• Ar pesketer koz hag ar fomored

    Ar pesketer koz hag ar fomored
    Le Vieux pêcheur et les Fomors

     

    Tennet euz ar mojennou keltieg gand Régine Pascale ha Marie Kerguéris
    Troet e Brezoneg gand Herve Danielou

    Adapté des mythes celtes par Régine pascale et Marie Kergueris
    Traduit en Breton avec  Hervé Danielou.

     

    Eur pesketêr koz hag e wreg e veve e kochenn ar Mor Braz. O chom edont en eul lochenn savet etre diou mell roh, e beg an tornaot, ha den, den ebed, ne zeue biken da weled anezo. O-unan penn e oant er bed, gand an avel, al laboured, an heol hag ar mor. Kement-se o lakee da veza trist rag kared o-defe en em gavoud, a vare da vare, gand tud laouen en-dro dezo.
      
    Un vieux pêcheur et sa fille vivaient au bord de l’océan. Ils habitaient une cabane construite entre deux rochers au sommet d’une falaise et personne, mais alors personne, ne venait jamais les voir. Ils étaient seuls au monde avec le vent, les oiseaux, le soleil. Cela les attristait car de temps en temps, ils auraient aimé se retrouver en joyeuse compagnie.

     

    Hogen, pa veze he gwaz o peketa, e oa boazet ar vaouez koz, Ula heh ano, dà ziskenn e traoñ an tornaot. Dibab a ree mare an re ha dizoloet he-doa, el leh izella, mougeviou ken don ha ken teñval ma oa dibosubl gweled o foñs.
      
    Or, pendant que son mari pêchait le poisson au large, la vieille femme, qui s’appelait Ula, avait pris l’habitude de descendre sur la falaise. Elle choisissait le moment où la marée se retirait et, tout en bas, elle avait découvert des grottes si profondes et si sombres qu’il était impossible d’en apercevoir le fond.

     

    C’hoantbraz he-doa Ula d’o bizita med, bewech pa’z ee enno, e teue aon dezi. Eet bihan he halon, e teue war he hiz hag e pigne en-dro d’he zi ken buan ha ma helle he divesker dougen anezi.
       Ula avait très envie de les visiter mais, chaque fois qu’elle y pénétrait, une peur la prenait. Gorge serrée, elle rebroussait chemin et remontait chez elle aussi vite que ses jambes pouvaient la  porter.

     

     Koulskoude, en devez-se, he-deus-hi divizet kas he prenoz da benn. Degaset he-deus ganti zoken torchennou a elum en eur vond tre er mougeo kenta.
       
    Pourtant, ce jour-là, elle avait décidée à mener son projet jusqu’au bout. Elle avait apporté des torches qu’elle alluma en entrant dans la première des grottes.

     

    Bez’ e oa eul iskiz, gan mogeriou a zeblante beza goloet gant kizelladuriou ha resadennou. Med ne oa ket tu da lavared hag-eñ e oa bet greet ar hizelladuriou hag an tresadennou-ze gand dorn eun den pe gand froudenn an natur.
       C’était un endroit étrange. Les parois semblaient couvertes de sculptures et de dessins. Mais il aurait été impossible de dire s’ils avaient été créés par une main d’homme ou par un caprice de la nature.

     

    War ar penn pella, e tigor eun trepas stri. Daoust hag e kas ar mougeo beteg kreiz an douar ? Euz gridienn yen a red etre diouskoaz Ula. Homañ a elum diou dorchenn all hag a gendalh gand heh enklask. Diêz en em zant-hi koulskoude ha kredi a ra dezi ez eus daoulagad o teuler evez euz pep tra a ra-hi.
      
    Au fond s’ouvrait un étroit couloir. La grotte se prolongeait-elle jusqu’au centre de la terre ? Un léger frisson parcourut les épaules d’Ula qui alluma deux nouvelles torches et poursuivit son chemin. Elle se sentait mal à l’aise : elle avait l’impression incroyable qu’un regard surveillait chacun de ses gestes.

     

    A-benn ar fin e tegouez ar vaouez koz en eur zal ha darbet eo dezi krial gand ar spont : eur strollad ramzed a zo selled outi !
        « Ar Fomored... » a vouskom-hi.
       Enfin, la vieille femme déboucha dans une grande salle et retint un cri de terreur : un groupe de géants se tenait devant elle et la   regardait !
       « Les Fomors... » Murmura-t-elle.

     

    An oll vojennou a oa bet kontet gand he mamm da Ula pa oa homañ bihan, a oa diwar-benn ar Fomored :tud ramzel, ken uhel ha tri den asamblez. Titaned, sikloped, eun nerz digreduz dezo, med vil-spontuz da weled, ne oa aliez ganto nemed eur vreh pe eur harr.
       Toutes les légendes que la mère d’Ula lui avait racontées pendant son enfance parlaient des Fomors. Des êtres immenses, haut comme trois hommes à la fois. Titans, cyclopes d’une force incroyable mais repoussant de laideur, ils ne possédaient souvent qu’un bras ou une jambe.

     

    Hag e oa wirionez gand ar mojennou.       Et les légendes disaient vrai.
        Ha bremañ e wel Ula an euzviled dirazi. 
    Et maintenant Ula voyait les monstres en face
        Ha bremañ ema-hi o krena                       
    Et maintenant elle tremblait
        Ha bremañ e teu kezi euz huriusted        
    Et maintenant elle regrettait sa curiosité.

     

    Petra a zo hoarvezoud ganti ? Kleved a ra he dent o strakal.
        Qu’allait-il lui arriver ? On entendait ses dents claquer.

     

    « Bez dineh, n’az-peus ket da gaoud aon. Ni a zo amañ evid gwazeri an dud » eme eur ramz a sked e lagad glaz  gand sklérijenn an torchennou.
       « Ne t’inquiète pas, tu ne crains rien. Nous sommes là pour protéger les humains », dit un cyclope dont l’œil bleu étincelait dans la lumière des torches.

     

     Goulenn a ra Ula outi heh-unan hag-eñ e hell-hi kaoud fizians ennan. Kared he-defe kleved ali ar re all ive med tevel a reont. Daoust hag int lent-tre pe disheñvel krenn eo o menoziou ? Evel ma pad ar zioulder hag m’en em zant-hi nehetoh nehetah, e kil ar vaouez koz evid dond er-mêz.
       Ula se demandait si elle pouvait lui faire confiance. Elle aurait aimé entendre aussi l’avis des autres, mais ceux-ci se taisaient. Alors ? Étaient-ils très timides ou pensaient-ils le contraire de ce qui avait été dit ? Comme le silence se prolongeait et qu’elle ne sentait pas rassurée, la vielle femme recula vers la sortie.

     

     En trepas hepken, e tro kein hag e red kuit. Med tremenet he-doa an amzer buannoh eged he-dijee soñjet. Tonnou al lano a leugn dija ar mougeo ha dibosubl eo bremañ mond er-mêz ha pignat an tornaot.
       Dans le couloir seulement, elle se retourna et courut. Mais le temps avait passé bien plus vite qu’elle ne se l’était imaginé. Les vagues de la marée montante emplissaient déjà la grotte et, à présent il était impossible de sortir et de remonter la falaise.

     

    Spontet-tre eo Ula. Kement a aon he-deuz da zistrei da zal ar ramzed ha da veza beuzet el leh m’e-nefe ket he gwaz soñj da zond glask anezi. Forz penaoz, m’e-nefe bet soñj zoken, e vije dibosubl dezañ dond eno bruzuna e vag...
       La panique s’empara d’Ula. Elle craignait autant de remonter dans la salle des géants que de périr noyée dans cet endroit où son mari n’aurait pas l’idée de la chercher. De toute façon, même s’il avait eu cette idée, il lui aurait été impossible de passer sans fracasser son bateau...

     

    Kregi a raUla da ouela, o kredi ema deut heh eur diweza.
        Elle se mit à pleurer, croyant sa dernière heure arrivée.

    Neuze e klev-hi kammedou a-drenñv d’he hein
        C’est alors qu’elle entendit marcher derrière son dos.

     

    « Ar Formored.. » a vouskomz-hi adarre.            « Les Fomors ... » murmura-t-elle encore
        Int eo a zo enno e gwririonez ;                             
    Il s’agissait bien d’eux, en effet :

     

    « Dond a reom d’ar sikour rag e ouzom emaout en arvar » a lavar an hini e-noa komzet outi dija.
        « Nous arrivons à ton secours car nous te savons en danger » dit celui qui avait déjà parlé.

     

    Neuze e kemer anezi en e zivreh ha hi da zerri daoulagad kement m’eo spontet gand e vilder. Med n’eo ket feuket ramz e lagad glaz. O terhel anezi a-uh d’an tonnou, o teu er-mêz euz ar mougeo. A veh ma pign an dour beteg e zaoulin ha ne vranskell ket eñ zoken dindan nerz ar mor. Goude-ze, e stou eun tamming. Eur ramz all a zeu en e gichenn, a bign war e ziversker, a gav e gempouez hag e krog en Ula ; homañ, goude beza dibradet, a zo lakeet war lein an tornaot. Saveteet eo-hi ! Maro gan an aon med saveteet... ! »
       Alors, il la prit dans ses bras. Elle ferma les yeux tant sa laideur l’épouvantait. Mais le cyclope à l’œil bleu ne se vexa pas. La tenant toujours au-dessus de l’écume des vagues, il sortit de la grotte. L’eau atteignait à peine se ses genoux. Il ne vacillait pas, plus puissant que les vagues. Ensuite, il se baissa un peu. Un second géant le rejoint, grimpa sur ses épaules, se mit en équilibre et attrapa Ula qu’il souleva et déposa au sommet de la falaise. Elle était sauvée ! Morte d’émotion, mais sauvée... ! »

     

    « Red eo din o zrugarekaad » a zoñj-hi
        « Il faut que je les remercie... » Pensa-t-elle.

    Med poan gollet. Amzerd’ar vouez koz da gaoud e skiant en-dro, o-deus ar  Formored tehet kuit.
        Peine perdue. Le temps que la vieille femme reprenne ses esprits, les Fomors avaient disparu.

     

    Dipitet eun tammig da veza chomet hep treugarekaad, e tistro Ula d’he zi el leh m’eo he gwaz o hortoz anezi, kounnar ennañ dre n’eus ket kavet e goan o tond d’ar gêr eur pesketêrez. Konta a ra Ula dezañ ar pez a zo c’hoarvezet. Siwaz, n’eo ke kredet gantañ. Soñjal a ra-eñ d’ar hontrol he deus-hi ijinet an istor-ze evel eun digarez evid beza chomet ken pell er-mêz. Fuloret e sko an den koz war e wreg o nah outi mond da bourmen eur wech all :

    « N’out nemed eur gaouiereez » a gri-eñ.
        « Toui a ran dit e lavaran ar wirionez » a respont-hi.
       Déçue de n’avoir pu rendre la politesse aux géants, Ula rentra chez elle où son mari l’attendait, mécontent de ne pas avoir trouvé son dîner prêt en revenant de la pêche. Ula lui raconta ce qui s’était passé. Hélas, il ne la crut pas. Il pensait au contraire qu’elle avait inventé cette histoire pour s’excuser d’avoir été absente si longtemps. De colère, le Viel homme battit sa femme et lui interdit de se promener :

    « Tu n’es qu’une menteuse » ! hurlait-il.
        « Je te jure que je dis la vérité » répétait-elle.

     

    Ar frazenn-se a laka he gwaz da veza disrtellet muioc’h c’hoaz. War-leh an devez-se, setu ma teu fachiri etrezo ha ma chomont mouzet e-pad deveziou ha sizunveziou. Ar pez ne oa biskoaz c’hoarvezet ganto, rag en gleved o-doa greet o bulez-pad.
       Cette phrase augmentait encore la colère de son époux. Aussi, après cette scène, demeurèrent-ils fâchés. Tous deux boudèrent pendant des jours et des semaines, ce qui ne leur était jamais arrivé car, toute leur vie, ils ‘étaient bien entendus.

     

    Dond a ra Ula da veza trist. Ne’z a ket ken er-mêz euz he lochenn ha, seul vui e tremen an amzer, seul vui e teu-hi da houlenn outi heh-unan hag-eñ n’he-doa ket hunvreet heh istor ha daoust n’ema ket ar gwir gand he gwaz nemez tra.
       Ula devint triste. Elle ne sortait plus de sa cabane et, plus le temps passait, plus elle finissait par se demander, si elle n’avait pas rêvé son aventure et si son mari n’avait pas eu raison de ne pas la croire.

     

    Hogen, mond a ra hemañ pelloh pella da besketa en donvor evid distrei d’ar gêr diwezatoh. Hag eun abardaez, eo ken dirollet an tonnou m’eo dibradet e vavig evel eur blouzenn. Koueza a ra an den koz er mor o soñjal, eñ ive, eo deut diweza. Med fazia a ra.
       Lui, de son côté, partait pêcher au large de plus en plus loin afin de rentrer le plus tard possible chez lui. Et, un après-midi de tempête, les éléments se déchaînèrent tellement que sa petite barque fut soulevée comme un fétu de paille. Le vieil homme tomba à la mer et crut que sa dernière heure était arrivée. Mais il se trompait.

     

    P’ema o sonka en dour-mor, serret e zaoulagad gantañ ha keuz dezañ da vond kuit heb beza en em gleved en-dro gand e wreg, e krog daouarn nerzuz ennañ, en eur berr-amzer eo adveset war horre, kaset d’an aot ha sehet, e-keid m’eo e vag, gand an oll be sked paked gantañ dija, dilbradet ha lakeet eun tamming pelloh. Neuze hepken e kredeñ digeri e zaoulagad e wel dremmou divent ar ramzed o-deus miret outañ da veza beuzet, a-raog degas anezaén en-dro dibistig.
        « Ar formored... » a vouskomz-eñ d’e dro.

    Au moment où il s’enfonçait sous les flots, fermant les yeux et regrettant de mourir sans s’être réconcilié avec sa femme, des mains puissantes le saisirent. En un rien de temps, il fut remonté à la surface, porté jusqu’au rivage et séché tandis que son bateau, avec tout le poisson qu’il avait déjà attrapé était déposé un peu plus loin. Alors, seulement il osa ouvrir les yeux et aperçut les énormes visages des géants qui l’avaient sauvé de la noyade avant de le ramener sain et sauf.
        « Les Formors... » Murmura-t-il à son tour.

     

    Ha ken strafuillet eo o weled he-doa e wreg lavaret ar wirionez dezañ ma n’e-neus ket aon zoken rag ar  ramzed. « Ho trugarekaad a ran hag ho pedi da zond d’am zi » emezañ. Med aonig-tre eo ar Formored e gwirionez. Heja a reont o fennou braz ha mond kuit.
       Et il était si troublé de voir que sa femme ne lui avait pas menti qu’il n’avait même pas peur des grands hommes. « Je vous remercie et vous invite tous chez moi » dit-il. Mais les Formors étaient décidemment très timides. Ils secouèrent leurs grosses têtes et disparurent.

     

    War-lerh kement-se, eo adkavet ar peoh etre an den koz hag e wreg, ha, tamm ha tamm, e kred d’ar Formored dond d’o gweladenni. Hogen, dre m’int re vraz evid mond e-barz al lochennig serret etre ar reier, e tegasont ganto mein braz : renket eo ar re-mañ evid ober eur helh hag aze e teuont d’azeza aliez war an tornaot. Dond a ra neuze ar vuhez d veza laouen-tre evidan oll, dres evel m’o-doa Ula hag he gwaz esperet gwech all. Rag ar Formored, kollet ganto o lentegez, a ziskouez beza fentuz evel bugale braz.
        Après cette histoire, le vieux couple fit la paix et, peu à peu, les Formors s’enhardirent à leur rendre visite. Cependant, comme ils étaient trop encombrants pour pénétrer dans la petite cabane coincée entre les rochers, ils apportèrent de grosses pierres sur lesquelles ils prirent l’habitude de s’installer en rond sur la falaise. La vie devint alors très joyeuse pour tous car les Formors, débarrassés de leur timidité, se révélèrent amusants comme de grands enfants.

     

    Hirio, evel-just, eo maro ar pesketêr hag e wreg, abaoe pell’zo.
       Aujourd’hui, bien sûr, le vieux pêcheur  et sa femme sont morts depuis longtemps.

     

    O lochenning a zo eet da get. Med chom a ra aze ar vein en o flas. Kontet e vez zoken e teu eno ar ramzed en-dro, a vare da vare. Gwir eo ne varvont ket morse hag en em gavoud a reont atao evidsavetei an dud dievez war ar mor.
        Leur cabane a disparu. Mais les pierres sont restées à leur place. On raconte même que les géants y reviennent de temps en temps. Il est vrai que les géants ne meurent jamais et se trouvent toujours là au bon moment pour sauver les imprudents des colères de la mer.

     

    © Le Vaillant Martial

     

    « Les Korrigans et la danseLa mort du rat »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :