• Korrigans Ceux de la Maison

    Korrigans ceux de la maison

    Le volet coulissant du lit clos a glissé lentement sur son rail. Seuls les crépitements du feu mourant se mêlent aux respirations profondes de la maison endormies.

    Alors silencieusement apparaissent les Bouffon-Noz, les Bouffons de la Nuit.

     

    Ils émergent des coins sombres, ou encore du grenier,
        Sortant des trous du mur, glissant du vaisselier.
        Visiteurs besogneux, familiers bienveillants,
        S’ils se plaisent en un lieu, ils y passent leur temps.

     

    Ils balayent le sol, astiquent le mobilier,
        Récurent les casseroles et bercent les nouveau-nés
        Quand l’ouvrage est fini, ils se regroupent dans l’âtre,
        Et se reposent enfin, assis sur la pierre plate,
        Qu’on a posé pour eux,
        Sur le devant du feu.

     Parmi tous les présents qui leur sont destinés,
        Celui qu’ils préfèrent demeurent la grillée.
        Ar Grazen[1], c’est la dernière crêpe
        Que la fermière a faite
        Avec le reste de la pâte
        Et le lait de la jatte.

    Mais soudain du dehors on entend, juste avant le matin, comme un long hennissement.
        Cette fois, c’en est un autre, il s’agit du Maitre Jean,
        Grand connaisseur des chevaux et qui les aime tant.
        On sait qu’il est passé, car on trouve le lendemain,
        Comme de longs étriers, tissés dans le crin.
        C’est un signe qu’il a monté assis sur l’encolure
        Une des bêtes au galop à travers les pâtures.

    « Un bon lutin dans une ferme est un trésor » disait-on à Bréhat. Certains en effet, abattaient la besogne de quatre servantes ! Et pourtant peu à peu, ils ont quitté les foyers victimes de la méchanceté et de l’ingratitude des hommes.

    On cite souvent l’exemple de servante qui, sournoisement, avait chauffé la pierre de l’âtre, avant que leur travail achevé, ne s’asseyent les Teuz.

    Ils se brûlèrent les fesses et dégagèrent vivement. Et bien évidemment jamais on ne les revit. En d’autres lieux on étendait de la braise sur les aires où, à la nuit tombée, ils dansaient.

    Rejetés par les autres tribus Korriganes, qui les ont accusés d’être les amis des chrétiens, Les Teuz se sont réfugiés dans le Léonnais.

     

    L’attrait qu’exercent les chevaux sur les Korrigans a maintes fois été observé.

     Le Maestre Yan ou Mait’Jean est un grand palefrenier. Il panse, il étrille et vide les écuries. On dit que quand les bêtes hennissent au milieu de la nuit : « C’est le lutin qui les nourrit »

     Les valets de fermes constatent au matin les nombreuses traces de son passage : la crinière et la queue de l’animal sont joliment tressées et des gouttes de cire, coulées des bougies, marquent l’encolure de l’animal dont il s’est occupé.

     

     


    D’autres fois, il se montre plus facétieux. Le Boudic vole les crins et coupe ceux de la queue. Ou encore assis sur l’encolure, il galope et épuise les meilleures montures.

     Parfois, certains Teuz ne peuvent se résoudre à quitter leur demeure malgré l’abandon de la ferme par ses exploitants. Il existe dans des masures en ruines, envahies de lierre et de ronces, des petits coins d’écuries balayés patiemment, qui attendent de nouveaux arrivants.

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     

     



    [1] Dernière crêpe de la soirée, déposée devant l’âtre à l' intention des korrigans pour les remercier d’exécuter pendant la nuit diverses tâches et corvées.


     

      
     

     

    « LancelotFoires & Marchés »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :