• Korrigans : Les Origines

    Korrigans les Origines

    Korrigans : Les Origines


     

      À L’origine, l’antique Armorique couverte de landes et de forêts, grouillait de créatures merveilleuses.

    Parmi les Bugale an Noz (les enfants de la nuit), fées, sirènes et autres géants, était le peuple des Korrigans.

    Race de nains dont l’origine dans nos contrées reste mystérieuse, ils sont, selon certains, progénitures de fées ou, selon d’autres, issus de la décomposition du « géant primordial »...

    Quoi qu’il en soit, sous ce vocable de Korrigan, se cachait une nuée de petits êtres aux apparences multiples.

    Vivant en bonne intelligence avec les hommes qui les respectaient et les craignaient, ils étaient tels les génies du terroir, protecteur de la nature et de ceux qui la servaient.

    Un événement majeur allait, au début de notre ère, bouleverser ce bel équilibre. L’avènement du christianisme puis la propagation rapide de cette religion devaient voir reculer l’influence du petit peuple.

    Discrédités et chassés de leurs lieux par les premiers évangélisateurs, de nombreux Korrigans disparurent dans les profondeurs souterraines, où ils continuent de vivre. Les plus pugnaces se sont réfugiés dans les confins, suivis par quelques fidèles.

    Parfois maussades, toujours espiègles, souvent cruels, ils n’ont maintenant de cesse, pour la plupart d’entre eux de faire payer aux hommes, la désaffection dont ils ont fait l’objet.

     

    Adolphe Orain dans son « folklore d’ Ille & Vilaine » affirme à la fin du siècle dernier : « il n’y a pas un village, un hameau ou une ferme du département où l’on ne parle du lutin, joueur de tours, tantôt bon, tantôt mauvais, toujours capricieux. Tout le monde l’a entrevu ou a été victime de ses farces. »

    Cambry, pour sa part affirme qu’ils n’ont pas plus d’un pied de haut ».

    Les descriptions les plus fantasques sont recueillies ici ou là « ils peuvent se grandir à la taille humaine, se rapetisser à celle d’un insecte. Ils savent se métamorphoser en animaux (sanglier, cheval, bouc...) ».

    Le portait le plus précis reste celui d’Hersart de la VilleMarqué dans le barzaz Breiz :

    « Ils sont généralement noirs, velus, hideux et trapus, leurs mains sont ornées de griffes et leurs pieds de cornes de boucs. Ils ont la face ridée, les cheveux crépus, les yeux creux et petits, mais brillants comme des escarboucles, leur vois est sourde et cassée par l’âge... »

    Korrigans : Les Origines


     

    Bref, nous sommes loin en effet de l’image parfaite du bon génie. Il est vrai qu’ils sont et restent toujours les hôtes de la nuit, et qu’on ne les rencontre plus désormais qu’à la lisière des bois sombres ou au milieu des landes désertes »...

    Les Korrigans habitent parfois à l’intérieur de montagnes creuses, mais bon nombre d’entre eux ont élu domicile sous les mégalithes qui parsèment la campagne, dans des palais souterrains éclairés par des escarboucles.

    D’autres tribus ont, peu à peu, colonisé les marias et les rivages....

    Grands connaisseurs en gemmes et en minéraux, ils prospectent les profondeurs de leur royaume souterrain, là où s’élaborent les richesses du monde.

    Habiles forgerons ou faux monnayeurs, ils entassent dans leurs cavernes des trésors fabuleux dont ils sont les impitoyables gardiens.

    La tradition rapporte que ce sont eux qui ont gravé sur les parois des monuments mégalithiques, les symboles que l’on peut encore y lire aujourd’hui. On dit à Gravinis, que quiconque saurait déchiffrer ces énigmatiques messages, connaîtrait le secret des lieux où sont enfouies les richesses des nains !

    Dotés de nombreux pouvoirs, les Korrigans, outre le fait comme on l’a déjà vu de pouvoir varier leur apparences savent aussi se rendre invisibles, déclencher la pluie et le vent, exciter les tempêtes, aller en un instant là où ils le désirent... ils sont aussi le maîtres des animaux et ont une force exceptionnelle...

    Le mercredi est leur jour de prédilection, le premier mercredi de mai, e jour de leur fête annuelle. Cette nuit-là, ils mènent « grand chambard », et se servent, et se livrent à une de leur activité favorite, la danse.

    On pense qu’en haute-Bretagne, ils parlent le français et qu’en pays bretonnant, ils s’expriment en breton.

    Les Korriganes sont très discrètes, on les voit peu. Certaines auraient été aperçues balayent méthodiquement l’intérieur d’un cercle de pierres.

    La nation Korrigane est gouvernée par un grand souverain, qui règne sur les différentes tribus, elles-mêmes commandées par un chef.

    Émile Souvestre a recensé quatre de ces peuplades :

    -         Les Korniganed : habitants des bois ;

    -         Les Korils : habitants des landes, ainsi nommés parce qu’ils dansent toutes les nuits au clair de lune.

    -         Les Poulpikans : habitants des marais et des marécages.

    -         Les Teuz génies domestiques, vivant dans les habitations et dans leurs alentours.

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     

    « Quand le Blavet s'égareCeux des Landes .... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :