• Le spontail de Saint Goustan

     

     

    Alanig Avel-Hoel rode dans les coins sombres de Saint-Goustan. Après que la douzième heure ait sonné au clocher, il faut s’attendre à voir son ombre glisser le long des murs à pans de bois de la petite cité endormie. Les soirs d’hiver, lorsque la bise noroise s’engouffre dans les ruelles étroites, elle souffle à nos oreilles... elle souffle l’histoire d’Alanig Avel-Hoel.

     

    Elle rapporte comment un jour de décembre de l’an de grâce 1776, un navire venu d’Amérique dut se rabattre sur le port de Saint-Goustan plutôt que de rallier Nantes. Les vents contraires l’y avaient poussé malgré la volonté du capitaine et Alanig Avel-Hoel ne fut pas étranger à ce contretemps, trop impatient qu’il était de retrouver sa Bretagne et hanter d’autres lieux que les soutes fétides et la sainte-barbe d’un navire à bord duquel, embarqué comme Gabier, il avait perdu la vie au large des côtes du New-Jersey.

    C’est ainsi que Benjamin Franklin ne fut pas le seul à débarquer ce 4 décembre 1776 sur les quais du petit port breton. Dans ces pas ce n’était pas le vent d’hiver qu’il devait sentir effleurer sa nuque, mais le souffle glacial d’un revenant ! Revenant dans les deux sens du terme. Ainsi Alanig Avel-Hoel laissa-t-il la grande histoire du monde continuer sa route, pleine de honte et de gloire pour se consacrer à sa modeste condition de spontaill.

     

    A parti de ce jour, chacun put témoigner de ses facéties. Le turbulent toquait aux portes, battait les volets clos. Il libérait les amarres des bateaux à quai pendant le sommeil des matelots. Combien de fois les cloches de Saint-Sauveur n’ont-elles pas sonné au cœur de la nuit, occasionnant au recteur impuissant de noirs regards de la part de ses paroissiens en colère.

     Le malheureux eut beau jouer de goupillon, autour de l’église, dans le clocher... rien n’y fit.

    Une autre occupation Alanig Avel-Hoel était de tourmenter les gardes du poste d’octroi. Le fantôme invisible passait et repassait, provoquait moult tapages, laissant imaginer aux hommes de factions qu’une charrette, un cavalier se présentait, les obligeant à sortir promptement. Las de ne jamais voir personne, les gens d’arme ne s’exécutaient plus, y compris lorsqu’il le fallait vraiment.

     

    Cela occasionnait de sévères réprimandes dont s’amusait Alanig Avel-Hoel. Un de ses grands plaisirs étaient de tourmenter les filles. Il chahutait leur linge alors qu’elles s’affairaient à l’étendre, dénouait les coiffes des unes et sifflait les autres à la manière d’un Hopper-Noz pour les effrayer.

    Alanig Avel-Hoel, élut domicile en plusieurs endroits, principalement sous le petite pont de pierre qui enjambe la rivière du Loc’h. Il se cachait là...  Il s’y trouve toujours, dans l’ombre de l’arche, juste à côté de la maison de l’octroi, parfois dans la maison elle-même. On peut encore l’entendre ricaner de ce que sont devenus les hommes. Son murmure se confond avec le bruit de l’eau. Alanig Avel-Hoel se plaît à interpeller ceux qui passent d’une rive à l’autre. Aux imprudents qui viendraient se pencher pour savoir qui peut bien les appeler, ils seraient saisis  dans l’instant par une main invisible et attirés par-dessus le parapet. Gare, Gare aux enfants  imprudents. Pire encore aux esprits insolents.

    Je leur botterai le train
    Digue-don din
    Je leur tirerai le menton
    Digue-don-don

     

    Plouf !

     

     

     

    © Le Vaillant Martial 

    « L’enterrement de la Gabelle, par la duchesse AnnePouvoirs et caractéristiques des Lutins »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :