

     Neuze e teu eur gaerell d’e gaoud :
       Alors une belette vint le trouver :

     « Bez’ e hellan ma ‘peus c’hoant, trei ahanout en eur pemoh gouez, emezi. Kouldkoude, soñj ervad rag kenderhel a hellfe da ziêsteriou dindan eur sturmm all ».
       « Je peux, si tu le désires, te changer en sanglier, luit dit-elle. Néanmoins, réfléchis bien car tes ennuis risquent de continuer quel que soit ton aspect ».

     

    Ar haro a gred ar hontrol. Heb selaou ali ar daerell, e lavar :
        « Mar plij, tro ahanon en eur pemoh gouez, evid ma vevin e peoh a benn ar fin » !
         Le cerf était persuadé du contraire. Sans suivre le conseil de la belette, il s’écria :
         « S’il te plaît, change-moi en sanglier que je vive enfin en paix » !

     Dond a ra e hoant da wir dioustu koulskoude e teu buan kerse dezañ : kenderhel a ra an dud da redeg war e lerh. Kared a reont kig ha pastez... Ma vefe bet ar pemoh gouez gouest da ouela, e-nefe leñvet an devez-pad.
       Son vœu se réalisa immédiatement. Cependant, il fut vite déçu : les hommes continuaient à le chasser. Ils aimaient sa viande et les pâtés... Si le sanglier avait pu pleurer, il aurait sangloté toute la journée.

     Med kaer e –neus klask war-lerh ar gaerell, evid lavared dezi e-noa faziet, ne gav ket anezi ; Tremen a ra bloaveziou hir, hag kreid-se, e hell ar pemoh gouez, skuiz-divi, tehed diouz ar bandennou o redeg war e lerh. Med ne hell ket pelloh :
        Mais il avait beau chercher la belette afin de lui expliquer qu’il s’était trompé, il ne la rencontra plus jamais. De longues années passèrent encore pendant lesquelles le sanglier, épuisé, réussit à échapper aux  hordes lancées à ses trousses. Il n’en pouvait plus :

     

    « A-walh eo din, a glemm-eñ, a-dreuz ar hoadeg.Ma vefen bet eul labous, den ebed ne glaskfe ma laza ».
         Neuze e teu eun arz d’e gaoud :

    « J’en ai assez, grognait-il à travers la forêt. Si j’étais un oiseau personne n’essaierait de me tuer. »

     

     Neuze e teu eun arz d’e gaoud :
       Alors un ours vint le trouver :

     « Bez e hellan, ma ‘peus c’hoant, trei ahanout en eun erer, emezañ. Koulskoude, soñj ervad, rag kenderhel a hellfe da ziêsteriou dindan eur stumm all »
        « Je peux, si tu le désires, te changer en aigle, lui dit-il. Néanmoins, réfléchis bien car ts ennuis risquent de continuer quel que soit ton aspect ».

     

    Ar pemoh gouez a gred ar hontrol. Heb selaou ali an arz, e lavar :
        « Mar plij, tro ahanon en eun erer. Nijal a rin da zevel ma neiz war beg eur menez uhel ha beva a rin e peoh a-benn ar fin » !
        Le sanglier était persuadé du contraire. Sans suivre le conseil de l’ours, il s’écria :
        « S’il-te-plaît, change moi en aigle. Je m’envolerai pour construire mon nid au sommet d’une haute montagne et je vivrai enfin en paix » !

     

    Dond a ra e hoant da wir dioustu. Koulskoude e teu buan kerse dezañ : n’o deus ket an dud aon da bignad war an torgennou uhella evid mond war e  lerh.
       Son vœu se réalisa immédiatement. Pourtant, il fut vite déçu : les hommes n’hésitaient pas à grimper les pentes les plus abruptes pour le chasser.

     

    Dre e nerz spontuz e teu a-benn da adveva ra. Atao war evez, o tiwal e neiz hag e re vihan.
        Une force incroyable lui permit cependant encore de survivre, toujours aux aguets, surveillant sans arrêt son nid et ses petits.

     

    « A-walh eo din a glemm-eñ d’ar houmoul. Pa bignan war-zu ennoh, e vezan gwelet en oabl gand an oll. Ma vijen eur pesk, e vefen kuezt gand an dour ha ne glaskfe den ebed ma laza ».
        « J’en ai assez, se lamentait-il aux nuages. Quand je monte vers vous, tout le monde me voit dans le ciel. Si j’étais un poisson, l’eau me cacherait et personne n’essaierait de me tuer ».

     

    Neuze e lak ar zilienn he fenn e –mêz eur stêr e-kichenn hag e lavar dezañ :
        Alors une anguille sortit sa tête de la rivière proche et lui dit :

     

    « Bez’ e hellan, ma peus c’hoant, trei ahanout en eun eog. Koulskoude, soñj ervad, rag kenderhel a hellfe da ziêsteriou dindan eur stumm all »
    « Je peux, si tu lé désires, te changer en saumon. Néanmoins, réfléchis bien avant d’accepter car tes ennuis risquent de continuer quel que soit ton aspect ».

     

    An erer a gred ar hontrol. Lavared a ra :
        L’aigle était persuadé du contraire. Il s’écria :

     « Mar plij, tro ahanon en eun eog evid ma vevin e peoh, a-benn ar fin ».
        « S’il te plaît, change moi en saumon, que je vive enfin en paix ».

     

    Dond a ra e hoant da wir dioustu. En me gavoud a ra, skeduz ha fringuz, er froud o tiskenn euz ar menez m’e-noa savet kement a neiziou warnañ. Ar wech-mañ eo lezet e peoh gand ar jaseourien med klask a ra an arzed, gand o faoiou teo, e dapod da zebri. Red eo dezañ en em guzad heb ehan dindan ar vein ha trist eo e venoziou :
        Son vœu se réalisa immédiatement. Il se retrouva, brillant et frétillant, dans un torrent de la montagne. Là même où aigle, il avait bâti tant de nids. Cette fois les chasseurs le laissèrent tranquille mais les ours, de leurs grosses pattes, essayaient de  l’attraper pour le dévorer. Il devait sans cesse se cacher sous les pierres et se sentait très triste :

     

    « Komprenet em-eus bremañ ne hell den ebed klask beva e peoh war an douar-mañ » a zoñj-eñ.
        « Maintenant, j’ai compris que sur cette terre nul, ne peut prétendre vivre en paix » ! pensait-il.

     

    N’e-nez c’hoant ebed ken ha tremen a ra evel-se kalz bloaveziou. Dizoñjet e-neus, evel-just, komzou ar ran, med eun devez n’ema ket war evez hag ema o heoliata e-kreiz dour skeduz ar froud eo paket e penn linenn eur pesketêr.
        Il  n’avait plus envie de rien et de très nombreuses années s’écoulèrent ainsi. Naturellement, il avait oublié les paroles de la grenouille mais, un jour où il ne se méfiait pas assez et prenait le soleil dans l’éclat des bulles bleues du torrent, un pêcheur l’attrapa au bout de sa ligne.

     

    Hogen bez ‘ eo ar  pesketêr eur Priñs sod a-walh evid kemer ar boan da baka eur pesk evid e verenn.
        Or le pêcheur était un prince assez fou pour se donner la peine de pêcher lui-même son dîner.

     

    Torret eo eta ar strobinelléréz greet gand ar ran. Dond a ra en eog da veza eur Briñsez rouzardenn ha dedennet eo ar Priñs gand he skiant hag he furnez.
        L’enchantement lancé par la grenouille fut aussitôt levé : le saumon redevint la princesse rousse dont l’intelligence et la sagesse séduisirent le prince.

     

    « Penaoz e hellez beza ken kaer hag anaoud kement a draou », a adlavar-eñ.
        « Comment peux-tu être aussi belle et connaître tant de choses » ? répétait-il.

     

    Mousc’hoarzin a ra Briñsez heb respont. Adkavet he-deus he memor ha n’he-deus ket c’hoant da enoui anezañ gand istor he diêsteriou tremenet. Med asanti a ra da zimezi ganañ, d’e zikour da ren e rouantelez hag e teu o zujidi da veza an dud eürusa war an douar. Biken ken ne vez-hi froudennuz na droug ouz den ebed. A-hend-all e nah-hi, he buhez-pad, mond da bourmen e-kichenn al lennou hag al  lehiou ma vez kavet raned enno. N’eus den ebed disi....
        La princesse souriait sans répondre. Elle avait retrouvé la  mémoire et n’avait pas envie d’attrister le prince par le récit de ses épreuves passées. Mais elle accepta de l’épouser, de l’aider à gouverner son royaume dont les sujets, grâce à elles, furent les plus heureux de la terre. Elle ne fit plus, mais alors plus jamais la moindre méchanceté. Par contre, toute sa vie elle refusa de se promener à côté des étangs et autres lieux chers aux grenouilles. Personne n’est parfait....

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • D’ar mare-ze, pell-tre, e oa Breiz paourreet gand ar brezeliou ; Bez’ e os naonegez er hêriadennou, ha kov moan a ree ar gourien.

    À cette époque très lointaine, les guerres avaient appauvri la Bretagne. La famine régnait dans les villages et les paysans avaient le ventre creux.

     

    Ne oa ket disheñvel diouz planedenn ar re all hini Yann ha Saïg, daou baotr a eiz ha nao vloaz m’o doa o herent tri bark hag eun ti-soul dirapar, rag, abaoe pell zo, n’e-noa o zad tamm greun ebed da hada : na kerh, na segal, na ed.

    Yann et Saïg, deux garçons de huit et neuf ans dont les parents possédaient trois champs et une chaumière délabrée, ne faisaient pas exception au sort des autres enfants car, depuis belle lurette, leur père n’avait plus la moindre graine d’avoine, de seigle, ou de blé à planter.

     

    Ha tremen a ree ar zizunveziou hag ar miziou. Yann, an disbasianta euz an daou vreur, a zeu da veez distrellet :

    Et les semaines, et les mois passaient. Yann, le plus impatient des deux frères, finit par s’énerver :

     

    « Ne hell ket kement-se padoud, a lavareñ da Zaïg. Loar-Gann a vo henoz. Mond a rin, da hanternoz, da gichenn ar stêr, beteg poull-kanna ar gorriganed ha dond a rin a-benn da zond en-dro gand unan euz o yalhadou ».

    « Cela ne peut plus durer, déclara-t-il à Saïg. La lune sera pleine la nuit prochaine. J’irai à minuit jusqu’au lavoir des Korrigans et je me débrouillerai pour revenir avec l’une de leurs bourses ».

     

    Red e oa kaoud naon du ha kalz nerz-kalon evid lavared seurt komzou. Pep hini a ouie, evel-just, e teue ar gorriganed d’ar poull-kanna d’an noziou a gann-louar hag e oa ganto yalhadou leun a aour.

    Il fallait avoir très faim et beaucoup de courage pour prononcer de telles paroles. Bien sûr, tout le monde savait que les Korrigans venaient au lavoir les nuits de pleine lune et que leurs bourses étaient emplies d’or.

     

    Med gouroud a ree pep hini ive e oa an dud vihan iskiz-se gouest d’ober forz petra. Peurvuia e kuze ar vugale o fennou kentoh hag e reent van da gousked pa glevent grizillon ha trouz treid skalfed ar gorriganed.

    Mais tout le monde savait aussi que ces étranges petits bonhommes étaient capables de n’importe quoi. D’habitude, les enfants  se cachaient plutôt la tête et faisaient semblant de dormir en entendant leurs grelots ou la sarabande de leurs pieds fourchus.

     

     

    « Konta a ra Lug goz int vil-tre gand bleo war o dremm hag ivinou e penn o bizied », a lavar Saïg.

    « Le vieux Lug raconte qu’ils sont très laids, avec des poils sur le visage et des griffes au bout de leurs doigts », dit Saïg.

     

    Med penneg eo Yann. Ne zelaou ket hag eet kuit e-unan en noz du, eun tammig a-raog hanternoz.

    Mais Yann était têtu. Il n’écoutait pas et, un peu avant minuit, il partit seul dans la nuit.

     

    O krena gan aon, e chom Saig da hortoz e vreur e-kichenn dor o zi-soul. Ne bad  ket pell an raou. Buan-tre Yann en-dro, o redeg ha o heja laouen eur yalh a zeblant beza leun-mad.

    Grelottant de peur, Saïg l’attendit très de la porte de leur chaumière. Ce ne fut pas très long. Très vite son frère revint en courant, agitant joyeusement une bourse qui paraissait bien garnie.

     

    « N’em-eus bet ken nemed stoui d’ober, evid paka anezi a lavar-eñ. E-leh gwalhi o dillad louz, o-deus ar gorriganed en em ziwisket evid kouronka. N’o-deus ket gwelet ahanon zoken, kement a bres a oa ganto da lammad en dour... »

    « Je n’ai eu qu’à me pencher pour la prendre, explique-t-il. Au lieu de laver leur linge sale, les Korrigans s’étaient déshabillés pour se baigner. Ils ne m’ont même pas vu tant ils étaient occupés à se jeter de l’eau... »

     

    E-pad ma komz z tilas Yann kordennouigou ar yalh. Saig a zell digor-braz e zaoulagad, a-veh ma kred d’o finvidigez nevez. Siwaz, ne zeu teñzor ebed war-wel, ne tra nemed dornadou baro, reun ha bleo griz, ken koulz hag eur gevnidenn zizehet !

    Pendant qu’il parlait, Yann dénouait les cordons de la bourse. Saïg regardait, les yeux ronds, osant à peine croire en leur nouvelle fortune. Hélas, aucun trésor n’apparut mais seulement des poignées de crins et de cheveux gris ainsi qu’une araignée desséchée !

     

    « Arabad laerez ar gorriganed ; hen lavared a ra Lug goz neb ehan, eme Zaig. Ha bremañ eo red restaol o feadra dezo. A-hend-all e teuint bemnoz da gantreal en-dro deom hag e vo brasoh c’hoaz or gwalleuriou ».

    « Il ne faut jamais voler les korrigans. Le vieux Lug le répète sans arrêt, dit Saïg. Et maintenant, il faut leur rendre leur bien. Sinon, ils viendront chaque soir rôder autour de nous et nous connaîtrons encore plus de malheurs ».

     

    Stoui a ra Yann e benn. A-du eo gand e reur. Koulskoude ne fell ket dezañ mond en-dro d’ar poull-kanna ra aon e-neus  da veza paket ar wech-mañ.

    Yann baissait le nez. Il se sentait enfin d’accord avec son frère. Pourtant, il ne voulait pas retourner du côté du lavoir car il craignait cette fois, de se faire attraper.

    « Neuze ez in-me en da blas, a ziviz Saig. Ar riskl az-peus lakeet ahanon ennañ a dalvez ar zakrifis-se ».

    « Dans ce cas, j’irai à ta place, décida Saïg. Le danger dans lequel tu nous a mis mérite bien ce sacrifice. »

     

    Goude-ze, e sank en noz d’e dro, heb soñjal, heb leñva, heb trei kein, gand e votou en e zorn evid chom heb ober trouz. Al loar a sklêrijenn al lanneg, evel e-pad an deiz, ha n’eo ket pell ar poull-kanna. Bremaig e klev c’hoariou,  garmou ha c’hoarzadeg ar gorriganed. Neuze, buen-tre e red Saig beteg an dillad strewet war ar brug hag e taol ar yalh en o hreiz. Sur e vo kavet gand e berhenn...

    Puis, sans réfléchir, sans pleurer, sans se retourner, es sabots à la main pour ne pas faire de bruit, il s’enfonça dans la nuit. La lune éclairait la lande comme en plein jour et le lavoir n’était pas loin. Déjà il entendait les jeux, les cris des Korrigans. Alors, vite, vite, vite, Saïg courut vers les habits éparpillés sur la bruyère et lança la bourse bien au milieu. Son propriétaire la trouverait sûrement ...

     

    Ne jom bremañ dezañ nemed mond en-dro, e-giz m’eo deut. Med, a-daol-trumm, e tifloup eur halvadenn-zihour euz ar stêr e-kichenn :

    Il ne lui restait plus qu’à repartir comme il était venu. Mais soudain, un appel au secours jaillit de la rivière proche :

     

    « Sikour ! Beuzi a ran, beuzi a ran... « !

    « A l’aide ! Je me noie, je me noie... » !

     

    Ar bihanna euz ar gorriganed eo a zo o hopal ; Dilezet e-noa ar poull-kanna evid kouronka diouz e du. H bremañ eo kaset gand red an dour war-zu ar rod-vilin ha ne hell ket e vignoned kleved anezañ gand an trouz a reont.

    C’était le plus petit des Korrigans qui criait. Il avait quitté le lavoir pour se baigner seul. À présent le courant l’entraînait vers la roue du moulin et, au milieu de tout leur tapage, ses amis ne l’entendaient pas.

     

    O senti ouz e galon vad, e taol Saig e votou a-gostez, e spluij hag e pak an den bihan dre unan euz z dreid skalfeg. Just p’ema war-nez mond diwar-wel.

    N’écoutant que son bon cœur, Saïg lâcha ses sabots, plongea et rattrapa le petit père par l’un de ses pieds fourchus. Juste avant qu’il ne disparaisse.

     

    « Dra drugarekaad a ran », eme ar Korrigan, goude beza ruillet e-touez ar brug d’en em zeha. « Hag evel n’on dianaoudeg, emaon o vond da rei deo heur prov... »

    « Je te remercie, dit le Korrigan après s’être roulé dans la bruyère pour se sécher. Et, comme je ne suis pas un ingrat, je vais te donner un cadeau... »

    Daoust hag ema o vond da ginnig dezañ ar peziou aour  ken c’hoanteet gantañ ?

    Allait-il lui offrir les pièces d’or tellement désirées ?

     

    Nann, ha kerse eo da Zaig, rag an denig bihan, goude beza furchet en e zah, a ro dezañ eur plad louz-eston hag ordinal-tre.

    Non, Saïg fut bien déçu car le minuscule bonhomme, après avoir fouillé dans un sac, lui tendit un plat très sale et très ordinaire.

     

    Eur plad mad da stlepel kuit, e gwirionez. Med eur paotr jentil eo Saig. Kemer a ra ar prov hag e gas gantañ d’ar gêr. Lezel a ra anezañ war an daol, a-raog mond d’em en domma dindan ar pallen, rage ñ ive a zo gleb-tre hag eun tammig siferniet, war-lerh e gouronkadenn yen-sklas.

    Un plat bon à jeter en vérité. Mais Saïg était un gentil garçon. Il accepta le cadeau et le rapporta chez lui et le laissa sur la table. Puis il courut se réchauffer sous sa couverture : il était lui-même mouillé et même un peu enrhumé après son bain glacé !

     

    Pell e chom Saig kousket hag ne oar ket ken, en eur zigeri e zaoulagad, hag-eñ e-nos hunvreet e dro pe get. Medpebez souez evitañ o weled e famill bodet en-dro d’an daol. Arplad mad da stlepel kuit a zo er hreiz ha leun gand kig rostet-mad, gand pastez ha gand legumachou saouruz !

    Saïg dormit longtemps et ne savait plus, en ouvrant les yeux, s’il avait rêvé son aventure ou pas. Mais quelle ne fut pas sa surprise de voir la famille réunie autour de la table. Le plat bon à jeter se trouvait au milieu et il était empli d’une viande rôtie à point, d’un pâté et de légumes délicieux !

     

    Pep hini a leugn e gov. An dud kêz a zebr zoken muioch eged rezon, o kredi ne hoarvezfe ket seurt burzud eur wech all. Fazia a reont war ar poent-se : dond a ra boued founnuz er plad da vare bep pred, hag e pado an dra-ze e-pad sizunveziou, miziou, bloaveziou. Beteg fin an naonegez.

    Chacun se rassasia. Les pauvres gens mangèrent même bien plus que de raison, croyant qu’une pareille aubaine ne se renouvellerait pas. En quoi ils avaient tort : une nourriture abondante apparut dans le plat  à l’heure de chaque repas et cela dura pendant des semaines, des mois, des années, jusqu’à la fin de la famine.

     

    Evel-just, e kenlod Yann, Saig hag o herent an donezon roet dezo, gand tud ar gêriadenn, gand ar glaskerien-vara ha gand ar boerien a dremen en o zi dre zegouez.

    Naturellement, durant tout ce temps, Yann, Saïg et leurs parents partagèrent le bienfait qui leur était accordé avec les gens de leur village, les mendiants et les malheureux qui passaient chez eux par hasard

     

     

    Med proui a ra an dra-mañ e restaol atao ar gorriganed an oberou greet dezo a galon vad. Dres evel e koñchennou Lug goz d’ar vugale.

    Et cette histoire est la preuve que les Korrigans récompensent toujours les gestes de générosité. Exactement comme dans les récits du vieux Lug aux enfants.

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     


    votre commentaire
  • Ar pesketer koz hag ar fomored
    Le Vieux pêcheur et les Fomors

     

    Tennet euz ar mojennou keltieg gand Régine Pascale ha Marie Kerguéris
    Troet e Brezoneg gand Herve Danielou

    Adapté des mythes celtes par Régine pascale et Marie Kergueris
    Traduit en Breton avec  Hervé Danielou.

     

    Eur pesketêr koz hag e wreg e veve e kochenn ar Mor Braz. O chom edont en eul lochenn savet etre diou mell roh, e beg an tornaot, ha den, den ebed, ne zeue biken da weled anezo. O-unan penn e oant er bed, gand an avel, al laboured, an heol hag ar mor. Kement-se o lakee da veza trist rag kared o-defe en em gavoud, a vare da vare, gand tud laouen en-dro dezo.
      
    Un vieux pêcheur et sa fille vivaient au bord de l’océan. Ils habitaient une cabane construite entre deux rochers au sommet d’une falaise et personne, mais alors personne, ne venait jamais les voir. Ils étaient seuls au monde avec le vent, les oiseaux, le soleil. Cela les attristait car de temps en temps, ils auraient aimé se retrouver en joyeuse compagnie.

     

    Hogen, pa veze he gwaz o peketa, e oa boazet ar vaouez koz, Ula heh ano, dà ziskenn e traoñ an tornaot. Dibab a ree mare an re ha dizoloet he-doa, el leh izella, mougeviou ken don ha ken teñval ma oa dibosubl gweled o foñs.
      
    Or, pendant que son mari pêchait le poisson au large, la vieille femme, qui s’appelait Ula, avait pris l’habitude de descendre sur la falaise. Elle choisissait le moment où la marée se retirait et, tout en bas, elle avait découvert des grottes si profondes et si sombres qu’il était impossible d’en apercevoir le fond.

     

    C’hoantbraz he-doa Ula d’o bizita med, bewech pa’z ee enno, e teue aon dezi. Eet bihan he halon, e teue war he hiz hag e pigne en-dro d’he zi ken buan ha ma helle he divesker dougen anezi.
       Ula avait très envie de les visiter mais, chaque fois qu’elle y pénétrait, une peur la prenait. Gorge serrée, elle rebroussait chemin et remontait chez elle aussi vite que ses jambes pouvaient la  porter.

     

     Koulskoude, en devez-se, he-deus-hi divizet kas he prenoz da benn. Degaset he-deus ganti zoken torchennou a elum en eur vond tre er mougeo kenta.
       
    Pourtant, ce jour-là, elle avait décidée à mener son projet jusqu’au bout. Elle avait apporté des torches qu’elle alluma en entrant dans la première des grottes.

     

    Bez’ e oa eul iskiz, gan mogeriou a zeblante beza goloet gant kizelladuriou ha resadennou. Med ne oa ket tu da lavared hag-eñ e oa bet greet ar hizelladuriou hag an tresadennou-ze gand dorn eun den pe gand froudenn an natur.
       C’était un endroit étrange. Les parois semblaient couvertes de sculptures et de dessins. Mais il aurait été impossible de dire s’ils avaient été créés par une main d’homme ou par un caprice de la nature.

     

    War ar penn pella, e tigor eun trepas stri. Daoust hag e kas ar mougeo beteg kreiz an douar ? Euz gridienn yen a red etre diouskoaz Ula. Homañ a elum diou dorchenn all hag a gendalh gand heh enklask. Diêz en em zant-hi koulskoude ha kredi a ra dezi ez eus daoulagad o teuler evez euz pep tra a ra-hi.
      
    Au fond s’ouvrait un étroit couloir. La grotte se prolongeait-elle jusqu’au centre de la terre ? Un léger frisson parcourut les épaules d’Ula qui alluma deux nouvelles torches et poursuivit son chemin. Elle se sentait mal à l’aise : elle avait l’impression incroyable qu’un regard surveillait chacun de ses gestes.

     

    A-benn ar fin e tegouez ar vaouez koz en eur zal ha darbet eo dezi krial gand ar spont : eur strollad ramzed a zo selled outi !
        « Ar Fomored... » a vouskom-hi.
       Enfin, la vieille femme déboucha dans une grande salle et retint un cri de terreur : un groupe de géants se tenait devant elle et la   regardait !
       « Les Fomors... » Murmura-t-elle.

     

    An oll vojennou a oa bet kontet gand he mamm da Ula pa oa homañ bihan, a oa diwar-benn ar Fomored :tud ramzel, ken uhel ha tri den asamblez. Titaned, sikloped, eun nerz digreduz dezo, med vil-spontuz da weled, ne oa aliez ganto nemed eur vreh pe eur harr.
       Toutes les légendes que la mère d’Ula lui avait racontées pendant son enfance parlaient des Fomors. Des êtres immenses, haut comme trois hommes à la fois. Titans, cyclopes d’une force incroyable mais repoussant de laideur, ils ne possédaient souvent qu’un bras ou une jambe.

     

    Hag e oa wirionez gand ar mojennou.       Et les légendes disaient vrai.
        Ha bremañ e wel Ula an euzviled dirazi. 
    Et maintenant Ula voyait les monstres en face
        Ha bremañ ema-hi o krena                       
    Et maintenant elle tremblait
        Ha bremañ e teu kezi euz huriusted        
    Et maintenant elle regrettait sa curiosité.

     

    Petra a zo hoarvezoud ganti ? Kleved a ra he dent o strakal.
        Qu’allait-il lui arriver ? On entendait ses dents claquer.

     

    « Bez dineh, n’az-peus ket da gaoud aon. Ni a zo amañ evid gwazeri an dud » eme eur ramz a sked e lagad glaz  gand sklérijenn an torchennou.
       « Ne t’inquiète pas, tu ne crains rien. Nous sommes là pour protéger les humains », dit un cyclope dont l’œil bleu étincelait dans la lumière des torches.

     

     Goulenn a ra Ula outi heh-unan hag-eñ e hell-hi kaoud fizians ennan. Kared he-defe kleved ali ar re all ive med tevel a reont. Daoust hag int lent-tre pe disheñvel krenn eo o menoziou ? Evel ma pad ar zioulder hag m’en em zant-hi nehetoh nehetah, e kil ar vaouez koz evid dond er-mêz.
       Ula se demandait si elle pouvait lui faire confiance. Elle aurait aimé entendre aussi l’avis des autres, mais ceux-ci se taisaient. Alors ? Étaient-ils très timides ou pensaient-ils le contraire de ce qui avait été dit ? Comme le silence se prolongeait et qu’elle ne sentait pas rassurée, la vielle femme recula vers la sortie.

     

     En trepas hepken, e tro kein hag e red kuit. Med tremenet he-doa an amzer buannoh eged he-dijee soñjet. Tonnou al lano a leugn dija ar mougeo ha dibosubl eo bremañ mond er-mêz ha pignat an tornaot.
       Dans le couloir seulement, elle se retourna et courut. Mais le temps avait passé bien plus vite qu’elle ne se l’était imaginé. Les vagues de la marée montante emplissaient déjà la grotte et, à présent il était impossible de sortir et de remonter la falaise.

     

    Spontet-tre eo Ula. Kement a aon he-deuz da zistrei da zal ar ramzed ha da veza beuzet el leh m’e-nefe ket he gwaz soñj da zond glask anezi. Forz penaoz, m’e-nefe bet soñj zoken, e vije dibosubl dezañ dond eno bruzuna e vag...
       La panique s’empara d’Ula. Elle craignait autant de remonter dans la salle des géants que de périr noyée dans cet endroit où son mari n’aurait pas l’idée de la chercher. De toute façon, même s’il avait eu cette idée, il lui aurait été impossible de passer sans fracasser son bateau...

     

    Kregi a raUla da ouela, o kredi ema deut heh eur diweza.
        Elle se mit à pleurer, croyant sa dernière heure arrivée.

    Neuze e klev-hi kammedou a-drenñv d’he hein
        C’est alors qu’elle entendit marcher derrière son dos.

     

    « Ar Formored.. » a vouskomz-hi adarre.            « Les Fomors ... » murmura-t-elle encore
        Int eo a zo enno e gwririonez ;                             
    Il s’agissait bien d’eux, en effet :

     

    « Dond a reom d’ar sikour rag e ouzom emaout en arvar » a lavar an hini e-noa komzet outi dija.
        « Nous arrivons à ton secours car nous te savons en danger » dit celui qui avait déjà parlé.

     

    Neuze e kemer anezi en e zivreh ha hi da zerri daoulagad kement m’eo spontet gand e vilder. Med n’eo ket feuket ramz e lagad glaz. O terhel anezi a-uh d’an tonnou, o teu er-mêz euz ar mougeo. A veh ma pign an dour beteg e zaoulin ha ne vranskell ket eñ zoken dindan nerz ar mor. Goude-ze, e stou eun tamming. Eur ramz all a zeu en e gichenn, a bign war e ziversker, a gav e gempouez hag e krog en Ula ; homañ, goude beza dibradet, a zo lakeet war lein an tornaot. Saveteet eo-hi ! Maro gan an aon med saveteet... ! »
       Alors, il la prit dans ses bras. Elle ferma les yeux tant sa laideur l’épouvantait. Mais le cyclope à l’œil bleu ne se vexa pas. La tenant toujours au-dessus de l’écume des vagues, il sortit de la grotte. L’eau atteignait à peine se ses genoux. Il ne vacillait pas, plus puissant que les vagues. Ensuite, il se baissa un peu. Un second géant le rejoint, grimpa sur ses épaules, se mit en équilibre et attrapa Ula qu’il souleva et déposa au sommet de la falaise. Elle était sauvée ! Morte d’émotion, mais sauvée... ! »

     

    « Red eo din o zrugarekaad » a zoñj-hi
        « Il faut que je les remercie... » Pensa-t-elle.

    Med poan gollet. Amzerd’ar vouez koz da gaoud e skiant en-dro, o-deus ar  Formored tehet kuit.
        Peine perdue. Le temps que la vieille femme reprenne ses esprits, les Fomors avaient disparu.

     

    Dipitet eun tammig da veza chomet hep treugarekaad, e tistro Ula d’he zi el leh m’eo he gwaz o hortoz anezi, kounnar ennañ dre n’eus ket kavet e goan o tond d’ar gêr eur pesketêrez. Konta a ra Ula dezañ ar pez a zo c’hoarvezet. Siwaz, n’eo ke kredet gantañ. Soñjal a ra-eñ d’ar hontrol he deus-hi ijinet an istor-ze evel eun digarez evid beza chomet ken pell er-mêz. Fuloret e sko an den koz war e wreg o nah outi mond da bourmen eur wech all :

    « N’out nemed eur gaouiereez » a gri-eñ.
        « Toui a ran dit e lavaran ar wirionez » a respont-hi.
       Déçue de n’avoir pu rendre la politesse aux géants, Ula rentra chez elle où son mari l’attendait, mécontent de ne pas avoir trouvé son dîner prêt en revenant de la pêche. Ula lui raconta ce qui s’était passé. Hélas, il ne la crut pas. Il pensait au contraire qu’elle avait inventé cette histoire pour s’excuser d’avoir été absente si longtemps. De colère, le Viel homme battit sa femme et lui interdit de se promener :

    « Tu n’es qu’une menteuse » ! hurlait-il.
        « Je te jure que je dis la vérité » répétait-elle.

     

    Ar frazenn-se a laka he gwaz da veza disrtellet muioc’h c’hoaz. War-leh an devez-se, setu ma teu fachiri etrezo ha ma chomont mouzet e-pad deveziou ha sizunveziou. Ar pez ne oa biskoaz c’hoarvezet ganto, rag en gleved o-doa greet o bulez-pad.
       Cette phrase augmentait encore la colère de son époux. Aussi, après cette scène, demeurèrent-ils fâchés. Tous deux boudèrent pendant des jours et des semaines, ce qui ne leur était jamais arrivé car, toute leur vie, ils ‘étaient bien entendus.

     

    Dond a ra Ula da veza trist. Ne’z a ket ken er-mêz euz he lochenn ha, seul vui e tremen an amzer, seul vui e teu-hi da houlenn outi heh-unan hag-eñ n’he-doa ket hunvreet heh istor ha daoust n’ema ket ar gwir gand he gwaz nemez tra.
       Ula devint triste. Elle ne sortait plus de sa cabane et, plus le temps passait, plus elle finissait par se demander, si elle n’avait pas rêvé son aventure et si son mari n’avait pas eu raison de ne pas la croire.

     

    Hogen, mond a ra hemañ pelloh pella da besketa en donvor evid distrei d’ar gêr diwezatoh. Hag eun abardaez, eo ken dirollet an tonnou m’eo dibradet e vavig evel eur blouzenn. Koueza a ra an den koz er mor o soñjal, eñ ive, eo deut diweza. Med fazia a ra.
       Lui, de son côté, partait pêcher au large de plus en plus loin afin de rentrer le plus tard possible chez lui. Et, un après-midi de tempête, les éléments se déchaînèrent tellement que sa petite barque fut soulevée comme un fétu de paille. Le vieil homme tomba à la mer et crut que sa dernière heure était arrivée. Mais il se trompait.

     

    P’ema o sonka en dour-mor, serret e zaoulagad gantañ ha keuz dezañ da vond kuit heb beza en em gleved en-dro gand e wreg, e krog daouarn nerzuz ennañ, en eur berr-amzer eo adveset war horre, kaset d’an aot ha sehet, e-keid m’eo e vag, gand an oll be sked paked gantañ dija, dilbradet ha lakeet eun tamming pelloh. Neuze hepken e kredeñ digeri e zaoulagad e wel dremmou divent ar ramzed o-deus miret outañ da veza beuzet, a-raog degas anezaén en-dro dibistig.
        « Ar formored... » a vouskomz-eñ d’e dro.

    Au moment où il s’enfonçait sous les flots, fermant les yeux et regrettant de mourir sans s’être réconcilié avec sa femme, des mains puissantes le saisirent. En un rien de temps, il fut remonté à la surface, porté jusqu’au rivage et séché tandis que son bateau, avec tout le poisson qu’il avait déjà attrapé était déposé un peu plus loin. Alors, seulement il osa ouvrir les yeux et aperçut les énormes visages des géants qui l’avaient sauvé de la noyade avant de le ramener sain et sauf.
        « Les Formors... » Murmura-t-il à son tour.

     

    Ha ken strafuillet eo o weled he-doa e wreg lavaret ar wirionez dezañ ma n’e-neus ket aon zoken rag ar  ramzed. « Ho trugarekaad a ran hag ho pedi da zond d’am zi » emezañ. Med aonig-tre eo ar Formored e gwirionez. Heja a reont o fennou braz ha mond kuit.
       Et il était si troublé de voir que sa femme ne lui avait pas menti qu’il n’avait même pas peur des grands hommes. « Je vous remercie et vous invite tous chez moi » dit-il. Mais les Formors étaient décidemment très timides. Ils secouèrent leurs grosses têtes et disparurent.

     

    War-lerh kement-se, eo adkavet ar peoh etre an den koz hag e wreg, ha, tamm ha tamm, e kred d’ar Formored dond d’o gweladenni. Hogen, dre m’int re vraz evid mond e-barz al lochennig serret etre ar reier, e tegasont ganto mein braz : renket eo ar re-mañ evid ober eur helh hag aze e teuont d’azeza aliez war an tornaot. Dond a ra neuze ar vuhez d veza laouen-tre evidan oll, dres evel m’o-doa Ula hag he gwaz esperet gwech all. Rag ar Formored, kollet ganto o lentegez, a ziskouez beza fentuz evel bugale braz.
        Après cette histoire, le vieux couple fit la paix et, peu à peu, les Formors s’enhardirent à leur rendre visite. Cependant, comme ils étaient trop encombrants pour pénétrer dans la petite cabane coincée entre les rochers, ils apportèrent de grosses pierres sur lesquelles ils prirent l’habitude de s’installer en rond sur la falaise. La vie devint alors très joyeuse pour tous car les Formors, débarrassés de leur timidité, se révélèrent amusants comme de grands enfants.

     

    Hirio, evel-just, eo maro ar pesketêr hag e wreg, abaoe pell’zo.
       Aujourd’hui, bien sûr, le vieux pêcheur  et sa femme sont morts depuis longtemps.

     

    O lochenning a zo eet da get. Med chom a ra aze ar vein en o flas. Kontet e vez zoken e teu eno ar ramzed en-dro, a vare da vare. Gwir eo ne varvont ket morse hag en em gavoud a reont atao evidsavetei an dud dievez war ar mor.
        Leur cabane a disparu. Mais les pierres sont restées à leur place. On raconte même que les géants y reviennent de temps en temps. Il est vrai que les géants ne meurent jamais et se trouvent toujours là au bon moment pour sauver les imprudents des colères de la mer.

     

    © Le Vaillant Martial

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :