• De L'origine du Nain dans la Littérature

    De l’origine du nain dans la littérature

     

    On ne le sait toujours pas, mais le Korrigan, comme tout à chacun a un logis, assez rustique mais malgré tout confortable.

    Cependant son antre, doit absolument demeurer secret aux yeux des hommes... Aussi ne peut-il pas laisser échapper la fumée de son feu ou les âcres émanations de sa bouffarde qui révéleraient à coup sûr sa présence.

     

    C’est seulement au soleil couchant, lorsqu’il émerge à l’air libre, que la fumée enfin libérée s’échappe en un épais nuage pour se mêler à la brume du soir.

           Ainsi un jour, il  y a de ça fort longtemps, le curé de Plounéour-Menez qui regagnait ses pénates à la brume après avoir donné les derniers sacrements à un pauvre bougre à l’agonie, eut la très mauvaise idée, pour épargner ses vieilles jambes de couper par la lande.

    Ce qui devait arriver, bien évidemment arriva. Notre brave curé tomba  nez à nez avec un korrigan qui surgissait de terre. !

     

    Le bonhomme crut sa dernière heure venue en s’imaginant voir le diable ou l’un de ses suppôts jaillir du cœur des enfers tout environné de fumée et empestant le souffre à plein nez.

    Sans demander son reste et retroussant sa grosse soutane, il prit ses jambes à son cou et courait en arrivant au presbytère du village.

     

    Le dimanche suivant à la messe, et devant la dévote assemblée, il fit un tel sermon à glacer le sang qu’on se persuada dans à travers le pays que la porte des enfers était bien là, sur la lande, et que les diables noirauds et hirsutes attendaient les égarés pour les entraîner à coups de fourches vers les brûlants abîmes infernaux.

     

     

    À la fin de l’office, sur les marches de l’église, les langues se démenèrent. Et ainsi de village en hameau, de val en coteau, le récit qui bien sûr, tout au long du chemin, prenait une ampleur dantesque arriva aux oreilles d’un certain Hersart de la Villemarqué qui, en gomme de lettres, décida quant à lui de prendre sa plus belle plume...

    Le Korrigan, bien malgré lui, entra ainsi dans la littérature des hommes...

    ... et dans la légende...

     

    Malheureusement, et c’est bien dommage, comme toutes les belles histoires, celle-ci doit trouver sa fin...

     

     


    ... Pourquoi alors ne pas laisser nos paupières se fermer et retourner bien vite vers le merveilleux qui vogue à jamais sur les ailes du rêve....

    ... Imaginer surprendre encore, l’orée d’un songe, un Korrigan en galante compagnie...

     

    Et s’en aller heureux sur la pointe des pieds.

     

     

    © Le Vaillant Martial 

    « Le Conjuré de Tadic CozLes Villes englouties »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :