• Juvette

    Juvette


     

    Une jeune fille, dont la mère était morte en couches, vivait dans une forêt située aux abords d’’un village du littoral. Elle occupait la modeste demeure que lui avait laissé son père, disparu en mer, un jour de tempête.

    Elle s’appelait Juvette et subsistait en ramendant des filets dur la grève. Les jours où elle ne trouvait pas de travail, elle était contrainte de quémander quelques poissons auprès de pêcheurs. Elle priait Dieu chaque soir et lui demandait de l’aider.

     Un après-midi pendant qu’elle ramassait de l’herbe pour ses lapin. L’Éternel lui apparut

    - Bonjour Juvette, lui dit-il. Comment te portes-tu ?
    -
    Bien. Seigneur.
    -
    Es-tu heureuse, là où tu vis ?
    -
    Pas vraiment, mais ....
    -
    Mais quoi. Juvette ?
    -
    Si j’avais une belle maison, je serai heureuse.
    -
    Continue d’être bonne fille et tu en auras une.

       La nuit venue, la jeune fille mangea une écuelle de soupe avec un peu de pain et alla se coucher. Avant de s’endormir, elle fit sa prière comme à l’accoutumée.

       Le lendemain, Juvette raconta qu’elle avait vu le bon Dieu. La plupart des villageois sourirent en entendant son histoire et refusèrent de la croire. Ils pensèrent qu’elle était devenue folle, qu’elle cherchait à se donner de l’importance ou qu’elle ne faisait que relater un rêve.

       L’instituteur parla de crises de mysticisme et d’hallucination. Les bigotes étaient convaincues qu’il s’agissait d’un miracle. Le curé, qui prenait l’affaire très au sérieux, n’hésita pas à soutenir Juvette.

       Au cours d’un de ces sermons, il informa ses ouailles qu’il était allé s’entretenir avec l’’évêque. Ce dernier, après requête écrirait au pape.

    Quoiqu’il en fût, la jeune fille n’en démordait pas : elle avait vu le Très-Haut et ils s’étaient parlé.

       Une semaine plus tard, Juvette eut le bonheur de s’éveiller dans un lit à baldaquin. La masure où elle avait toujours vécue s’était transformée en une belle maison qui comprenait plus de dix pièces toutes richement meublées. Quand elle eut finit de la visiter. Dieu se manifesta de nouveau.

    - Bonjour Juvette lui dit-il. Es-tu satisfaite de ce que je t’ai donné ?
    -
    Oui Seigneur, mais ...
    -
    Mais quoi, Juvette ?
    -
    Si j’avais une vache, ce serait encore mieux, car je pourrais boire son lait quand je me lève.
    -
    Continue d’être une bonne fille et tu en auras une.

       Comme on s’était moqué d’elle au village, elle ne parla à personne de la deuxième apparition et encore moins de la belle maison qu’elle venait d’obtenir.

       Le soir, elle cuisina les petits poissons donnés par un pêcheur et dîna. Puis elle fit sa prière et se coucha dans son nouveau lit. Il était si confortable qu’elle sombra aussitôt dans un profond sommeil.

       Au petit jour, elle fut réveillée par des meuglements. Elle ouvrit la fenêtre et aperçut une vache devant la maison. Elle se précipita dehors pour la traire et but deux grands bols de lait. L’Éternel se montra encore.

    - Bonjour  Juvette. Es-tu contente de cette vache ?
    -
    Oui, Seigneur, mais ...
    -
    Mais quoi Juvette ?
    -
    Si j’avais une jolie robe, je serais encore plus heureuse.
    -
    Continue d’être une bonne fille et tu en auras une.

       La jeune fille passa la journée à ramander des filets et rentra épuisée. Elle dîna pria et dormit.

       Le lendemain matin, elle découvrit au pied de son lit, une robe taillée dans une riche étoffe, rehaussée de fils d’or. Elle l’essaya. La robe était seyante. Ainsi vêtue, la jeune fille ressemblait à une princesse.

       « Je la mettrai le dimanche pour aller à la messe et je serai la plus belle. »  pensa-t-elle. Dans le grand miroir où elle se regardait, elle aperçut soudain le Très-Haut derrière elle.

    - Bonjour Juvette. Es-tu comblée ?
    -
    Oui, Seigneur, mais ...
    -
    Mais quoi, Juvette ?
    -
    Si j’avais un gentil fiancé qui m’aime, je serais totalement comblée.
    -
    Continue d’être une bonne fille et tu en auras un.

       Quelques instants plus tard, elle entendit  frapper à la porte de sa maison. « Je n’ai jamais la moindre visite. Qui peut bien venir ici aujourd’hui ? » Se demanda-t-elle avec inquiétude.

    Elle alla ouvrir. C’était le fiancé qu’elle avait demandé J 

       Elle s’empressa de le faire entrer. Ce  jour-là, elle ne se rendit pas au village. Elle préféra rester chez elle afin de faire connaissance avec celui que Dieu, dans sa grande bonté, lui avait envoyé.

       La journée passa très vite. Elle était si heureuse qu’elle finit par s’endormir auprès de son fiancé, dans le grand lit baldaquin, sans penser à faire sa prière comme chaque soir.

       À son réveil, le lendemain, sa belle maison, sa vache, sa jolie robe et son gentil fiancé s’étaient évanouis comme après un rêve.

       Aveuglée par son bonheur, Juvette avait oublié de prier, cessant ainsi d’être la bonne fille qu’elle avait toujours été. Et elle avait tout perdu.

     

                     Conte des sages de Bretagne  ....Jean Muzi

    © Le Vaillant Martial

    « Conseil d'un Père à son FilsA la recherche de la Peur »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :