• L'homme sans nom

    L’Homme sans nom

     

    V

     

    oici l’histoire d’un méchant homme qu’on ne nommera pas, car citer un nom est déjà un souvenir. Il avait tout d’un ours, poilu comme lui, aussi grand et aussi fort, et mauvais comme personne de surcroît.

    Braconnier, il vivait de la vente de son gibier aux villages avoisinant la grande forêt, à l’orée de laquelle il avait bâti sa masure.

    On ne l’aimait guère, pas pour son activité quelque peu illégale, en ce temps-là c’était toléré et il fallait bien vivre. Mais il avait la réputation, d’ailleurs les soirs de beuverie, il s’en vantait assez, de faire souffrir inutilement les animaux : chevreuil, lièvre ou faisan qu’il prenait dans ses pièges, les laissant agoniser des jours entiers.

    Ainsi pendant un certain temps du fait de sa triste renommée, personne ne s’inquiétait de plus le voir dans le patelin.

    Au bout de quelques jours pourtant, les rumeurs, allèrent bon train. Certains s’interrogèrent sur sa disparition.

    Quelques hommes décidés partirent au fin fond de la forêt à sa recherche. Ils ne mirent qu’une demi-journée à le retrouver, ils le regrettèrent bien assez...

    Un peu plus tard, on les vit revenir au village traînant une carriole, dans laquelle on devinait un corps recouvert d’un drap. Les hommes racontèrent à l’assemblée comme ils avaient trouvé le braconnier, mort, déjà raide dans les bras de l’Ankou.

    C’était assez bizarre, somme toute, qu’un homme aussi expérimenté puisse mourir de cette façon, pris à son propre piège...

    Il en avait partout, et de toutes sortes, surtout des pièges à mâchoires qui lui avaient broyé tous les os de des membres.

    On eut une rapide pensée pour son agonie, faut bien, et on se perdit en conjectures.

    Certains pensèrent bien à un règlement de compte, ça en avait toutes les apparences. Mais qui pouvait bien haïr le bonhomme à ce point, bien qu’il le méritait ?

    « Personne, à part peut-être les animaux ! », lança un plaisantin voulant faire de l’humour.

    La plaisanterie fit long feu. Un silence lugubre s’installa, certains se regardèrent entre eux.

    Mais pratiquement tous portèrent leurs regards vers la sombre forêt dont on apercevait le faîte.

    Il y a des choses qu’il vaut mieux oublier, on mit le maraud dans une boîte en sapin et on fit taire les commères.

    © Le Vaillant Martial 

     

     

     

    « Saint RonanMorgane »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :