• Interramant ar Garront Zuig

    Interamant ar  GARRONT ZUIG
    L’enterrement de KARRONT ZUIG

    M’ho peus choant da gleved ano euz ar spontadenn am-eo eun nozvez, diwezad-braz o tistroi  d’ar gêr, e livinn deoh e oan digouezet e penn ar Garront Zuig, e-leh ma klevis daouzeg taol hanternoz o son en iliz-parrez, evidon da veza, a-benn neuze, eur pennad mat a vale diouti. Diavel ha didrouz e oa an amzer, hogen teñval a-walh o veza ma ne oa ket savet c’hoaz al loar. Teñvalloh e oe dioustu en-dro din, kerkent ha m’en gavis dindan ar volz a ree, a-uh d’ar garront zon, keuneud stank ha deliaoueg an daou gleuz uhel a zave unan a bep tu dezi.

    Si vous voulez que je vous conte la frayeur que j’eus une nuit en revenant très tard à la maison, je vous préciserai que j’avais atteint le bout du chemin appelé Ar Garront Zuig[1], d’où j’entendis sonner les douze coups de minuits à l’église paroissiale, alors que je me trouvais à cet endroit à bonne distance de marche de celle-ci ; Le temps était calme et paisible, mais il  faisait plutôt sombre car la lune n’était pas encore levée. Les ténèbres autour de moi dès que je me trouvais sous la voûte formée au-dessus du chemin creux par les branches nombreuses et feuillues des deux hauts talus s’élevant de chaque côté de celui-ci.

     

    E friko merh Kerligoan e oan er vourh, ha daoust da ze, ne oan ket badaouet an disterra. Med chomet e oan da zavarad goude koan, diwezad og echu evel boaz, gand eun nebeud mignoned din e ostalidi Per an Hamon. Hag, e-serr tapa eur banneig pe zaou, e oan bet daleet ganto pelloh evid ma zoñjen

    Je revenais du bourg où j’avais été à la noce de la fille de Kerligoan, et malgré cela, je n’étais pas le moindrement éméché. En fait, après le souper qui se termina très tard comme ç l’habitude, j’étais resté bavarder avec quelques amis au bistro de Pierre Hamon. Et, le temps de prendre un petit coup ou deux, ces derniers m’avaient retardé plus que je ne le pensais.

     

    Mond a reen etremeg Kervorvan, ma hêr sonn ma ‘fenn na divorfil-kaer ma spered, med pounner a-walh ma divesker war-lerh an adadennou-dañs am-oa grêt etre an daou ziazez. Pa vezen o frikota, n’eao ket chom da zelled ouz an dud-all sa zañzal a blije din, hogen lammad ive d’o heul er c’hoari, da fingal evelto, ne lavaran ket.

    Je me dirigeais vers Kervorvan, mon village la tête bien droite et l’esprit parfaitement éveillé, mais les jambes plutôt lourdes après les innombrables tours de danse que j’avais fait entre les deux repas. Quand l’étais de noce, ce qui me plaisait, ce n’était pas de rester regarder les autres danser, mais de me lancer à leur suite dans la danse pour me trémousser tout comme eux.

     

    Goude beza kerzt gant ar garront skoachelleg e teuas ma daoulagad da voazo ouz an deñvalijenn hag e oz êsoh din bale gand me hent. Med dizale e klevis eun trouzig trist, heñvel ouz mouez eur hlogig-kañv hijet beb eur mare. Hanter-vouget ar wechou ha pellig etre pep ini, e tassone goustadig ar hlohadou hini ha hini, evel reun o tizhilia diouz pennou-ed re aho. Nehet eun disterra, e ris eun harp da zelou hag a-barz nemeur, e kreñveas hag e tosteas an trouz.

    Après avoir marché le long du chemin plein d’ornières, mes yeux vinrent à s’habituer à l’obscurité, et il me fut plus aisé de poursuivre ma route. Mais bientôt j’entendis un faible et triste son, semblable à celui d’une clochette de deuil agitée de temps à autre. Mi- étouffée parfois, et séparés l’un de l’autre par de long intervalles, les tintements résonnaient faiblement, tombant un à un comme des grains se détachant d’épis de blés trop mûrs. Quelque peu troublé, je m’arrêtai pour écouter, et peu après le bruit se renforça et se fit plus proche.

     

    Neuze e kredis gweled o tond, a-benn din, eun engroez kalz duoh c’hoaz evid an noz hag e leunie don. Enkrezet muioh-mui, e lammis kerkent e toull-karr an Atilou, eur park da Ber Rannou, ma breur-kaer, rag ne oan ket chalet da jom war ar garront e-keid ma yaje e-biou ar bagad iskiz a deue war-zu ennon.

    Il me sembla voir alors, venant au-devant de moi, une foule de gens bien plus ombre encore que la nuit, et qui emplissait le chemin creux. De plus en plus intrigué, je sautai prestement dans la brèche d’accès à l’Atilou, un champ appartenant à Pêr Rannou, mon beau-frère, je n’avais nulle envie, en effet, de rester sur le chemin pendant que passerait le groupe bizarre qui se dirigeait vers moi.

     

    Eeun d’an ampoent, e tiskoaschas al loar, euz dreñv ar houmoul, unan euz he hernou lemm. Tamouezet gand deliou ar bodennadou keuned, e taole he bannou disliv, war an douar, eur skleurig dister an ankenuiz. Neuze eo e tremenas, difrê a-walh, ar gerzadenn sebezuz dirag ma daoulagad divarhet. Harp ma hein ganin ouz kloued ar park, ar strafuill em herhenn ha sklaset ma halon gand ar spont, e welis an arvest skrijuz.

    Juste à ce moment, la lune me laissa voir, par derrière les nuages, une des cornes pointues. Tamisés par les feuilles des bosquets d’arbres, ses pâles rayons jetaient sur le sol une faible lueur blafarde et inquiétante. C’est alors que défila, assez rapidement devant mes yeux écarquillés, l’étonnant cortège. Le dos appuyé à la barrière du champ, tout mon être saisi d’épouvante et mon cœur glacé de stupeur, je vis le spectacle horrifiant.

     

    Er penn-arôg e oa eur mall gwaz o tougen eur groaz arhant hag en e gichenn, eur hrennard gand eur hlohig en e zoen. War e lerh eun den-all netra ennañ nemed eun dra hir ha keinbann goloet maro gwenn. Goude kerkent, diouz an druill, gwazed ha merhed. Koefou-kañv mezer du gand darn euz ar re-mañ. Hogen trouz stokadenn ebed gand treid nikun anezo, na gand ar marh, o kerzed war ar vein, na gwigour ebed kennebeud, gand rojou ar charbañ o vond hij-dihij dre skoachili ar garront. Ken sioul e oant hag o skeud pe c’hoaz spesou euz arbed-all. Ar hlohig hebken a gendalhe da dintal beb eur mare.

    Eet e oant e-biou hag anazevet kement hini euz ar bôrted. Perig Bozeg, eur hrennard euz ar Wern, a oa gand ar hiol, ha joz Brenner, unan euz merourien Kervorvan, gand ar groz, padal emede Jakez Gwegen, ma gwella amezeg, o ren al lônkezeg. Ar re all o oa pôrtes yaounk, gwazed e-kreiz o brud hag hiniennou eet war an oad, kerent ha mignoned din oll, eul lodenn vat anezo euz Kervorvan. Dioustu war-lerh ar charban, eh en em gave ma zad hag Herve, ma breur, gand eun nebeud merhed na oen ket evid anavezoud gand ar hoefou-kañv a holoe ‘fenn. Hervez an everiañs diou anezo, kouskoude, e kredis beza Katell ma gwreg, hag Anna, pried Per Rannou, he c’hoar.

    En tête se trouvait un grand gaillard portant une croix en argent et, près de lui, un adolescent tenant une clochette à la main. À leur suite venait un autre homme tenant par la bride un cheval attelé un char-à-banc qui ne contenait seulement qu’un objet oblong au-dessus arrondi sous une couverture parsemée de larmes et de têtes de mort blanches. Aussitôt après, en très grand nombre, des hommes et des femmes, dont plusieurs portaient la coiffe de deuil en drap noir. Cependant aucun bruit de heurt ne venait des pas des gens ou cheval marchant sur les cailloux et aucun grincement ne provenait du char-à-banc qui allait cahotant sur les ornières du chemin creux. Ils étaient aussi silencieux que des fantômes de l’autre monde. Seule la cloche continuait de tinter de loin en loin.

    Ils étaient passés et j’avais reconnu chacun des hommes : Périg bozec, jeune garçon du Wern, tenait la cloche, et Joz Brenner, un des fermiers de Kervorvan, portait la croix, tandis que Jakez Gwegen, mon meilleur ami, conduisait le cheval. Les autres étaient de jeunes-gens, des hommes en pleine force de l’âge et quelques-uns déjà vieux, tous de ma parenté ou de mes amis, bon nombre d’entre eux de Kervorvan. Immédiatement après le char-à-banc, venaient mon père et Hervé, mon frère, avec un groupe de femmes que je ne pus reconnaître à cause des coiffes de deuil qui recouvraient leur tête. A l’allure de deux d’entre-elles, je crus cependant avoir reconnu Katell, ma femme et Anna, sa sœur, l’épouse de Per Rannou.

     

     Ar re na oa netra o kuzad o ‘fenn, e vijenn bet gouest da envel difazi.

    Paneve da daoliouigou ar hloh a gleven o pellaad em-bije kredet emeden oh huñvreal. Beteg neuze, gand ar zabatur diriez a oa kouezet warnon, n’em-oa ket bet ar skiant da houlenn ouzin ma-unan da biou e welen sinadou. Rag petra ken e oa ar weledigez spouronuz-se nemed sinadou d’eur hristen bennag ? Bremañ pa eñvoren mad an darvoud skrijuz, e oa anad din na oa nemedon ma unan ha Per Rannou, ma breur-kaer, n’am-oa ket anavezet e-touesk-ze a heuilie ar zeblant interamant. Da diou ‘ta zinadiou-ze ? Din-me pe da Ber Rannou ? 

    Celles dont rien ne marquaient  le visage, j’aurais pu les nommer sans me tromper.

    Sans les tintements de la cloche que j’entendais s’éloigner, j’aurais cru que je rêvais. Jusque-là à cause de la stupeur irraisonnée qui m’avait envahi, je n’avais pas eu la présence d’esprit de me demander pour qui ces intersignes m’étaient donnés à voir. Car quoi d’autre pouvait être cette effrayante apparition sinon des présages de mort pour quelque chrétien ? Et maintenant, quand je me remémorais bien cet évènement effroyable, il m’était évident qu’il n’y avait que moi-même et Pêr Rannou, mon beau-frère, que je n’avais pas reconnu parmi ces ombres qui suivaient le simulacre d’enterrement. Pour qui donc étaient ces intersignes, pour moi, ou pour Pêr Rannou ?

     

    Diouz ar mitin, an deiz-se c’hoaz, me-oa bet savar ouz Per a gavis o tistroi euz ar park gand eur harrad melchan. Ken yah e oam moarvad, en eil hag egile, pa gane ma breur-kaer evel eun eostig ha pa zistagen farséréz ma-unan en eur vond da frikota. Ya ! Med buan e c’hoarvez an droug a-wechou ha dond a ra ive ar hleñved pa vezer an nebeuta war-hed anezañ. Ha seul-vui e prederien, seul-vui e oan touellet gand ar zoñj e oa zinadou-ze din pe sa Ber hag e yaje dizale hini pe ahanom d’ar vered, daouat deom da veza neuze yah-pesk on daou.

    Le matin même de cette journée, j’avais conversé avec Pèr alors qu’il revenait du champ avec une charretée de trèfle. Nous étions sans doute en aussi bonne santé l’un que l’autre puisque mon beau-frère chantait comme un rossignol et que le lançais moi-même des blagues en me rendant à la noce. Oui ! Mais le malheur survient vite parfois, et la maladie arrive quand on l’attend le moins. Et plus je réfléchissais, plus j’étais obnubilé par l’idée que ces intersignes étaient pour moi ou pour Pêr, et que l’un ou l’autre d’entre nous irait bientôt au cimetière, même si nous étions tous les deux en parfaite santé.


        Met piou e tuje an Ankou da zamma gantan ? Aze emede an dalh a ree d’am halon mond bihan. Ker prim hag eun tenn e skaris d’ar gêr, stravaget muioh-mui gand ma horvad spont hag enkrez ...

    Qui donc l’Ankou viendrait-il emporter ? Voilà la question qui m’étreignait le cœur. Aussi rapide que l’éclair, je me précipitai vers la maison, de plus en plus bouleversé par mon accès d’épouvante et d’angoisse ...

     

    Antronoz hag deveziou-all war-lerh, gand aon da lakaad diêz he spered ne dintis grig d’am gwreg euz ar weledigez estlammuz. Alavaonet ha teñval ma zal, e chomen da zebri soñjou hag eet e oan digalon da labourad, me ken troet-all da boania kent. Nehet he spered ouz ma gweled kavourzet ha dizavar, e klaske ma ‘fried gouzoud petra a oa c’hoarvezet gagnin. Hogen bewech e responten dezi na oa netra a-dreuz hag e oan yah a gorv.

    Le lendemain et les jours suivants, par crainte de la troubler, je ne soufflai mot à ma femme de l’étrange apparition. Hébété et le visage défait, je restais à ressasser mes pensées et je n’avais plus le cœur à l’ouvrage, moi d’habitude si prompt à la tâche. Inquiète de me voir préoccupé et silencieux, mon épouse essayait de savoir ce qui m’était arrivé. Mais chaque fois je lui répondais que tout allait bien et que j’étais en bonne santé physique.


        Eur wechad, a-greiz m’emeden ouz taol o tebri merenn vihan e kouezas ma fri tri beradig gwad war gil ma dorn kleiz. Kerkent is gwall-livet hag e kreskas ma ne hamant, rag kement-se, hervez kredenn an oll ivee sinadou. O zeha a ris prim heb gouzoud da zen ha, doanet gwasoh-waz, e savis da vond er-mêz evid mired da ziskouez ma strafuil da re an ti.

    Un jour que j’étais à table pour goûter, trois petites gouttes de sang tombèrent de mon nez sur le revers de ma main gauche. Aussitôt je devins pâle et ma frayeur s’accrut, car, selon la croyance de tous, ce fait était aussi un intersigne. Je les essuyai prestement sans que personne ne s’en aperçut et, de plus en plus alarmé, je me levai pour sortir afin d’éviter de laisser paraître mon affolement aux gens de la maison.


        An noz-se ivez, e-kreiz eur kousk pounner ha dibarfet, leun a hulinou hag a huñvreou spontuz, e oeen dihunet gand eur gloud pe eur gaouenn o skrijal wae lein ar zininal. « Lapous an Ankou ! » emezon, mantret muioh evid biskoaz. Ha ken tregaset e oen gand ar zoñj euz ar maro, ma krogas anderzienn foll ha ma teuis s’alteri. A-vouez uhel e savarenn ha ma homzou, dientent d’am gwreg ha da dud all an ti, n’o-devoa na penn na lost, rag ne oa ken ano enno nemed euz an interamant am-oa gwelet er Garront Zuig.

    Cette même nuit, au milieu d’un sommeil lourd et agité, plein de cauchemars et de rêves épouvantables, je fus réveillé par un hibou ou une chouette qui hululait sur le sommet de la cheminée. « L’oiseau de l’Ankou » me dis-je, plus accablé que jamais. J’étais tellement obnubilé par l’idée de la mort qu’une très forte fièvre me saisir et que j’en vins à délirer. Je parlais tout fort et mes propos incompréhensibles à mon épouse et aux autres personnes de la maison n’avaient ni queue ni tête pour eux, car il n’y était que question de l’enterrement de Karront Zuic.

     

    Antonoz e waseas dib c’hoaz ha ma gwreg, ouz ma gweled en eun doare ken reuzeudig, a glaskas ar beleg hag ar medesin war ma zro. Hag an deiz-se ive, pa z’eo gwor, evel ma levere, ne noarvez morse eur gwalleur e-unan, e teuas ma hoar-gaer Anna da gemmen d’am fried e oa en em gavet droug gand he gwaz. Per Rannou, pignet ouz tal ar bern da benna eur vraid foenn, a oa bet torret e har o koueza diwar unan euz pazinier ar skeul brevet dindan e dreid. Evel-just, ne oe ket komzet din euz ar gwall-zarvoud-se, rag ouspenn ma n’emede ket ma oll anaoudègèz ganin, n’eo ket eur seurt keiou e-nije greet gwellaad ha pa vije bet ganin ma skiant-vad.

    Le lendemain, mon état empira encore, et ma femme me voyant dans une situation aussi pitoyable, fit appeler le prêtre et le médecin à mon chevet. Ce jour-là également puisqu’il est vrai, comme l’on dit qu’un malheur n’arrive jamais seul, ma belle-sœur Anna arriva pour annoncer à mon épouse qu’il était arrivé malheur à son mari. Per Rannou avait grimpé sur le tas de foin pour en retirer une brassée et s’était cassé la jambe en tombant d’une marche de l’échelle qui avait cédé sous son poids. Évidemment, on ne dit mot de cet accident car, outre le fait que je n’avais pas toute ma connaissance, ce n’est certes pas une nouvelle qui aurait amélioré mon état, quand bien même j’aurais été pleinement conscient.


       Abenn nebeud goude, e teuas,
    Frañseza Stervinou, ma moereb koz, d’ober eur gwell din. Eel e oa ar vrud enni e oan klañv-fall ha c’hoant he-devoa da gaouad kelou ahanon ha da houzoud penôz e kerze ar bed gand Per Rannou, gwallhloazet ive war he-devoa klevet.

    Peu-après, Frañseza Stervinou, ma vieille tante, vint me faire une visite. Elle avait appris que j’étais malade et désirait avoir des nouvelles et aussi savoir comment se comportait Per Rannou, gravement blessé d’après ce qu’elle avait entendu.


        Eur vaouez lard-toaz ha koz-douar e o
    Frañseza, landramuz ha diêz-braz dezi bale. Berr-anal ha tiñvet e oa ouspenn ha sempl-tre halon.

    Frañseza était une femme de forte corpulence, très âgée, lente à se déplacer, et à qui la marche était pénible. De plus elle avait de l’asthme, le souffle court et le cœur bien fatigué.


        Daoust da ze e oa deuet war he zroad euz ar Voulhenn, e-leh m’emedeo chom, rag madelezuz e oa ha ma hared a ree kalz, pa ‘z eo gwir e oan, war he meno, ar gwella deuet dezi euz he zud.

    Malgré cela, elle était venue à pied de Boulc’henn où elle habitait, car elle était pleine de bonté et m’aimait beaucoup puisque j’étais selon ses dires, le préféré de sa parenté.


         Hogen kemet a veh he-devoh grêt o tond gand an hent ha ken fromet ha glaharet e oe gand ar stad truezuz m’emeden enni, ma-semplas dirag ma gwele ha ma kouezas e-stok he horv war al leur-zi. Da genta e kredass d’arn gwreg na oa nemed eur ‘fallaen, Siwaz ! Diskaret e oa bet Frañseza vraz enni, moarvad, ha torret neudennou he halon, ha e zaleas ket da vervel.

    Mais elle avait fait tant d’efforts pour venir à pied me voir, et elle fut si émue et chagrinée par  mon état pitoyable, qu’elle perdit connaissance près de mon lit et tomba de tout son long sur le plancher. Il sembla tout d’abord à ma femme qu’il s’agissait d’un évanouissement provoqué sans doute par la rupture d’une artère et des vaisseaux du cœur, et elle ne tarda pas à mourir.

       

    Daoust d’ar reuz oa oa dija en ti, e rankas Katell ma ‘fried, gand skoazell eun nebeud merhed all euz an anaoudégéz, entent ouz an hini varo, reñka eur chapel wenn en ti ha porvezi kement tra evid noz-veill. Ne oe ket beta no zoken da gas ar horv d’ar Voulhenn, da biou ken e oa da reuzi nemed din pe d’am zud, pa oa bet lakeet din he zammig peadra gand ar voereb koz !

    En dépit de tous les tracas qu’il y avait déjà chez nous, Katell, mon épouse, dut, avec l’aide de quelques autre femmes de notre entourage, s’occuper de la défunte, prépare une chambre mortuaire dans la maison et tout prévoir pour la veillée de prières. Il ne fut même pas question de ramener le corps à Boulc’henn, car il n’y aurait eu là-bas personne pour s’en occuper... De plus, à qui d’autre incombait cette obligation, sinon à moi-même ou aux miens, puisque c’est à moi que ma vieille tante avait légué ses biens.

     

    Pa eo douget ar horv d’an iliz, n’emedem ket, na Per Rannou na me, daoust ma oa gwelleet din a-benn neuze, e-tall da vond d’an interamant. Ha setu penôz, e teuas da wir ar zinadou am-oa gwelet er Garront Zuig, rag dre eno ha n’eo ket dre eun hent all, evel ma vije bet c’hoarvezet m’he-dije kavet Frañseza Stervinou he maro er gêr, e oa kaset he horv d’an douar benniguet.

    Quand on porta le corps à l’église, Per Rannou et moi-même n’étions pas capables de nous rendre aux obsèques, bien que, pour alors mon état se fût bien amélioré. Et c’est ainsi que se réalisèrent les intersignes que j’avais vus dans le Karront Zuic, car c’est bien par ce chemin-là que le corps de Frañseza Stervinou fut porté en terre bénite, et non par un autre comme c’eût été le cas si elle avait trouvé la mort chez elle.

     

    Pa oe douget ar horv d’an iliz, n’emedem ket, na Per Rannou na me, daoust ma oa gwelleett din a-benn neuze, e-taill da vond d’an interamant. Ha setu penôz e teuas da wir ar zinadou am-oa gwelet er garront Zuig, rag dre eno ha n’eao ket dre eun hent all, evel ma vije bet c’hoarvezet m’he-dije kavet Frañseza Stervinou he maro er  gêr, e oa kaset he norv d’an douar beniguet.

    Quand on porta le corps à l’église. Pèr Rannou et moi-même n’étions pas capables de nous rendre aux obsèques, bien que,  pour alors mon état se fût bien amélioré. Et c’est ainsi que j’avais vu dans le Karront Zuic, car c’est bien par ce chemin-là que le corps de Frañseza Stervinou fut porté en terre bénite, et non par un autre comme c’eût été le cas si elle avait trouvé la mort chez elle.

    © Le Vaillant Martial



    [1] Karront - :Ar garront = voix charretière

     

    « Aet ‘oa ‘maez ar c’hizL’épi changé en sceptre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :