• Enfance et Fêtes de fin d'Années

    L’enfance ...

     

    Très tôt les petits sont appelés à travailler, par exemple en gardant les vaches.

     

    Il n’y’a pas d’école maternelle : dès qu’ils le peuvent, les jeunes aident leurs parents, s’initient aux tâches élémentaires ou donnent des petits coups de main : chercher l’eau à la fontaine de Lanriec dans des cruches ou des dame-jeanne, garder les moutons en tant que jeunes « patours ».

    Ils ne se privent pas pour jouer non plus, d’aller à la découverte des nids pour en gober les œufs, de pêcher la grenouille, faire tourner un moulin dans le courant d’un ruisseau, etc.

    Les jeux d’enfants sont incontournables : billes, saute-mouton, colin-maillard, marelle, toupie, échasses, fronde, exercices d’agilité, lancée de couteau, poupée...

    Les enfants des villes n’étaient pas en reste comme le raconte la complainte Brestoise de Jean Quémeneur.

     

     

     

     

    « Comme tous les petits enfants
                                       Il eut la « cocotte 4 ans
                                       Et la « toque » pendant queq’temps :
                                       Bref son enfance
                                      Fut celle de tous les moutards
                                      Que légitimes ou bien bâtards,
                                      On voit courir sur les remparts.
                                      À Recouvrance. »

    Dans la société rurale du début du XIXe siècle, les enfants et les jeunes gens sont les acteurs principaux d’un certain nombre de fêtes religieuses, au premier des rangs desquelles se trouve Noël.

     

    Une carte postale un peu fantaisie intitulée « Noël de Bretagne » veut nous faire revivre le rêve de la nuit de Noël. Deux enfants dorment dans leur berceau près de leur sœur au pied de la cheminée. Un angelot nimbé d’or, est apparu, et de sa main droite, apporte un cadeau.

    Au-delà d’un sujet posé pour le photographe, se retrouvent pourtant les composants de cette fête intime des familles bretonnes. Le soir du 24 décembre on place dans la cheminée une bûche plus importante que les autres qui doit brûler toute la semaine et, en attendant l’heure de la messe, les grands parents racontent les histoires et les légendes de cette nuit sacrée.

    On dit que les petits qui naissent ce soir-là ont le don de comprendre le langage des oiseaux, on dit que cette nuit-là les animaux peuvent se parler entre eux...

    On dit que tintent les cloches de la ville d’Ys, dans la baie de Douarnenez, celles d’Herbauge dans le Grandlieu.

    On dit aussi que pendant la nuit de Noël quand sonnent les douze coups de minuit les menhirs et les pierres plantées se précipitent pour boire à la rivière et qu’il est possible alors d’aller  chercher les trésors cachés à leur emplacement... (Toujours le conte des pierres de Plouhinec), Mais il faut faire vite car au douzième coup, tout reprend sa place et gare aux retardataires ! Ils peuvent être écrasés sous les pierres...

    Tout le monde va ensuite à la messe à l’église du bourg et y admire la crèche puis, au retour, les enfants trouvent un cadeau que leur a apporté le petit Jésus : des noix, des sucres roses, une orange. Le feu est alors ranimé et un modeste réveillon revigore ceux qui ont encore le courage de veiller si tard. On mange des petits blancs, des fouaces, des pains au miel et des gâteaux

     Les veillées de noël aussi l’occasion de recevoir la visite de groupe de chanteurs qui font la tournée des villages.

    Des enfants ou des jeunes gens s’en vont de porte en porte conter l’histoire de Noël et chanter des cantiques en breton ou en français. Dans la région de Nantes c’est le célèbre : « Entre le bœuf et l’âne gris ... Dors, dors le petit-fils... »

    En pays bretonnant on entendait : « Kanmonb Noël, Noël, Noël, Gannet eo Jezus hor salver Kammonb Noël ! »

    Ces tournées, qui peuvent précéder ou suivre la sainte nuit, permettaient aux mendiants de recevoir aumônes en argent en nature, gâteaux crêpes...

    La dernière  semaine de l’année est appelée la « vieille semaine ». En observant le temps qu’il fait chaque matin et chaque soir, on a une idée de celui qu’il fera les mois de l’année à venir.

    Puis c’est le nouvel  An, occasion pour le uns et les autres d’offrir ses vœux et, pour les chanteurs et les quêteurs, d’aller demander leurs étrennes de maison en maison en entonnant des ritournelles de circonstance, qui se terminent par « Eginane ! »  ou « Aguilaneu ! », dont le sens reste sujet à discussion mais qui employée uniformément par les bretonnants ou les francophones.

    C’est presque un jeu : il s’agit de poser des devinettes ou d’assaillir la personne visitée de sollicitations pour obtenir des étrennes et des bonnes choses à manger : gâteaux, cochonnailles, pain et vin.

    Les échanges de vœu se font par des ritournelles traditionnelles dont une des plus connues en pays breton était :

    « Eur bloavez mad a heètan déoc’h          Je vous souhaite une bonne année
          Yech’ed ha prospérité                             Santé et prospérité
          Hag ar baradoz é finn ho puhé ! »          Et le paradis à la fin de votre vie ! »

          L’année est ponctuée d’autres rendez-vous religieux ou profanes, où se renouvellent d’autres scènes de cette sociabilité villageoise, de cette culture d’autrefois.

    Source : Bertrand Frelaut  Il y a un siècle... la Bretagne.

    © Le Vaillant Martial 

    « Fiançailles et MariageLe petit Troubadour »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :