• L’enterrement de la Gabelle, par la duchesse Anne

    Autrefois, il en avait une troisième : la Gabelle (ann Deok holen, le droit du sel). Mais celle-ci, la duchesse Anne en a purgé le monde.
    La duchesse Anne demeurait au château du Korrec, en Kerfot[1]. Un jour, son mari lui dit :

    - La réunion des États va avoir lieu, il faut que je m’y rende.
    - Prenez garde à ce que vous y ferez. Surtout, n’imposez pas de nouvelles charges à la Bretagne.
    - Non, non.

     Il partit, assista aux États, puis s’en revint à son manoir.

    - Eh bien ? lui demanda la duchesse.
    - Heu ! répondit-il, j’ai dû consentir à l’imposition de la gabelle.
    - Ah !

    Sans rien ajouter, la duchesse passa à la cuisine et glissa quelques mots dans l’oreille de la servante qui faisait cuire de la bouillie pour le repas de son maître.
      Peu d’instants après, la servante servait la bouillie toute chaude. Le mari de la duchesse y planta la cuillère.

    - Pouah ! S’écria-t-il aussitôt, on a oublié d’y mettre du sel !
    - Hé ! répondit la duchesse, d’un ton goguenard, qu’importe !
    - Cette bouillie est exécrable, vous dis-je.
    - Il faudra cependant que vous la mangiez telle quelle. Vous devez l’exemple à nos paysans. Vous les privez de sel. Privez-vous-en vous-même.
    - J’entends qu’on sale mes aliments !
    - Abolissez donc la gabelle.
    - Je ne le puis. J’ai juré d’aider à la maintenir, tant que je vivrai.
    - Tant que vous vivrez ?
    - Certes.
    - Oh ! bien, ce ne sera donc pas pour longtemps ! fit la duchesse Anne, et, prenant sur la table un couteau à lame effilée, elle le plongea dans le cœur de son mari. Puis elle ordonna à un de ses domestiques d’aller annoncer partout que la Gabelle était morte.

    Les nobles protestèrent :

    - Votre mari, dirent-ils, avait cependant juré de maintenir la gabelle, tant qu’il vivrait.
    - Oui, répondit la duchesse Anne, mais il est mort, et avec lui nous allons enterrer la Gabelle.

    Depuis lors, en effet, on n’a plus jamais entendu parler de ce fléau du monde.

    Conté par Anna Drutot. - Pédernec, 1888.

    © Le Vaillant Martial 

     



    [1] Il n’est pas en Basse-Bretagne d’ancienne demeure seigneuriale qui ne passe pour avoir été le château de la « duchesse Anne. »

    « L'Union des Lutins et FéesLe spontail de Saint Goustan »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :