• Eur plad mad da stlepel kuit

    D’ar mare-ze, pell-tre, e oa Breiz paourreet gand ar brezeliou ; Bez’ e os naonegez er hêriadennou, ha kov moan a ree ar gourien.

    À cette époque très lointaine, les guerres avaient appauvri la Bretagne. La famine régnait dans les villages et les paysans avaient le ventre creux.

     

    Ne oa ket disheñvel diouz planedenn ar re all hini Yann ha Saïg, daou baotr a eiz ha nao vloaz m’o doa o herent tri bark hag eun ti-soul dirapar, rag, abaoe pell zo, n’e-noa o zad tamm greun ebed da hada : na kerh, na segal, na ed.

    Yann et Saïg, deux garçons de huit et neuf ans dont les parents possédaient trois champs et une chaumière délabrée, ne faisaient pas exception au sort des autres enfants car, depuis belle lurette, leur père n’avait plus la moindre graine d’avoine, de seigle, ou de blé à planter.

     

    Ha tremen a ree ar zizunveziou hag ar miziou. Yann, an disbasianta euz an daou vreur, a zeu da veez distrellet :

    Et les semaines, et les mois passaient. Yann, le plus impatient des deux frères, finit par s’énerver :

     

    « Ne hell ket kement-se padoud, a lavareñ da Zaïg. Loar-Gann a vo henoz. Mond a rin, da hanternoz, da gichenn ar stêr, beteg poull-kanna ar gorriganed ha dond a rin a-benn da zond en-dro gand unan euz o yalhadou ».

    « Cela ne peut plus durer, déclara-t-il à Saïg. La lune sera pleine la nuit prochaine. J’irai à minuit jusqu’au lavoir des Korrigans et je me débrouillerai pour revenir avec l’une de leurs bourses ».

     

    Red e oa kaoud naon du ha kalz nerz-kalon evid lavared seurt komzou. Pep hini a ouie, evel-just, e teue ar gorriganed d’ar poull-kanna d’an noziou a gann-louar hag e oa ganto yalhadou leun a aour.

    Il fallait avoir très faim et beaucoup de courage pour prononcer de telles paroles. Bien sûr, tout le monde savait que les Korrigans venaient au lavoir les nuits de pleine lune et que leurs bourses étaient emplies d’or.

     

    Med gouroud a ree pep hini ive e oa an dud vihan iskiz-se gouest d’ober forz petra. Peurvuia e kuze ar vugale o fennou kentoh hag e reent van da gousked pa glevent grizillon ha trouz treid skalfed ar gorriganed.

    Mais tout le monde savait aussi que ces étranges petits bonhommes étaient capables de n’importe quoi. D’habitude, les enfants  se cachaient plutôt la tête et faisaient semblant de dormir en entendant leurs grelots ou la sarabande de leurs pieds fourchus.

     

     

    « Konta a ra Lug goz int vil-tre gand bleo war o dremm hag ivinou e penn o bizied », a lavar Saïg.

    « Le vieux Lug raconte qu’ils sont très laids, avec des poils sur le visage et des griffes au bout de leurs doigts », dit Saïg.

     

    Med penneg eo Yann. Ne zelaou ket hag eet kuit e-unan en noz du, eun tammig a-raog hanternoz.

    Mais Yann était têtu. Il n’écoutait pas et, un peu avant minuit, il partit seul dans la nuit.

     

    O krena gan aon, e chom Saig da hortoz e vreur e-kichenn dor o zi-soul. Ne bad  ket pell an raou. Buan-tre Yann en-dro, o redeg ha o heja laouen eur yalh a zeblant beza leun-mad.

    Grelottant de peur, Saïg l’attendit très de la porte de leur chaumière. Ce ne fut pas très long. Très vite son frère revint en courant, agitant joyeusement une bourse qui paraissait bien garnie.

     

    « N’em-eus bet ken nemed stoui d’ober, evid paka anezi a lavar-eñ. E-leh gwalhi o dillad louz, o-deus ar gorriganed en em ziwisket evid kouronka. N’o-deus ket gwelet ahanon zoken, kement a bres a oa ganto da lammad en dour... »

    « Je n’ai eu qu’à me pencher pour la prendre, explique-t-il. Au lieu de laver leur linge sale, les Korrigans s’étaient déshabillés pour se baigner. Ils ne m’ont même pas vu tant ils étaient occupés à se jeter de l’eau... »

     

    E-pad ma komz z tilas Yann kordennouigou ar yalh. Saig a zell digor-braz e zaoulagad, a-veh ma kred d’o finvidigez nevez. Siwaz, ne zeu teñzor ebed war-wel, ne tra nemed dornadou baro, reun ha bleo griz, ken koulz hag eur gevnidenn zizehet !

    Pendant qu’il parlait, Yann dénouait les cordons de la bourse. Saïg regardait, les yeux ronds, osant à peine croire en leur nouvelle fortune. Hélas, aucun trésor n’apparut mais seulement des poignées de crins et de cheveux gris ainsi qu’une araignée desséchée !

     

    « Arabad laerez ar gorriganed ; hen lavared a ra Lug goz neb ehan, eme Zaig. Ha bremañ eo red restaol o feadra dezo. A-hend-all e teuint bemnoz da gantreal en-dro deom hag e vo brasoh c’hoaz or gwalleuriou ».

    « Il ne faut jamais voler les korrigans. Le vieux Lug le répète sans arrêt, dit Saïg. Et maintenant, il faut leur rendre leur bien. Sinon, ils viendront chaque soir rôder autour de nous et nous connaîtrons encore plus de malheurs ».

     

    Stoui a ra Yann e benn. A-du eo gand e reur. Koulskoude ne fell ket dezañ mond en-dro d’ar poull-kanna ra aon e-neus  da veza paket ar wech-mañ.

    Yann baissait le nez. Il se sentait enfin d’accord avec son frère. Pourtant, il ne voulait pas retourner du côté du lavoir car il craignait cette fois, de se faire attraper.

    « Neuze ez in-me en da blas, a ziviz Saig. Ar riskl az-peus lakeet ahanon ennañ a dalvez ar zakrifis-se ».

    « Dans ce cas, j’irai à ta place, décida Saïg. Le danger dans lequel tu nous a mis mérite bien ce sacrifice. »

     

    Goude-ze, e sank en noz d’e dro, heb soñjal, heb leñva, heb trei kein, gand e votou en e zorn evid chom heb ober trouz. Al loar a sklêrijenn al lanneg, evel e-pad an deiz, ha n’eo ket pell ar poull-kanna. Bremaig e klev c’hoariou,  garmou ha c’hoarzadeg ar gorriganed. Neuze, buen-tre e red Saig beteg an dillad strewet war ar brug hag e taol ar yalh en o hreiz. Sur e vo kavet gand e berhenn...

    Puis, sans réfléchir, sans pleurer, sans se retourner, es sabots à la main pour ne pas faire de bruit, il s’enfonça dans la nuit. La lune éclairait la lande comme en plein jour et le lavoir n’était pas loin. Déjà il entendait les jeux, les cris des Korrigans. Alors, vite, vite, vite, Saïg courut vers les habits éparpillés sur la bruyère et lança la bourse bien au milieu. Son propriétaire la trouverait sûrement ...

     

    Ne jom bremañ dezañ nemed mond en-dro, e-giz m’eo deut. Med, a-daol-trumm, e tifloup eur halvadenn-zihour euz ar stêr e-kichenn :

    Il ne lui restait plus qu’à repartir comme il était venu. Mais soudain, un appel au secours jaillit de la rivière proche :

     

    « Sikour ! Beuzi a ran, beuzi a ran... « !

    « A l’aide ! Je me noie, je me noie... » !

     

    Ar bihanna euz ar gorriganed eo a zo o hopal ; Dilezet e-noa ar poull-kanna evid kouronka diouz e du. H bremañ eo kaset gand red an dour war-zu ar rod-vilin ha ne hell ket e vignoned kleved anezañ gand an trouz a reont.

    C’était le plus petit des Korrigans qui criait. Il avait quitté le lavoir pour se baigner seul. À présent le courant l’entraînait vers la roue du moulin et, au milieu de tout leur tapage, ses amis ne l’entendaient pas.

     

    O senti ouz e galon vad, e taol Saig e votou a-gostez, e spluij hag e pak an den bihan dre unan euz z dreid skalfeg. Just p’ema war-nez mond diwar-wel.

    N’écoutant que son bon cœur, Saïg lâcha ses sabots, plongea et rattrapa le petit père par l’un de ses pieds fourchus. Juste avant qu’il ne disparaisse.

     

    « Dra drugarekaad a ran », eme ar Korrigan, goude beza ruillet e-touez ar brug d’en em zeha. « Hag evel n’on dianaoudeg, emaon o vond da rei deo heur prov... »

    « Je te remercie, dit le Korrigan après s’être roulé dans la bruyère pour se sécher. Et, comme je ne suis pas un ingrat, je vais te donner un cadeau... »

    Daoust hag ema o vond da ginnig dezañ ar peziou aour  ken c’hoanteet gantañ ?

    Allait-il lui offrir les pièces d’or tellement désirées ?

     

    Nann, ha kerse eo da Zaig, rag an denig bihan, goude beza furchet en e zah, a ro dezañ eur plad louz-eston hag ordinal-tre.

    Non, Saïg fut bien déçu car le minuscule bonhomme, après avoir fouillé dans un sac, lui tendit un plat très sale et très ordinaire.

     

    Eur plad mad da stlepel kuit, e gwirionez. Med eur paotr jentil eo Saig. Kemer a ra ar prov hag e gas gantañ d’ar gêr. Lezel a ra anezañ war an daol, a-raog mond d’em en domma dindan ar pallen, rage ñ ive a zo gleb-tre hag eun tammig siferniet, war-lerh e gouronkadenn yen-sklas.

    Un plat bon à jeter en vérité. Mais Saïg était un gentil garçon. Il accepta le cadeau et le rapporta chez lui et le laissa sur la table. Puis il courut se réchauffer sous sa couverture : il était lui-même mouillé et même un peu enrhumé après son bain glacé !

     

    Pell e chom Saig kousket hag ne oar ket ken, en eur zigeri e zaoulagad, hag-eñ e-nos hunvreet e dro pe get. Medpebez souez evitañ o weled e famill bodet en-dro d’an daol. Arplad mad da stlepel kuit a zo er hreiz ha leun gand kig rostet-mad, gand pastez ha gand legumachou saouruz !

    Saïg dormit longtemps et ne savait plus, en ouvrant les yeux, s’il avait rêvé son aventure ou pas. Mais quelle ne fut pas sa surprise de voir la famille réunie autour de la table. Le plat bon à jeter se trouvait au milieu et il était empli d’une viande rôtie à point, d’un pâté et de légumes délicieux !

     

    Pep hini a leugn e gov. An dud kêz a zebr zoken muioch eged rezon, o kredi ne hoarvezfe ket seurt burzud eur wech all. Fazia a reont war ar poent-se : dond a ra boued founnuz er plad da vare bep pred, hag e pado an dra-ze e-pad sizunveziou, miziou, bloaveziou. Beteg fin an naonegez.

    Chacun se rassasia. Les pauvres gens mangèrent même bien plus que de raison, croyant qu’une pareille aubaine ne se renouvellerait pas. En quoi ils avaient tort : une nourriture abondante apparut dans le plat  à l’heure de chaque repas et cela dura pendant des semaines, des mois, des années, jusqu’à la fin de la famine.

     

    Evel-just, e kenlod Yann, Saig hag o herent an donezon roet dezo, gand tud ar gêriadenn, gand ar glaskerien-vara ha gand ar boerien a dremen en o zi dre zegouez.

    Naturellement, durant tout ce temps, Yann, Saïg et leurs parents partagèrent le bienfait qui leur était accordé avec les gens de leur village, les mendiants et les malheureux qui passaient chez eux par hasard

     

     

    Med proui a ra an dra-mañ e restaol atao ar gorriganed an oberou greet dezo a galon vad. Dres evel e koñchennou Lug goz d’ar vugale.

    Et cette histoire est la preuve que les Korrigans récompensent toujours les gestes de générosité. Exactement comme dans les récits du vieux Lug aux enfants.

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     

    « La mort du ratKOADALAN. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :