• La fête du du jour du crapaud

    La fête du jour du crapaud

    uand s’en reviennent la saison des feuilles jaunes, particulier vient troubler la tranquille harmonie du petit monde korrigan.

    Au jour dit, de tous les coins des landes, des bois, des grèves ou des sombres marais accourent les grandes familles, les clans et les tribus pour participer à la fête du crapaud ou jour de la fête du Roi Crapaud.  En fait si cette journée revêt une importance aussi grande aux yeux du korrigan, c’est qu’au terme des festivités est décerné le titre de plus crapaud de l’année !

    Le crapaud à l’instar de la salamandre est l’animal bien-aimé du Korrigan. Ainsi il est d’usage quand un lutin s’installe dans un endroit, cela peut être un bois, un talus, une futaie ou même un jardin, de lui offrir une salamandre ou un crapaud qu’il aura grand soin de dorloter, et cela en signe de bienvenue.


     

    Chacun n’arrive pas avec son crapaud sous le bras, cela ca sans dire, mais le bel animal choisi entre tous devra apporter joie, santé et chance sur la nouvelle demeure.

    ette tradition remonte  à la nuit des temps et l’on n’en connaît plus vraiment la raison. Toujours est-il que cet usage se perpétue encore de nos jours. On pourrait croire qu’offrir une grosse boîte de friandises susciterait beaucoup plus de plaisir, ce serait grave méprise ! Votre nouveau voisin pourrait fort bien ne pas apprécier du tout l’amicale intention et se mettre dans une rage indescriptible ! On a vu pour moins que cela des disputes éclater, s’envenimer et aboutir à une guerre de tribus.

    Critères pour accéder au titre 

    l ne faut pas s’y fier, tout cela est fait dans le plus grand sérieux et dans une totale exubérance, c’est tout de même une fête, rappelons-le !

    Le plus glouton 

    Le postulant idéal, doit au terme de la journée, avoir englouti au moins son poids en nourriture de toutes sortes, vers de terre, limaces et moucherons en tout genre !

    Le korrigan apprécie le bon mangeur et s’irrite de voir un appétit de moineau à sa table.

    « Il faut vivre pour manger !», telle est sa devise.

     

    Le plus gros 

    Bien évidemment, le roi des crapauds devra en imposer aux autres, donc plus gros on est, meilleur c’est ! Lors de concours précédents, on a surpris des prétendants au titre, se croyant plus malins que d’autres sans doute, se gonfler jusqu’à doubler de volume.

    On observe cette attitude de la part d’un crapaud lorsqu’il se sent menacé par un quelconque rival ou par un animal plus gros que lui. Il va de soi, dans ces cas-là, que le ou les tricheurs sont immédiatement disqualifiés ! C’est de là que vient l’expression :  se gonfler d’importance. Un détail qu’on ne doit pas oublier, c’est qu’il faut être une force de la nature pour supporter une année durant le poids considérable que peut représenter cette couronne en or !


    Il est très difficile pour un korrigan d’avoir un escargot pour monture, car le crapaud de la maisonnée pase son temps à chasser le limaçon...


    ien entendu, sa couleur devra s’harmoniser avec celle de la nature, avec une préférence toutefois pour les marrons et les verts. Les pustules joliment disposées, doivent couvrir le bas du dos jusque entre les yeux et être agréables à caresse. L’œil sera d’un beau jaune d’or avec, à la rigueur une légère point d’orange.

    Le croassement

    Pendant toute la durée de l’épreuve chque concurrent, placé face à son juge, doit lancer vers l’azur son plus beau croassement, et cela le plus de fois possible. Une voix grave, profonde, voire caverneuse a toutes les chances de faire l’unanimité.

    Le saut 

    Le vainqueur de l’épreuve de saut sera bien sûr celui qui aura réussi la plus belle envolée et parcouru la plus grande distance. On mesure réellement l’importance de cette fête du crapaud en constatant que le système de mesure Korrigan possède une unité de distance équivalent à un saut de crapaud ! Ainsi il n’est pas rare d’entendre dans les conversations : « Je connais quelqu’un qui habite à une poignée de sauts de crapaud » ou bien « Oh ! c’est très loin, à au moins cent saut de crapaud ! »

     Cela ne va pas sans quelques problèmes car, d’une année sur l’autre, le vainqueur saute de plus en plus loin, ce qui fausse toutes les mesures établies ! Bon an mal an, depuis le temps, les Korrigans s’y sont fais et n’y prêtent plus guère d’importance.

    Après tout un saut de crapaud reste un saut de crapaud, à quelques longueurs de mille-pattes près ! Ainsi au terme d’une journée riche en rebondissements de toutes sortes, le vainqueur est porté en triomphe par la foule en liesse, fêté en grande pompe et coiffé de la magnifique et monumentale  couronne !


    La famille victorieuse s’en retourne comblée d’honneurs, le cœur rempli de fierté et la panse pleine vers sa  demeure, mais que le pauvre batracien, porté par deux costauds sur une espèce de palanquin fait de branches et de mousse, dodeline du chef sous le poids de sa toute nouvelle et encombrante royauté.


    éritable petite fête de village en somme, me direz-vous, bonasse à souhait ? Certes, quoique drôle, ça l’est certainement moins pour la crapaud qui se voit affublé pendant toute une année de la plus encombrante des couronnes ! Cet accoutrement, il faut bien en convenir, est loin d’être commode quand il s’agit de sauter ou d’être le plus discret possible à l’affut d’une sauterelle ou d’un ver de terre. Mais, que voulez-vous, la royauté ne va pas sans quelques revers et notre roi crapaud n’y coupe pas.

     


     

    Il m’est venu aux oreilles, lors d’un de mes voyages, qu’un de ces grands benêts d’humain, il  y a fort longtemps de cela, est tombé, un jour nez à nez avec un roi crapaud. Imaginez quelle ne fut pas sa surprise, les bons  amis ! Vous ne voudrez pas me croire, mais ce grand nigaud s’en est allé être ne présence d’un quelconque prince tombé sous les  maléfices d’une sorcière et transformé sans façon en notre bel animal

    A force de conter son histoire à la ronde, il a fini par coucher cette mésaventure sur le papier pour la destiner aux enfants. A partir de ce jour bien d’autres histoire naquirent sous sa plume fertile et il devint conteur de grand renom. Drôle d’histoire n’est-il pas ?

     

      tant par nature, comme chacun le sait de charmantes petites personnes volages, frivoles et fondamentalement égoïstes, simplement préoccupées de leur seul bien-être, les fée observent souvent avec un amusement non dissimulé qui confine à la moquerie tout ce cérémonial autour de la fête du crapaud...


    © Le Vaillant Martial 

    « Le Korrigan chez la libraireLe Char de la Mort »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :