• Le Loup Garou

    Le loup Garou

    L 

     

     

    ’Histoire se passe à Avessac, petite commune d’Ille & Vilaine, à quelques kilomètres du Bourg de Redon, célèbre pour ses filles ... Mais là, attention pas question de plaisanter.

    En effet la vie de ce village habituellement tranquille, est un jour perturbée par des phénomènes étranges, voire inquiétants. C’est un fait, depuis plusieurs semaines, des témoins affirment avoir vu, comme un grand loup sombre, « dressé sur ses pattes de derrière ». Il apparaît d’un coup au bord des routes, devant les phares des voitures, pour la grande frayeur des conducteurs. Parfois même il rôde dans les hameaux, vers la Sicardais, gratte aux portes et aux fenêtres et au matin, les marques de ses griffes sont bien nettes sur les dormants en bois. Pas de doute, la rumeur est fondée, la bête est bien là !

     

    D’ailleurs la feuille de chou locale, toujours en mal de copie, s’empresse de relayer le fait divers et même de donner dans le « People » au point d’en faire un événement. Étayé par des clichés qui prétendent montrer les traces et par des témoignages douteux, l’article parle d’un loup anormal (surtout à cet endroit, c’est sûr !) plus grand qu’un loup de ce nom. Puis visiblement inspiré par le sujet, le glorieux reporter laisse entendre que pour tuer l’animal il faudrait plus qu’une simple balle de fusil... Une en argent et bénir de surcroît... là par contre l’efficacité serait garantie !

    Voilà, c’est fait, la bête immonde est devenue un loup-garou, l’ironie cède la place à l’inquiétude. La suspicion gagne et chacun se demande si par malheur le voisin ne se transformerait pas en loup les nuits de pleine lune. Au coin des étables, dans les granges et même les lotissements, le soir tombant, on peut entendre de légers rires...

    Janvier est bien entamé, et les gens du pays, voient avec angoisse arriver la pleine lune. Et puis, comme s’il était nécessaire d’en remettre une couche, cette pleine lune sera spéciale avec une éclipse totale qui devrait donner une inquiétante couleur rouge à l’astre des nuits, du moins, ce sont les hommes de l’art qui l’affirment. Pour quelques braves gens d’Avessac, il n’y a pas de doute : « Ce rouge est bien la couleur du sang. Avec ce loup-garou qui court la campagne, va vantiében y’avoir des morts à neu ! »

    Le jour fatidique venu – plutôt  la nuit d’ailleurs – les moins courageux sont cloîtrés à l’abri de leur demeure et ils comptent bien qu’elle ne soit pas la dernière, « c’est que dame avec ces bestiaux, et ces vaches folles, on s’seu jamais ! »

     

    D’autres aussi poltrons, mais plus curieux, entament une ronde de surveillance... dans leur voiture. Quelques fusils redonneront du courage au cas où....

    Mais surtout, il  y a notre presse ! Notre « Prix Pulitzer » local, sent vraiment que sur ce coup sa vie va basculer, c’est sûr, il le tient le bon scoop ! Alors, armé jusqu’aux dents de son appareil photo automatique, et d’un stock de pellicules, il arpente les alentours de la Sicardais, ce hameau où, selon la légende récemment retranscrite par l’abbé du village, une histoire de loup-garou défrayait déjà la chronique au moyen-âge.

    Il est en certain, le monstre est de retour, et c’est lui  le fin limier qui va faire éclater l’effarante vérité à la face du monde. Pour l’heure, il piétine, frigorifié par le brouillard givrant qui tombe sur la nature – pour l’ambiance, il fallait cela – et la lumière laiteuse ne le rassure guère. Soudain, un hurlement lugubre lui glace le sang à la température pourtant déjà bien basse. C’est un cri affreux et prolongé, comme celui d’un commentateur de football lorsqu’un but est marqué, c’est dire si la chose est laide.

         Notre homme croit sa dernière arrivée et pour la prolonger encore un peu, il s’accroche désespéré à son appareil photo, comme à une bouée de sauvetage. Ses petits doigts crispés sur le boîtier déclenchent le mécanisme et la bobine se déroule en quelques secondes. Au comble de la terreur, il s’agite en tous sens, entend une galopade toute proche et tombe à la renverse, bousculé par une bête velue et puante.

     

    Ce diable d’homme devait bien posséder quelque don car, ainsi qu’il l’avait pressenti, sa vie vient de basculer... en plein dans le fossé, gorgé d’eau, de ronces mortes mais aux griffes pénétrantes comme dans la chair... Avant de tomber, cette fois dans les pommes – ce n’est pourtant pas la saison – il croit entendre des rires qui s’éloignent avec le monstre.

    Ce sont nos glorieux vigiles motorisés qui le découvrent ainsi, gisant dans ce creux en bordure de route. Seules  se jambes dépassent et ils voient déjà une victime du gars-loup ! Aussi leur déception est grande en reconnaissant le journaliste qui reprend ses esprits, si tant est qu’il en eût un jour.

    Bien vite, ils le chargent dans la voiture, celle qui sert pour la chasse, qui sent le vieux chien et la bière à quatre sous (-« La chasse, ça donne soif, vain Dieu ! »). Comme lui, justement vient d’échapper à la bière, il faut lui en payer une pour lui remettre de la vie.

    Devant son verre, le reporter de choc évoque celui qu’il vient d’avoir et il a son avis : « J’ai tout compris, c’est des jeunes qui font une farce, j’ai entendu leurs rires quand ils m’ont foutu à terre. Tout ça c’est des conneries de gamins. Avec cette d’halloween, ils font comme les Ricains... Pas de quoi fouetter un chat, ni un loup-garou. Bon, je rentre, j’ai un papier à taper, mais pour la photo, y a rien à voir. » Et il sort le film du boîtier puis le laisse tomber d’un geste théâtral, dans la poubelle qui  trône à ses côtés.

    Quel dommage, car si il avait fait tiré ce film, déclenché par sa frayeur, il aurait vu de drôles de petits bonhommes, juchés l’un sur l’autre, camouflés sous une vieille peau de chien...

     

    © Le Vaillant Martial 

    « Les Cinq Trépassés de la BaieLe Combat contre Cûchulainn »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :