• Anoiou iskiz memeztra ! (Quels drôles de noms tout de même ! )

    E-keit ha m’edo Yann Glapez, he hini koz, o tana e gornad butun hag o tomma e korn ar hougn, e oa eet Marjan ar Zorodenn[1], he lunedou a-ramp ganti war he ‘fri-kaouenn, da lenn ar gazetenn ouz an daol-voued.

    Cependant que Yann Glapez, son vieux, allumait sa pipe tout en se réchauffant au coin du feu, Marjan ar Zorodenn avait chaussé ses lunettes sur son nez de chouette pour aller lire le journal à la table de la cuisine.

     

    A-benn eur pennadig e savas he tenn da lavared da Yann : « Che ! e Toull-ar-Heveleg eo kresket an dud. O, Gwerhez Vari ! eur houblad ‘zo bet ! Set amañ ar pez a zo war ar gazetenn : « Ar blijadur on-eus da rei da houzoud ez eus ganet e Toull-ar-Heveleg, e ti Per Bleogad or henvroad anavezet ker mad-all er barrez, daou grouadur, paotr ha merh, an eil ker koant hag egile. Buhez hir hag eüruz d’an daou vugel ! hag gwella gourhemennou d’or mignon. Per ha d’e bried. » 

    Au bout de quelque temps, elle leva la tête et dit à Yann : « Eh ben ! À Toull-ar-Heveleg la famille s’est agrandie. O, vierge Marie !, ceux sont des jumeaux ! Voici ce que dit le journal : « Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance, à Toull-arHeveleg, chez Per Bleogad, notre compatriote bien connu dans la paroisse, de deux enfants, garçon et fille, aussi beaux l’un que l’autre. Longue et heureuse vie aux deux enfants et toutes nos félicitations à notre ami Per et à son épouse. »

     

    « Eur pez kaer, avad ! » eme Yann Glapez neuze. « Me, hag a zi ive euz eur houblad, pa oan deuet war an douar-mañ, ne oa ket grêt kement-se a oriuz ganin na, kennebeud, gand va breur. Me ‘zo sur ne oa beta no ebed euz an nevezenti-ze war ar gazetenn ».

    « En voilà, une affaire ! » dit alors Yann Glapez, « Moi aussi, j’ai un frère jumeau, et quand je suis venu au monde, on n’en a pas fait un tel plat, pas plus que pour mon frère. Je suis sûr qu’on n’en avait pas parlé dans le journal ! »

     

    « Gwir a-walh », a respontas Marjan, « med neuze ne veze lennet leor Buhez ar Zent war ar mêz ha klevet ar heleier nemed da zul, er vourh, e-leh bremañ eo boazet peb da gaoud ar gazetenn bembez en e di ha lenn warni, e skiturmoull, nevzentiou a beb seurt ha memez pedavare e vez kreket an dud gand ar priejou toniuz. Ma ! dao ‘vo din mond d’ober eur gwel d’ar vugaliou-ze ha da gas eun draig d’ar vamm yaounk, rag, c’hwi ‘oar, eun tamm kerent om on diou. Hounez, n’am-eus soñj mad, a zo merh vihan d’eur henderv kompez d’am zad-kuñv ... Med petra lennan amañ a-uz d’an nevzenti-ze ? Carnet- Rose ... Petra eo an dra-ze Carnet-Rose ? »

     « C’est bien vrai », répondit Marjan, « Mais à cette époque-là, à la campagne, on ne lisait que la vie des Saints, et on n’entendait les nouvelles que le dimanche au bourg, alors qu’aujourd’hui tout le monde à l’habitude d’avoir le journal à la maison, et d’y lire en caractères d’imprimerie toute sorte de nouvelles et même, de la part d’époux pleins de fierté, quand une famille s’agrandit. Bon ! Il faudra que j’aille rendre visite à ces petiots-là et que j’apporte un petit quelque chose à la mère, tu sais on est un peu parentes toutes les deux. Celle-là, si je m’en souviens bien, c’est la petite fille d’un cousin germain à mon arrière-grand-père .... Mais qu’est-ce que je lis là, au-dessus de cette annonce ? Carnet Rose ...C’est quoi, ça Carnet Rose ? »

     

    « Eur harned » eme Yann, « a zo eur haier bihan da skriva ha da verka ar hoñchou. Hennez moarvad, a zou nan gand eur golo liou warnañ. »

    « Un carnet », dit Yann, « c’est une petit cahier pour écrire et pour noter ses comptes. Celui-là je suppose, c’est un avec une couverture rose. »

     

    «  Na c’hwi zo diod memez tra, paour kêz Yann ! » eme Varjan, « Petra a zeu eu haier bihan d’ober amañ e-leh ma n’eus ano nemed euz daou grouadur nevez-ganet ? D’am zoñj n’eo ket Carnet Rose e-neus bet c’hoant ar mouller da lakaad aze, med Carne et Rose, an anoiou a zob et roet, moarvad, d’an daou vabig. Bremañ e vez anvet ar vugale ken iskiz ha ken difeson ma chomer souezet a-wechou ! Ya ! N’eus ket da lavared, evel-se e rank beza bet badazet bugale Per Bleogad : Karn ha Roz, Gouzoud ‘ouzon made z eur Zantez Roza, pe, marteze, diou. Med n’em-oa ket bet klevet ano biskoaz euz Sant-Karn ...

    Da betra ‘ta eo mad ra zant-se ? Hogen, n’em-eus ket amzer bremañ da jom da zoñjal e kement-se. Poent braz eo din mond d’ober eur gwel d’ar vugaligou ha d’ar vamm yaounk ha da ginnig dei eun tammig prezant »

    « Qu’est-ce que vous êtes bête, quand même, mon pauvre Yann », dit Marjan. « Qu’est-ce qu’un petit cahier vient faire ici, alors qu’il n’y est question que de nouveau-nés ? A mon avis, ce n’est pas Carnet-Rose que l’imprimeur a voulu mettre là, mais Carne et Rose, les prénoms qu’on a sans doute donnés aux deux bébés. Maintenant on donne aux enfants des prénoms tellement bizarres et de mauvais goût qu’on en reste sans voix, parfois ! Eh oui il n’y a pas à dire, c’est surement comme ça que l’on a baptisé les enfants de Per Bleogad : Karn et Roz. Je savais qu’il avait une sainte Roza ou peut-être deux. Mais je n’avais jamais entendu parler de Saint-Karn...

    Pour quoi donc est-il bon ce saint-là ? Mais là je n’ai pas le temps de rester à réfléchir à ça, il est plus que temps que j’aille rendre visite aux petiots et à leur jeune maman, et que je lui offre un présent. »

     

    Ha setu Marjan ar Zorodenn oh en em gavoud e Toull-ar-Hefeleg, eur bakadennig ganti dindan he hazel. « Hañ ! paour-hêz merh », emei d’ar vamm yaounk a oa c’hoaz en he gwele, « Klevet me-eus ar helou da deuet ond’ober anaoudégéz gand ar mevel bihan hag ar vatezig hoh-eus bet, ha da weled penôz e ya ar bed ganeoh. Brao-tre emaoh amañ ho tri ha, ‘m-eus aon, n’ema ket fall ho toare tamm ebed, a drugarez. Doue Gouzoud ‘ouzon petra eo kaoud bugale ive, ha me oar e ray vad deoh eun nebeudig frouez. Digaset em-eus deoh eun dousenn avalou-oranjez, re zous euz ar seurt a vez grêt margarine aneo ... »

    Et voilà, Marjan ar Zorodenn rendue à Toull-ar-Heveleg, un petit paquet sous le bras. « Hé, ma pauvre petite ! » dit-elle à une jeune mère qui gardait encore le lit, « J’ai entendu la nouvelle et je suis venu faire connaissance avec le petit pâtre et la petite bergère que vous avez eus, et voir comment vous vous portez ? Vous êtes bien là, tous les trois, et vous m’avez l’air en pleine forme, grâce à Dieu. Je sais ce que c’est d’avoir des enfants aussi et je suis sûre que quelques fruits vous feront du bien. Je vous ai apporté une douzaine d’oranges des douces du genre que l’on appelle mandarine... »

     

    Marjan he-devoa eun eflfen-zoñj da veza klevet eun ano bennag e-giz-se da envel ar trouez a oa deuet ganti, hogen margarine, magzine pe mandarine a oa poziou heñvel a-walh ha na verne ket dei pehini lakaad en implij.

    Marjan se souvenait vaguement d’avoir entendu quelque nom de ce genre pour désigner les fruits qu’elle avait apportés, mais margarine, magazine ou mandarine étaient des mots assez semblables et peu lui importait lequel il convenait d’employer.

     

    Gwreg Per Bleogad a ziskouezas dei he anaoudègéz vad ha, neuze, e yeas Marjan da zelled ouz an daou vabig, dastumet brao en o ‘fakou ha skoachet en o havilli, ha da boakad deo war zal.

    La femme de Per Bleogad lui exprima sa reconnaissance et, ensuite Marjan alla contempler les deux bébés joliment emmaillotés et blottis dans leurs berceaux, et leur fit une bise sur le front.

     

    « Na koant eo an daou êlig-mañ ! » emei d’ar vamm. « Heñvel-mik int ouzoh, med fri o zad a zo gantoi, koulskoude. Doue d’ho pennigo, Karnig bihan, ha c’hwi Rozennig vrao ! Gouezet em-eus penôz oh bet anvet, peogwir em-eus gwelet hoh ano deoh ho-taou, peogwir em-eus gwelet hoh ano deoh ho taou war ar gazetenn. »

    « Qu’ils sont mignons, les deux angelots ! » dit-elle à leur mère.« C’est vous tout craché, mais pourtant c’est le nez de leur père qu’ils ont. Que Dieu vous bénisse, petit Karnig et toi jolie Rozennig ! J’ai appris comment on vous avait appelés, puisque j’ai vu vos noms à tous deux dans le journal. »

     

    Feuket e oe vamm yaounk o kleved ober Karn ha Roz euz he bugale. Arabad beza souezet rag. Peurvia, e vez kizidig ar mammou pa vez meneg anoiou ha ne blijont ket deo.

    La jeune mère fut choquée d’entendre appeler ses enfants Karn et Roz. Rien d’étonnant à cela, les mères sont susceptibles quand on évoque des prénoms qui ne leur plaisent pas.

     

    « Foei avad ! » emei gand fae, « braooh anoiou eged ar re-ze am-eus kavet da rei deo, Va mab a zo Sezar ha va merh a zo Fanny ! ... »
    « Non, mais dites-donc ! » dit-elle avec mépris, « j’ai trouvé à leur donner des prénoms autrement plus beaux que ça. Mon fils s’appelle César et ma fille, c’est Fanny ! ... »

    Pa zigouezas Marjan er gêr e oe mall warni, da gonta an doare Yann : « Biskoaz kemend-all ! » emei. « Ne zivinoh morse penôz eo bet anvet bugale Per Bleogad ! »
    Quand Marjan fut de retour à la maison, elle n’eut de cesse que de mettre Yann au courant : « Incroyable ! » dit-elle. Vous ne devinerez jamais comment s’appellent les enfants de Per Bleogad ! »

    « Me ‘zoñje », a respontas an ozah, « ho-poa lennet, war ar gazetenn e oant bet anvet Karn ha Roz. »
    « Je croyais », répondit le mari « que vous avez lu sur le journal qu’on les avait appelés Karn et Roz. »

    «  Karn ha Roz, Karn ha Roz a lavaran-me ive !!! Sezar ha Fanny, paour-kêz pôtr, int bet lakeet ! »

    « Karn et Roz, Karn et Roz que je disais !!! César et Fanny, mon pauvre homme, voilà comment ils s’appellent ! »

     

    «  Sezar ha Fanny ? Memez anoiou neuze gand ki an Aotrou Person ha gand kaseg an ti-all ! Ma ! diskiant e rank an dud-se beza, memez tra, evid envel o bugale evel ar chas hag ar hezebennek p’o deus sent koz or bro anoiou ker brao-al ... »

    « César et Fanny ? Les mêmes noms que le chien du curé et que la jument du voisin ! Eh bien ! Ces gens-là doivent être bien ignorants tout de même pour appeler leurs enfants comme les chiens et les juments alors que les vieux saints de notre pays ont de si beaux noms. »

     

    © Le Vaillant Martial

    Anoiou iskiz memeztra !	(Quels drôles de noms tout de même ! )


     

     

     

     



    [1] Surnom moqueur : sorodenn, ar sorodenn = (la) sornette 

    « Les Mari-MorgansUn istor divyezhek – Une histoire bilingue »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :