• Ar brinsez rouzardenn hag ar prins Sod a-walh evid mond da besketa E verenn

    Ar brinsez rouzardenn hag ar prins
    Sod a-walh evid mond da besketa
    E verenn

     

    La princesse rousse et le prince
     Assez fou pour aller pécher
    Lui-même son dîner.

     

    Eur briñsez rouzardenn a veve en eur hastell kaer-tre, gand servicherien en-dro dezi. Goloet e oa-hi gand bleuniou, bizeier, madigou, hag e krede dezi ne oa ar vuhez nemed ebatou, rag sevenet e veze d’he hoantou a-raog m’he-doa o lavaret zoken. Setu perag e oa deut hi da veza froudennuz. Ha droug-tre, a-wechou.
        Une princesse rousse vivait, entourée de serviteurs, dans un château superbe. Elle était couverte de fleurs, de bijoux, de friandises. Tous ses désirs étaient exaucés avant même de s’être exprimés. Voilà pourquoi elle croyait que la vie n’était que plaisirs. Voilà pourquoi aussi elle était devenue très capricieuses et parfois même méchante, et il lui arrivait même d’arracher les ailes des papillons !

     

    Padal, eun devez p’ema-hi o pourmen heh-unan war ribl al lenn a-dreñv ar hastell, e tamm dirazi eur ran o krial :
        Un jour où elle se promenait seule au bord de l’étang situé derrière le château, une grenouille sauta devant elle en criant :

     

    « Kredi a ra dit az-peuz ar gwir da hourhemenn d’an douar abez, e-giz ma karez, med faziet out. Fae a rez war boan ar re all peogwir n’az-peus bet biskoaz netra da houzañvmed ema da dro o tond. Hivizikene vo da vuhez hini eul loen a zo kas war e lerh, ha den ebed ne hello terri ma strobinellèrrèz. Nemed e vefe eur priñs sod a walh evid kemer ar boan da baka eur pesk evid e verenn. Med seurt priñs n’eus ket anezañ... »
        « Tu t’imagines être au-dessus de la terre entière et tu te moques de la souffrance des autres parce que tu ne l’as jamais connue mais, à ton tour, tu vas en faire l’expérience. Désormais, ta vie sera celle d’un animal pourchassé et nul ne pourra rompre mon enchantement. Sauf un prince assez fou pour aller pêcher lui-même le poisson de son dîner. Mais ce prince-là n’existe pas... »

     

    Kregi a ar ran da hoarzin neuze ha mond da get, e-pad m’ema ar briñsez pennfollet o trei en eur haro. Eur haro kaer, gantañ war e grohenn dres ar memez liou a oa bet gand he bleo dezi. C’hoant he-deus da ouela, dreist-oll pa wel, en eur stoui dirag al lenn, n’eo ket mui he fenn kurunnet gant perlez med gand koadennou a vent brao.
        Puis la grenouille éclata de rire et disparut tandis que la princesse terrorisée, se transformait en un cerf, un beau cerf dont le pelage roux avait la couleur exacte de ses anciens cheveux. Elle avait envie de pleurer. Surtout quand elle s’aperçut, en se penchant sur l’étang, que sa tête n’était plus couronnée de perles, mais de bois de belle taille !

     

    Hogen ne jom ket d’en jala war he flanedenn rag koll a ra buan ar zoñj euz he buhez kenta. Kaset eo-hi gand heh anien war-zu ar hoadeg.
        Mais elle perdit vite le souvenir de son ancienne vie. Son instinct la conduisit vers la forêt.

     

    Ne hell ket eur haro ken kaer chom heb beza gwelet. Bremaig e teur chaseouiren da redeg war e lerh ha d’he boursu heb ehan a-dreuz ar brouskoadou. Talma a ra buan-tre kalon ar paour-kêz loen. Kant gwech e kred dezañ eo deut eur e varo.
         Un cerf aussi magnifique ne pouvait pas passer inaperçu. Bientôt, des chasseurs se lancèrent à sa poursuite et ce fut une course épuisante à travers les taillis. Le cœur du pauvre animal battait à tout rompre. Cent fois, il se crut mort.

     

    Koulskoude, e teu a-benn da dehed diouz an dud, led siwaz ! N’eo ket saveteet memez tra, rag bremañ e ouzont ema-eñ aze. Setu int o tond en-dro, niverusoh ha muioh a armou ganto. Ch’oant o-deus da gaouad alloen dibosubl da dapoud, hag e-pad bloaveziou, e klaskont e laza. Diouz e du, e kren ar haro ken aliez ganda on ma teu da zamhoulenn ar bir a zieubo anezañ euz eur vuhez ken kriz.
       Il échappa pourtant aux hommes mais, hélas, il n’était pas sauvé pour autant : maintenant, ceux-ci connaissaient son existence. Ils revinrent plus nombreux, mieux armés. Ils voulaient l’animal insaisissable et le traquèrent pendant des années. De son côté le cerf trembla de peur si souvent qu’à la fin, il espérait presque la flèche qui le délivrerait de cette horrible vie.

     « A-walh eo din, a gri-eñ, a-dreuz ar hoadeg. Ma vefen bet bihan, te ope vil, ne glaskfe den ebed laza ahanon »
        « J’en ai assez, bramait-il à travers la forêt. Si j’étais petit gros et laid, personne n’essaierait de me tuer. »

     Neuze e teu eur gaerell d’e gaoud :
       Alors une belette vint le trouver :

     « Bez’ e hellan ma ‘peus c’hoant, trei ahanout en eur pemoh gouez, emezi. Kouldkoude, soñj ervad rag kenderhel a hellfe da ziêsteriou dindan eur sturmm all ».
       « Je peux, si tu le désires, te changer en sanglier, luit dit-elle. Néanmoins, réfléchis bien car tes ennuis risquent de continuer quel que soit ton aspect ».

     

    Ar haro a gred ar hontrol. Heb selaou ali ar daerell, e lavar :
        « Mar plij, tro ahanon en eur pemoh gouez, evid ma vevin e peoh a benn ar fin » !
         Le cerf était persuadé du contraire. Sans suivre le conseil de la belette, il s’écria :
         « S’il te plaît, change-moi en sanglier que je vive enfin en paix » !

     Dond a ra e hoant da wir dioustu koulskoude e teu buan kerse dezañ : kenderhel a ra an dud da redeg war e lerh. Kared a reont kig ha pastez... Ma vefe bet ar pemoh gouez gouest da ouela, e-nefe leñvet an devez-pad.
       Son vœu se réalisa immédiatement. Cependant, il fut vite déçu : les hommes continuaient à le chasser. Ils aimaient sa viande et les pâtés... Si le sanglier avait pu pleurer, il aurait sangloté toute la journée.

     Med kaer e –neus klask war-lerh ar gaerell, evid lavared dezi e-noa faziet, ne gav ket anezi ; Tremen a ra bloaveziou hir, hag kreid-se, e hell ar pemoh gouez, skuiz-divi, tehed diouz ar bandennou o redeg war e lerh. Med ne hell ket pelloh :
        Mais il avait beau chercher la belette afin de lui expliquer qu’il s’était trompé, il ne la rencontra plus jamais. De longues années passèrent encore pendant lesquelles le sanglier, épuisé, réussit à échapper aux  hordes lancées à ses trousses. Il n’en pouvait plus :

     

    « A-walh eo din, a glemm-eñ, a-dreuz ar hoadeg.Ma vefen bet eul labous, den ebed ne glaskfe ma laza ».
         Neuze e teu eun arz d’e gaoud :

    « J’en ai assez, grognait-il à travers la forêt. Si j’étais un oiseau personne n’essaierait de me tuer. »

     

     Neuze e teu eun arz d’e gaoud :
       Alors un ours vint le trouver :

     « Bez e hellan, ma ‘peus c’hoant, trei ahanout en eun erer, emezañ. Koulskoude, soñj ervad, rag kenderhel a hellfe da ziêsteriou dindan eur stumm all »
        « Je peux, si tu le désires, te changer en aigle, lui dit-il. Néanmoins, réfléchis bien car ts ennuis risquent de continuer quel que soit ton aspect ».

     

    Ar pemoh gouez a gred ar hontrol. Heb selaou ali an arz, e lavar :
        « Mar plij, tro ahanon en eun erer. Nijal a rin da zevel ma neiz war beg eur menez uhel ha beva a rin e peoh a-benn ar fin » !
        Le sanglier était persuadé du contraire. Sans suivre le conseil de l’ours, il s’écria :
        « S’il-te-plaît, change moi en aigle. Je m’envolerai pour construire mon nid au sommet d’une haute montagne et je vivrai enfin en paix » !

     

    Dond a ra e hoant da wir dioustu. Koulskoude e teu buan kerse dezañ : n’o deus ket an dud aon da bignad war an torgennou uhella evid mond war e  lerh.
       Son vœu se réalisa immédiatement. Pourtant, il fut vite déçu : les hommes n’hésitaient pas à grimper les pentes les plus abruptes pour le chasser.

     

    Dre e nerz spontuz e teu a-benn da adveva ra. Atao war evez, o tiwal e neiz hag e re vihan.
        Une force incroyable lui permit cependant encore de survivre, toujours aux aguets, surveillant sans arrêt son nid et ses petits.

     

    « A-walh eo din a glemm-eñ d’ar houmoul. Pa bignan war-zu ennoh, e vezan gwelet en oabl gand an oll. Ma vijen eur pesk, e vefen kuezt gand an dour ha ne glaskfe den ebed ma laza ».
        « J’en ai assez, se lamentait-il aux nuages. Quand je monte vers vous, tout le monde me voit dans le ciel. Si j’étais un poisson, l’eau me cacherait et personne n’essaierait de me tuer ».

     

    Neuze e lak ar zilienn he fenn e –mêz eur stêr e-kichenn hag e lavar dezañ :
        Alors une anguille sortit sa tête de la rivière proche et lui dit :

     

    « Bez’ e hellan, ma peus c’hoant, trei ahanout en eun eog. Koulskoude, soñj ervad, rag kenderhel a hellfe da ziêsteriou dindan eur stumm all »
    « Je peux, si tu lé désires, te changer en saumon. Néanmoins, réfléchis bien avant d’accepter car tes ennuis risquent de continuer quel que soit ton aspect ».

     

    An erer a gred ar hontrol. Lavared a ra :
        L’aigle était persuadé du contraire. Il s’écria :

     « Mar plij, tro ahanon en eun eog evid ma vevin e peoh, a-benn ar fin ».
        « S’il te plaît, change moi en saumon, que je vive enfin en paix ».

     

    Dond a ra e hoant da wir dioustu. En me gavoud a ra, skeduz ha fringuz, er froud o tiskenn euz ar menez m’e-noa savet kement a neiziou warnañ. Ar wech-mañ eo lezet e peoh gand ar jaseourien med klask a ra an arzed, gand o faoiou teo, e dapod da zebri. Red eo dezañ en em guzad heb ehan dindan ar vein ha trist eo e venoziou :
        Son vœu se réalisa immédiatement. Il se retrouva, brillant et frétillant, dans un torrent de la montagne. Là même où aigle, il avait bâti tant de nids. Cette fois les chasseurs le laissèrent tranquille mais les ours, de leurs grosses pattes, essayaient de  l’attraper pour le dévorer. Il devait sans cesse se cacher sous les pierres et se sentait très triste :

     

    « Komprenet em-eus bremañ ne hell den ebed klask beva e peoh war an douar-mañ » a zoñj-eñ.
        « Maintenant, j’ai compris que sur cette terre nul, ne peut prétendre vivre en paix » ! pensait-il.

     

    N’e-nez c’hoant ebed ken ha tremen a ra evel-se kalz bloaveziou. Dizoñjet e-neus, evel-just, komzou ar ran, med eun devez n’ema ket war evez hag ema o heoliata e-kreiz dour skeduz ar froud eo paket e penn linenn eur pesketêr.
        Il  n’avait plus envie de rien et de très nombreuses années s’écoulèrent ainsi. Naturellement, il avait oublié les paroles de la grenouille mais, un jour où il ne se méfiait pas assez et prenait le soleil dans l’éclat des bulles bleues du torrent, un pêcheur l’attrapa au bout de sa ligne.

     

    Hogen bez ‘ eo ar  pesketêr eur Priñs sod a-walh evid kemer ar boan da baka eur pesk evid e verenn.
        Or le pêcheur était un prince assez fou pour se donner la peine de pêcher lui-même son dîner.

     

    Torret eo eta ar strobinelléréz greet gand ar ran. Dond a ra en eog da veza eur Briñsez rouzardenn ha dedennet eo ar Priñs gand he skiant hag he furnez.
        L’enchantement lancé par la grenouille fut aussitôt levé : le saumon redevint la princesse rousse dont l’intelligence et la sagesse séduisirent le prince.

     

    « Penaoz e hellez beza ken kaer hag anaoud kement a draou », a adlavar-eñ.
        « Comment peux-tu être aussi belle et connaître tant de choses » ? répétait-il.

     

    Mousc’hoarzin a ra Briñsez heb respont. Adkavet he-deus he memor ha n’he-deus ket c’hoant da enoui anezañ gand istor he diêsteriou tremenet. Med asanti a ra da zimezi ganañ, d’e zikour da ren e rouantelez hag e teu o zujidi da veza an dud eürusa war an douar. Biken ken ne vez-hi froudennuz na droug ouz den ebed. A-hend-all e nah-hi, he buhez-pad, mond da bourmen e-kichenn al lennou hag al  lehiou ma vez kavet raned enno. N’eus den ebed disi....
        La princesse souriait sans répondre. Elle avait retrouvé la  mémoire et n’avait pas envie d’attrister le prince par le récit de ses épreuves passées. Mais elle accepta de l’épouser, de l’aider à gouverner son royaume dont les sujets, grâce à elles, furent les plus heureux de la terre. Elle ne fit plus, mais alors plus jamais la moindre méchanceté. Par contre, toute sa vie elle refusa de se promener à côté des étangs et autres lieux chers aux grenouilles. Personne n’est parfait....

     

    © Le Vaillant Martial 

     

     

     

     

     

     

     

    « Les Géants Créateurs d'îlesLes Lavandières de la nuit »

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Janvier à 18:26

    Trop bien après tant d'années elle est toujours aussi jeune ! yes

    Bonne soirée

    MITOU

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :