• BURZUD INTRON VARIA DREGURON

    BURZUD INTRON VARIA DREGURON

     

      Eun ilizig koant eo chapel Treguron, e Gwezeg, gand he zourig mistr ha beget temm hag he zoenn vraz o tiskenn izel war he mogeriou ledan. En tu dehou d’an aoter, e-barz eur hustod henvel ouz eun arbel gand an diou zor gwerennet digor unan a beb tu deañ, ez eus skeudenn gaer meurbed : hini ar Werhez Santel skwer an oll vammou, he Mabig Jezeuz, ar Bugel-Doue, choupet ganti war hebreh kleiz. Dremmet eo ar zantez evel eur wreg yaounk en he bleuñv, seder ha laouen da vezalakeet er bed eur hrouadur koant ha leun a yehed. Heñvel eo gwisket ouz eun intron a ouenn uhel pe gentoh ouz eur briñsez fran euz ar zeitegvedkantved he dargreiz stardet mistr ha moan gand eur gorvenn hir, digor war he brennid hag o leuskel dizolo he divronn gwenn ha flour. Ha dorn he mab, oh ober allazig da unan anezo, a laka da zivera diouti eun nebeud beradou lêz.

     C’est une jolie petite église que la chapelle de Treguron en Gouezec, avec son petit clocher élancé et pointu, et son grand toit descendant bas sur des murs épais. À Droite de l’autel, dans une niche semblable à une armoire aux deux portes à vitraux ouvertes de chaque côté, on découvre un tableau enchanteur : la sainte vierge, modèle de toutes les mères, portant son fils jésus le divin enfant, sur le bras gauche. La sainte est figurée sous les traits d’une jeune femme en beauté sereine et toute à joie d’avoir mis au monde un bel enfant éclatant de santé. Elle est vêtue comme une dame de haut rang, ou plutôt comme une princesse richement habillée du dix-septième siècle, la taille finement enserrée avec élégance dans un étroit corsage, laissant apparaître ses seins blanc et lisses. Et la main de son enfant, caressant l’un deux en faisant couler quelques gouttes de lait.

     

     

    BURZUD INTRON VARIA DREGURON


        En tolead a-bez eo brudet braz intron Varia Dreguron. Fiziañq o-deus en he galloud ar gwragez o tougen hag ar mammou nevez-gwilioudet : ar reg enta da zond vad gand o zro hag re all da gaoud lêz a-walh da vaga obugale. N’eus ket par da zour he feunteun vurzuduz da barea ar pennou-bronn goret diwar derzienn al lêz hag an diêzamañchou all o-devez ar merhed dimezet hag ar mammou o vez o vaga. Ha beb bloaz, da seiz he ‘fardon, e tired daved ar Werhez Santel, d’he chapel Treguron, danvez-mammou ha gwragez bugaleet.

      Notre Dame de Treguron a grande renommée dans toute la contrée. Les enceintes et celles qui viennent d’accoucher se fient à son pouvoir, les premières pour mener à bien leur grossesse et les autres afin d’avoir assez de lait pour nourrir leur progéniture. L’eau de sa fontaine n’a pas sa pareille pour guérir les tétons enflammés par la fièvre du lait et les autres ennuis qu’ont les femmes mariées et les mères qui allaitent. Et chaque année, le jour du pardon, des femmes enceintes ou venant d’enfanter accourent vers la Sainte Vierge, en sa chapelle de Treguron.

     

       Pell braz ‘zo e ch’oarvezaz an darvoud emaon o vond da zisplega, tremen hanter-kant vloaz moarvad, da lavared eo a-barz ma eo cheñchet devez d’ober pardon an intron Varia a lider bremañ d’ar zul war-lerh an eiz a viz gwengolo hag a veze kent antronoz gouel Yann. Ne zeree ket ouz. Gwezegiz, evid doare, lakaad an deiz-se evid enori ar Werhez o veza ma ree dezo koll eun devez war ar ‘foenn. Setu ma rejont o zeiz gwella evid ma vije ampellet goude labouriou braz an hañv ha ma oe seventet gand o ‘ferson ha pennou braz an eskopti.

       L’évènement que je vais raconter ce produisit il y a fort longtemps, plus de cinquante ans probablement, c’est-à-dire avant que fût changée la date du pardon de Notre Dame que l’on célèbre maintenant le dimanche suivant le huit septembre, et qui auparavant l’était le lendemain de la Saint-Jean. Ce jour-là, semble-t-il, ne convenait pas aux Gouézécois pour honorer la vierge, car ils perdaient de ce fait une journée pour faire les foins. C’est pourquoi ils se démenèrent pour obtenir de leur curé et des pontes de l’évêché que l’on repousse le pardon après les grands travaux d’été.

     

       Ahane, da zeiz ar pardon, e klever abaoe, euz an tu-all d’a Stêr Aon, mouez kloh chapel Garz-Varia, savet ive en enor d’ar Werhez, o hrevel Pleibeniz da zond da bardona da ilizig patronez o Zreo Bihan. Hag hervez darn anezo, rag meur a deod fall a zo en o zouesk, e lavar ar hlohig-se dre e gan lirzin ha mentet ingal :

    Tud Goezeg,
    Laeron oll, laeron oll !

       E-keit ha ma respont sklintin klohadou hini Treguron, lakeet brall ennañ da wiska an overenn pe da dinta ar gousperou :

    ‘Vel ma ‘z int ez int !
    ‘Vel ma ‘z int ez int !

       Depuis lors, le jour du pardon, on entend de l’autre côté de la rivière de l’Aulne, le son de cloche de la chapelle de Garz-Varia, également dédié à la vierge, appelant les Pleybenois à se rendre au pardon à la petite église de la patronne de leur petite trève. Et selon certains d’entre eux, car on compte bien des mauvaise langues dans leurs rangs. Voici ce que dit cette petite cloche de son chant clair et régulier :

    Gens de Gouézec,
    Tous des voleurs, tous de voleurs !
     

       Cependant que celle de Treguron, mise en branle pour annoncer la messe ou les vêpres, répond par ses sonneries brillantes

    Ils sont comme ils sont !
    Ils sont comme ils sont !

     

       Ar bloaz-se, eta da seiz ar pardon, pa darzas an heol laouen miz even a-uh d’ar Meneziou Du ha da stanken ar Stèr-Aon, emede da vad Jermen Favenneg o vuzula hent bourk Pleiben ha Treguron

       Cette année-là, donc, quand le joyeux soleil de juin resplendit au-dessus des Montagnes Noires et de la vallée de l’Aulne, Germain Favennec parcourait d’un pas résolu la route menant du bourg de Pleyben à Treguron.

     

       Eur goapêr hag eur penn-kleiz a zen a oa aneañ, troet d’ober fent ha da gavoud abeg en traou sakr ha santel hag e monzou ar veleien. Klevet e-novoa ano euz pardon Treguron hag euz diodezed, evel ma alavare, a yee di, gand o bronnou krognet hag o dardreziou pounner, da bedi eur zantez koad livet, lakeet da zoskouez d’an oll he briched diskrubuill heb en disterra mez. Hag an orged o vrouda e galon a ree deañ kerzed, gand mall da weled eun arvest dizeread war e veno, hag a roje tu deañ da hodisa ar gwragez kredi-se ha d’ober allu ganto.

       Ce dernier était un homme moqueur, et une forte tête, porté à détourner en dérision et à remettre en questions les choses sacrées et saintes, ainsi que la parole des prêtres. Il avait entendu parler du pardon de Treguron et des sottes, comme il disait, qui s’y rendaient, les seins gonflés et la taille alourdie, pour prier une sainte de bois peint, exhibant à la vue de tous sa poitrine découverte sans la moindre honte. Et, piqué par une curiosité malsaine, il s’empressait d’aller contempler un spectacle inconvenant d’après lui, ce qui lui donnerait l’occasion de railler ces femmes crédules, et de les tourner en ridicule.

     

       Nebeud a-rôg an overenn-bred e tigouezas elleh santel. Eno en distro, e-kreiz eun dachenn leun a wez braz, e kavas ar chapelig koant a zo eur frealz hag eun dudi d’ar gristenien troi enni da bedi. Kalz tud a oa tro-war-dro o hortoz mare an ofis, en o zouesk eun niver braz a verhed, anad warno edont o vaga pe o tostaad ouz o amzer. Meur a vaouez a ziskennas beteg feunteun an Intron Varia hag, o kemered dour anei gand o dorn, a hlebias o divronn o tevel pe hwezet stenn gand al lêz.

       Peu avant la grand-messe il arriva au lieu saint. C’est là, à l’écart, au milieu d’un terrain couvert de grands arbres, qu’il trouva la jolie petite chapelle pleine de charme où les croyants peuvent prier et trouver le réconfort. Il y avait foule alentour à attendre l’heure de l’office, parmi eux un grand nombre de femmes, qui à l’évidence allaitaient ou approchaient du terme.  Nombre de ses femmes descendirent jusqu’à la fontaine de Notre Dame et, y prenant de l’eau avec leur main, mouillèrent leurs seins gonflés par la montée de lait.

     

       Eet e oa Jermen Favenneg d’o heul hag e zaoulagad gadal, o vous’choarzin diaouleg, a jome da arvesti heb mez ouz al lid iskiz pagan an orin aneañ marteze, hogen santelleet abaoe meur a gantved dre hras Mamm Zakr ha Dinamm Or Zalver.

       Germain Favennec les avait suivies et, souriant malignement, son regard vicieux s’attarda sans vergogne sur le rite étrange, peut-être bien d’origine païenne, mais sanctifié depuis des lustres par la grâce de la Mère sacrée et immaculée de Notre Sauveur.

     

       Gwisket e oa en e gaerra, giz e barrrez gantañ eur chupenn vezer du war e gein ha, war e vruched, eur chelet voulouzennet, digor ha diskloz evel ma oa ar hiz. War zigarez farsal e ree tud ar parreziou all, ouz ar pez dillad-se, eur chaelet debri youd euz o loa, e choment ennañ hag e oant kuit da vond da goll war an douar.

       Il avait mis ses plus beau habits, le costume de sa paroisse : sur le dos une veste de toile noire, et sur la poitrine un gilet de velours entrouvert comme le voulait la mode. C’était un sujet de moquerie pour les gens des autres paroisses, qui l’avait surnommé gilet mange-bouillie car, disaient-ils, quand les Pleybennois laissaient tomber de la bouillie de leur cuillère, elle y restait, ce qui l’empêchait de tomber par terre et donc d’être perdue.

     

       A-greiz-oll, o skrigna hag o hoapaad, e tilammas Jermen e-touesk ar merhed ha, ken dineh ha tra gand ar gwall-skwer a roe deo, e tilasas e roched war e vruched hag eh en lakeas d’e hlebia gand dour euz ar ‘feunteun. Darn euz ar gwragez a dehas kuit gand ar vez, med lod all, hardisoh ha feuket gand eun dra ken dizoare, ne oent ket evid mired d’e gunaja. Hohen ne reas van an istrogell hag, evid godisa muioh-mui, e tapas euz e hodell eun nebeud spillou da gloza e chelet war e boull-kalon, evel ma ree merhed e barrez da spillenna o hroazed war o brennid.

       Tout à coup, Germain se précipita parmi les femmes en ricanant et en se moquant et, sans aucune gêne pour le mauvais exemple qu’il leur donnait, il déplaça sa chemise sur sa poitrine qu’il se mit à mouiller avec de l’eau de la fontaine. Une partie des femmes s’enfuit devant une telle honte, mais d’autres plus hardies et choquées par de si mauvaises manières, ne purent s’empêcher de l’injurier. Mais le provocateur n’en avait cure et, pour se moquer toujours plus, il sortit de sa poche quelques épingles pour refermer son gilet sur la poitrine, comme le font les filles de sa paroisse avec leur couvre-gilet.

     

       Med, allaz ! Kerkent e teoeas divronn ar pôtr, ken e teujont par a-walh da re gwell       magerezed a oa eno. Ken krognet e oant ma strinke al lêz diouto, o hlebia deañ e zillad, penn-da-benn e gov, beteg e durbant glaz. Neuze, stratuillet gand ar zoñj e oa bet troet e maouez marteze, e laoaskas e ardou hag e kerzas juit, ken flep hag eul louarn a vije bet louze gand eur yar.

       Mais hélas ! Aussitôt les seins de l’homme prirent du volume, jusqu’à égaler ceux des plus belles nourrices qui se trouvaient là. Ils étaient si gonflés que le lait en giclait, mouillant ses habits sur tout le ventre, jusqu’à son turban bleu. Alors affolé à l’idée qu’il avait peut-être changé en femme, il renonça à ses simagrées et il s’en alla, aussi mortifié qu’un renard qui aurait été blousé par une poule.

     

       Koulskoude ne oa ket chomet ar merhed heb komz diwar e benn hag, a-barz makavas an tu d’en em ripa war-zu ar gêr, e oa tosteet ar wazed d’e zismegañsi. Kalz anezho a oa goubet d’e frea pe da roi deañ eur prebad, evel ma lavarent. Sevel a rejont o mouez da riotal ha da glask kann.

       Les femmes cependant ne s’étaient pas privées de parler de lui et, avant qu’il n’eût le temps de s’échapper en direction de de chez lui, les hommes s’étaient approchés pour le couvrir d’opprobre. Beaucoup d’entre eux auraient bien voulu le battre ou lui flanquer une raclée, comme ils disaient. Ils élevèrent la voix pour le disputer et cherche la bagarre.

     

       « Petra an tanfoeltr eo hemañ ‘ta », eme zarn aneo, « gwaz pe vaouez, kement e vrennid ha tevez eur vuo nevez-halet ? »
       « Diable ! Qu’est-ce donc que ce type-là », dirent certains d’entre eux, « un homme ou une femme tellement sa poitrine ressemble au pis d’une vache qui vient de vêler ? »

     

       « Ya ! », a lavare lod all, « petra eo al loen, divalo-mañ hag a gred dond amañ da roi gwall-skwer ha d’ober goap euz ar giziou santel ? Kerz prim ahann, aillon an diaoul, mez-e-eled, pe da ler a zamanto ! »
       « Oui ! », disaient d’autres, « qu’est-ce que c’est cette sale bête qui ose venir ici faire de la provocation et se moquer des rites saints ? Va-t’en vite d’ici, diable de vaurien qui se donne en spectacle honteusement, ou il t’en cuira ! »

        Ne jomas ket Jermen Favenneg da goza e Treguron, e hillit kredi ! Redeg a ree evel eur hi difelhet, e vruched pounner o lammad heb ehan dindan e chelet spillennet re stard. Dizale e oe ken gleb e gein gand ar hwezenn hag en tu a-raog euz e gorv-braz gand al lêz o tivera bepred diouz e zivronn leun-tenn.
       Germain Favennec ne resta pas faire de vieux os à Treguron, vous pouvez le croire ! Il courait comme un dératé, sa lourde poitrine se balançant sans arrêt sous son gilet agrafé tropserré. En peu de temps son dos fut aussi trempé de sueur que ne l’était le devant de son buste par le lait qui coulait toujours de seins pleins à craquer.

        P’en em gavas er gêr e yeas d’e wele, oh ober an neuz da veza klañv. Ne oa ket lañv a galon, a spered avad ne lavaran ket rag, kaer e-nevoa ober ha dizober, ne yeas ket da zilêz ha ne gurzas ket e zivronn.
       Quand il fut rendu à la maison il alla au lit, feignant d’être malade. Le cœur n’était pas atteint, mais le mental je ne dis, pas car il eut beau tout tourmenter, le lait ne tarit pas et ses seins en diminuèrent pas de volume.

       Pa gredas sevel euz e weele ha mond da labourad, e ouezas an oll petra a hoaroe gantañ. Eet e oa ar vrud aneañ dre ar vro kalz tud a glaske an tu d’e weled evid kaoud digarez da hoarzin diwar e gouste. Meur a hini a lavare ne oa ket da o deañ mond ken d’ar park d’em suiza, rag bremañ, pa oa gouest d’ober eur vagéréz vad, e vije didorroh deañ entent ouz magadennou. Med, hervez lod all, e oa bet sorset ha ne oa e lêz nemed eun evaj kontammet a lakaje ar vugale da gleñvel.
       Quand il se risqua hors de son lit pour aller travailler, tout le monde sut ce qui lui était arrivé. Sa réputation avait fait le tour du pays et beaucoup de gens cherchaient le moyen de le voir pour avoir l’occasion de rire à ses dépens. Plus d’un disaient qu’il n’avait plus besoin de se fatiguer à aller au champ, car maintenant il pouvait faire comme une bonne nourrice, il serait bien moins fatiguant pour lui de s’occuper de nourrissons. Mais selon d’autres, il avait été ensorcelé, et sont lait n’était qu’un breuvage empoisonné qui rendrait les enfants malades.

       Pell e padas merzenti Jermen Favenneg. Pa veze war-zao e ranke spillenna kloz e chelet,evid mired ouz e vell brennid da zispaka a-zindanni. Ne zigrogne tamm hag e-kendalhe da vera ken gwaz ha biskoaz, o terhel e zillad leiz bepred. Ha pegen displijuz ‘ta labourad gand ar zamm-ze, hij-dihjih, a waske ha a ziêze e boull-kalon !
       Le martyre de Germain Favennec dura longtemps. Lorsqu’il était debout il devait fermer son gilet avec des épingles pour empêcher son énorme poitrine de s’en échapper. Elle ne perdait nullement de volume et elle continuait à couler de plus belle, remplissant ses habits. Et qu’il était désagréable de travailler avec cette charge qui ballotait, et qui opprimait et gênait son poitrail !

        Tost da vloaz emede e-giz-se, o houzañv e wall-blanedenn, pa deuas soñj deañ da goves e behed ouz unan euz ar gureed.
       Cela faisait presque un an qu’il était dans cet état, endurant son mauvais sort, quand il eut l’idée de confesser son péché à l’un des vicaires.

       Ar beleg her selaouas hegarad hag, o weled e geuz e hlahar d’an dra dizakr e vroude e goustiañs hag e gastize e gorv, a roas dezañ an absolvenn. Evid e binijenn e-nevoe Jermen da vond diarhen, da seiz pardon, da bedi intron Varia Dreguron da gemered truez outañ ha da lemel kuit ar walenn he-devoa taolet warnañ.
       Le prêtre l’écouta avec compassion et, voyant son regret et son affliction pour avoir commis un sacrilège qui tourmentait sa conscience et mortifiait son corps, il lui donna l’absolution. Pour sa punition Germain reçut l’ordre d’aller nu-pieds, le jour du pardon, prier Notre-Dame de Treguron de prendre pitié de lui et de lever la malédiction dont elle l’avait frappé.

       Hag, ar bloaz-se, e oe gwelet ar hanfard divoutou ha biloerou, o pedi devod-braz dirag skeudenn Mamm Doue, oh ober an dro d’he chapel war e zaoulin noaz hag o vond goude d’he ‘feunteun vurzuduz da eva dour.
       Et cette année –là, on vit le petit maître, sans chaussures ni chaussettes, priant avec grande dévotion devant la statue de la Mère de Dieu, faisant le tour de la chapelle sur ses genoux nus et allant ensuite à la fontaine miraculeuse boire de l’eau.

       Pa deuas ahane e oa bet selaouet e bedenn. Eet e oa e zivronn ken plad ha kent, ha ne verent ket ken. Distroi a reas d’ar gêr en eur veuli ar Werhez, skañv e galon, dibreder e spered ha dizonet da vad diouz ar ch’oant ha hodisa an danvez-mammou hag ar gwragez o vaga.
       Quand il revint sa prière avait été entendue. Ses seins étaient redevenus aussi plats qu’avant et ils ne coulaient plus. Il retourna à la maison en louant la vierge, le cœur léger, l’esprit soulagé et guéri pour de bon de l’envie de railler les femmes enceintes et celles qui allaitaient.

        Ahane, da zeiz ar pardon, e klever abaoe, euz an tu-all d’a Stêr Aon, mouez kloh chapel Garz-Varia, savet ive en enor d’ar Werhez, o hrevel Pleibeniz da zond da bardona da ilizig patronez o Zreo Bihan. Hag hervez darn anezo, rag meur a deod fall a zo en o zouesk, e lavar ar hlohig-se dre e gan lirzin ha mentet ingal :

    Tud Goezeg,
    Laeron oll, laeron oll !

       E-keit ha ma respont sklintin klohadou hini Treguron, lakeet brall ennañ da wiska an overenn pe da dinta ar gousperou :

    ‘Vel ma ‘z int ez int !
    ‘Vel ma ‘z int ez int !

       Depuis lors, le jour du pardon, on entend de l’autre côté de la rivière de l’Aulne, le son de cloche de la chapelle de Garz-Varia, également dédié à la vierge, appelant les Pleybenois à se rendre au pardon à la petite église de la patronne de leur petite trève. Et selon certains d’entre eux, car on compte bien des mauvaise langues dans leurs rangs. Voici ce que dit cette petite cloche de son chant clair et régulier :

    Gens de Gouézec,
    Tous des voleurs, tous de voleurs !
     

       Cependant que celle de Treguron, mise en branle pour annoncer la messe ou les vêpres, répond par ses sonneries brillantes

    Ils sont comme ils sont !
    Ils sont comme ils sont !

     

       Ar bloaz-se, eta da seiz ar pardon, pa darzas an heol laouen miz even a-uh d’ar Meneziou Du ha da stanken ar Stèr-Aon, emede da vad Jermen Favenneg o vuzula hent bourk Pleiben ha Treguron

       Cette année-là, donc, quand le joyeux soleil de juin resplendit au-dessus des Montagnes Noires et de la vallée de l’Aulne, Germain Favennec parcourait d’un pas résolu la route menant du bourg de Pleyben à Treguron.

     

       Eur goapêr hag eur penn-kleiz a zen a oa aneañ, troet d’ober fent ha da gavoud abeg en traou sakr ha santel hag e monzou ar veleien. Klevet e-novoa ano euz pardon Treguron hag euz diodezed, evel ma alavare, a yee di, gand o bronnou krognet hag o dardreziou pounner, da bedi eur zantez koad livet, lakeet da zoskouez d’an oll he briched diskrubuill heb en disterra mez. Hag an orged o vrouda e galon a ree deañ kerzed, gand mall da weled eun arvest dizeread war e veno, hag a roje tu deañ da hodisa ar gwragez kredi-se ha d’ober allu ganto.

       Ce dernier était un homme moqueur, et une forte tête, porté à détourner en dérision et à remettre en questions les choses sacrées et saintes, ainsi que la parole des prêtres. Il avait entendu parler du pardon de Treguron et des sottes, comme il disait, qui s’y rendaient, les seins gonflés et la taille alourdie, pour prier une sainte de bois peint, exhibant à la vue de tous sa poitrine découverte sans la moindre honte. Et, piqué par une curiosité malsaine, il s’empressait d’aller contempler un spectacle inconvenant d’après lui, ce qui lui donnerait l’occasion de railler ces femmes crédules, et de les tourner en ridicule.

     

       Nebeud a-rôg an overenn-bred e tigouezas elleh santel. Eno en distro, e-kreiz eun dachenn leun a wez braz, e kavas ar chapelig koant a zo eur frealz hag eun dudi d’ar gristenien troi enni da bedi. Kalz tud a oa tro-war-dro o hortoz mare an ofis, en o zouesk eun niver braz a verhed, anad warno edont o vaga pe o tostaad ouz o amzer. Meur a vaouez a ziskennas beteg feunteun an Intron Varia hag, o kemered dour anei gand o dorn, a hlebias o divronn o tevel pe hwezet stenn gand al lêz.

       Peu avant la grand-messe il arriva au lieu saint. C’est là, à l’écart, au milieu d’un terrain couvert de grands arbres, qu’il trouva la jolie petite chapelle pleine de charme où les croyants peuvent prier et trouver le réconfort. Il y avait foule alentour à attendre l’heure de l’office, parmi eux un grand nombre de femmes, qui à l’évidence allaitaient ou approchaient du terme.  Nombre de ses femmes descendirent jusqu’à la fontaine de Notre Dame et, y prenant de l’eau avec leur main, mouillèrent leurs seins gonflés par la montée de lait.

     

        Eet e oa Jermen Favenneg d’o heul hag e zaoulagad gadal, o vous’choarzin diaouleg, a jome da arvesti heb mez ouz al lid iskiz pagan an orin aneañ marteze, hogen santelleet abaoe meur a gantved dre hras Mamm Zakr ha Dinamm Or Zalver.

       Germain Favennec les avait suivies et, souriant malignement, son regard vicieux s’attarda sans vergogne sur le rite étrange, peut-être bien d’origine païenne, mais sanctifié depuis des lustres par la grâce de la Mère sacrée et immaculée de Notre Sauveur.

     

       Gwisket e oa en e gaerra, giz e barrrez gantañ eur chupenn vezer du war e gein ha, war e vruched, eur chelet voulouzennet, digor ha diskloz evel ma oa ar hiz. War zigarez farsal e ree tud ar parreziou all, ouz ar pez dillad-se, eur chaelet debri youd euz o loa, e choment ennañ hag e oant kuit da vond da goll war an douar.

       Il avait mis ses plus beau habits, le costume de sa paroisse : sur le dos une veste de toile noire, et sur la poitrine un gilet de velours entrouvert comme le voulait la mode. C’était un sujet de moquerie pour les gens des autres paroisses, qui l’avait surnommé gilet mange-bouillie car, disaient-ils, quand les Pleybennois laissaient tomber de la bouillie de leur cuillère, elle y restait, ce qui l’empêchait de tomber par terre et donc d’être perdue.

      

      A-greiz-oll, o skrigna hag o hoapaad, e tilammas Jermen e-touesk ar merhed ha, ken dineh ha tra gand ar gwall-skwer a roe deo, e tilasas e roched war e vruched hag eh en lakeas d’e hlebia gand dour euz ar ‘feunteun. Darn euz ar gwragez a dehas kuit gand ar vez, med lod all, hardisoh ha feuket gand eun dra ken dizoare, ne oent ket evid mired d’e gunaja. Hohen ne reas van an istrogell hag, evid godisa muioh-mui, e tapas euz e hodell eun nebeud spillou da gloza e chelet war e boull-kalon, evel ma ree merhed e barrez da spillenna o hroazed war o brennid.

       Tout à coup, Germain se précipita parmi les femmes en ricanant et en se moquant et, sans aucune gêne pour le mauvais exemple qu’il leur donnait, il déplaça sa chemise sur sa poitrine qu’il se mit à mouiller avec de l’eau de la fontaine. Une partie des femmes s’enfuit devant une telle honte, mais d’autres plus hardies et choquées par de si mauvaises manières, ne purent s’empêcher de l’injurier. Mais le provocateur n’en avait cure et, pour se moquer toujours plus, il sortit de sa poche quelques épingles pour refermer son gilet sur la poitrine, comme le font les filles de sa paroisse avec leur couvre-gilet.

     

       Med, allaz ! Kerkent e teoeas divronn ar pôtr, ken e teujont par a-walh da re gwell       magerezed a oa eno. Ken krognet e oant ma strinke al lêz diouto, o hlebia deañ e zillad, penn-da-benn e gov, beteg e durbant glaz. Neuze, stratuillet gand ar zoñj e oa bet troet e maouez marteze, e laoaskas e ardou hag e kerzas juit, ken flep hag eul louarn a vije bet louze gand eur yar.
       Mais hélas ! Aussitôt les seins de l’homme prirent du volume, jusqu’à égaler ceux des plus belles nourrices qui se trouvaient là. Ils étaient si gonflés que le lait en giclait, mouillant ses habits sur tout le ventre, jusqu’à son turban bleu. Alors affolé à l’idée qu’il avait peut-être changé en femme, il renonça à ses simagrées et il s’en alla, aussi mortifié qu’un renard qui aurait été blousé par une poule.

           Koulskoude ne oa ket chomet ar merhed heb komz diwar e benn hag, a-barz makavas an tu d’en em ripa war-zu ar gêr, e oa tosteet ar wazed d’e zismegañsi. Kalz anezho a oa goubet d’e frea pe da roi deañ eur prebad, evel ma lavarent. Sevel a rejont o mouez da riotal ha da glask kann.
       Les femmes cependant ne s’étaient pas privées de parler de lui et, avant qu’il n’eût le temps de s’échapper en direction de de chez lui, les hommes s’étaient approchés pour le couvrir d’opprobre. Beaucoup d’entre eux auraient bien voulu le battre ou lui flanquer une raclée, comme ils disaient. Ils élevèrent la voix pour le disputer et cherche la bagarre.

        « Petra an tanfoeltr eo hemañ ‘ta », eme zarn aneo, « gwaz pe vaouez, kement e vrennid ha tevez eur vuo nevez-halet ? »
       « Diable ! Qu’est-ce donc que ce type-là », dirent certains d’entre eux, « un homme ou une femme tellement sa poitrine ressemble au pis d’une vache qui vient de vêler ? »

        « Ya ! », a lavare lod all, « petra eo al loen, divalo-mañ hag a gred dond amañ da roi gwall-skwer ha d’ober goap euz ar giziou santel ? Kerz prim ahann, aillon an diaoul, mez-e-eled, pe da ler a zamanto ! »
       « Oui ! », disaient d’autres, « qu’est-ce que c’est cette sale bête qui ose venir ici faire de la provocation et se moquer des rites saints ? Va-t’en vite d’ici, diable de vaurien qui se donne en spectacle honteusement, ou il t’en cuira ! »

        Ne jomas ket Jermen Favenneg da goza e Treguron, e hillit kredi ! Redeg a ree evel eur hi difelhet, e vruched pounner o lammad heb ehan dindan e chelet spillennet re stard. Dizale e oe ken gleb e gein gand ar hwezenn hag en tu a-raog euz e gorv-braz gand al lêz o tivera bepred diouz e zivronn leun-tenn.
       Germain Favennec ne resta pas faire de vieux os à Treguron, vous pouvez le croire ! Il courait comme un dératé, sa lourde poitrine se balançant sans arrêt sous son gilet agrafé tropserré. En peu de temps son dos fut aussi trempé de sueur que ne l’était le devant de son buste par le lait qui coulait toujours de seins pleins à craquer.

        P’en em gavas er gêr e yeas d’e wele, oh ober an neuz da veza klañv. Ne oa ket lañv a galon, a spered avad ne lavaran ket rag, kaer e-nevoa ober ha dizober, ne yeas ket da zilêz ha ne gurzas ket e zivronn.
        Quand il fut rendu à la maison il alla au lit, feignant d’être malade. Le cœur n’était pas atteint, mais le mental je ne dis, pas car il eut beau tout tourmenter, le lait ne tarit pas et ses seins en diminuèrent pas de volume.

       Pa gredas sevel euz e weele ha mond da labourad, e ouezas an oll petra a hoaroe gantañ. Eet e oa ar vrud aneañ dre ar vro kalz tud a glaske an tu d’e weled evid kaoud digarez da hoarzin diwar e gouste. Meur a hini a lavare ne oa ket da o deañ mond ken d’ar park d’em suiza, rag bremañ, pa oa gouest d’ober eur vagéréz vad, e vije didorroh deañ entent ouz magadennou. Med, hervez lod all, e oa bet sorset ha ne oa e lêz nemed eun evaj kontammet a lakaje ar vugale da gleñvel.
       Quand il se risqua hors de son lit pour aller travailler, tout le monde sut ce qui lui était arrivé. Sa réputation avait fait le tour du pays et beaucoup de gens cherchaient le moyen de le voir pour avoir l’occasion de rire à ses dépens. Plus d’un disaient qu’il n’avait plus besoin de se fatiguer à aller au champ, car maintenant il pouvait faire comme une bonne nourrice, il serait bien moins fatiguant pour lui de s’occuper de nourrissons. Mais selon d’autres, il avait été ensorcelé, et sont lait n’était qu’un breuvage empoisonné qui rendrait les enfants malades.

       Pell e padas merzenti Jermen Favenneg. Pa veze war-zao e ranke spillenna kloz e chelet,evid mired ouz e vell brennid da zispaka a-zindanni. Ne zigrogne tamm hag e-kendalhe da vera ken gwaz ha biskoaz, o terhel e zillad leiz bepred. Ha pegen displijuz ‘ta labourad gand ar zamm-ze, hij-dihjih, a waske ha a ziêze e boull-kalon !
        Le martyre de Germain Favennec dura longtemps. Lorsqu’il était debout il devait fermer son gilet avec des épingles pour empêcher son énorme poitrine de s’en échapper. Elle ne perdait nullement de volume et elle continuait à couler de plus belle, remplissant ses habits. Et qu’il était désagréable de travailler avec cette charge qui ballotait, et qui opprimait et gênait son poitrail !

        Tost da vloaz emede e-giz-se, o houzañv e wall-blanedenn, pa deuas soñj deañ da goves e behed ouz unan euz ar gureed.
       Cela faisait presque un an qu’il était dans cet état, endurant son mauvais sort, quand il eut l’idée de confesser son péché à l’un des vicaires.

        Ar beleg her selaouas hegarad hag, o weled e geuz e hlahar d’an dra dizakr e vroude e goustiañs hag e gastize e gorv, a roas dezañ an absolvenn. Evid e binijenn e-nevoe Jermen da vond diarhen, da seiz pardon, da bedi intron Varia Dreguron da gemered truez outañ ha da lemel kuit ar walenn he-devoa taolet warnañ.
       Le prêtre l’écouta avec compassion et, voyant son regret et son affliction pour avoir commis un sacrilège qui tourmentait sa conscience et mortifiait son corps, il lui donna l’absolution. Pour sa punition Germain reçut l’ordre d’aller nu-pieds, le jour du pardon, prier Notre-Dame de Treguron de prendre pitié de lui et de lever la malédiction dont elle l’avait frappé.

       Hag, ar bloaz-se, e oe gwelet ar hanfard divoutou ha biloerou, o pedi devod-braz dirag skeudenn Mamm Doue, oh ober an dro d’he chapel war e zaoulin noaz hag o vond goude d’he ‘feunteun vurzuduz da eva dour.
       Et cette année –là, on vit le petit maître, sans chaussures ni chaussettes, priant avec grande dévotion devant la statue de la Mère de Dieu, faisant le tour de la chapelle sur ses genoux nus et allant ensuite à la fontaine miraculeuse boire de l’eau.

     

     

    BURZUD INTRON VARIA DREGURON 

    BURZUD INTRON VARIA DREGURON


     

       Pa deuas ahane e oa bet selaouet e bedenn. Eet e oa e zivronn ken plad ha kent, ha ne verent ket ken. Distroi a reas d’ar gêr en eur veuli ar Werhez, skañv e galon, dibreder e spered ha dizonet da vad diouz ar ch’oant ha hodisa an danvez-mammou hag ar gwragez o vaga.
       Quand il revint sa prière avait été entendue. Ses seins étaient redevenus aussi plats qu’avant et ils ne coulaient plus. Il retourna à la maison en louant la vierge, le cœur léger, l’esprit soulagé et guéri pour de bon de l’envie de railler les femmes enceintes et celles qui allaitaient.

    © Le Vaillant Martial

     

     

    « Ar Parizian hag an amzerAnduilh ar Gemene, yodenn avaloù-douar »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :