• An Hoh Gouez

    An Hoh Gouez

    Le Sanglier


     

    An deiz-se, e-serr lakaad eur vogedenn, evet ma lavare e oa eet Yann ar Pichon, kouill kêrspern, war-zu ar Stankou, da weled herh hañv e-neveo hadet e Gwarenn ar Wern. E leh mond da bilpasa er biellenn deo a oa war an hent-karr goude ar glaoeier yee penn-da-benn gantañ, a-hed ar harz-red hag a-dreuz penn da dal ar parkeier tosta deañ.

    Ce jour-là, tout en en grillant une, comme il disait Yann ar Pichon propriétaire de Kerspern, s’en était allé du côté de Stankou voir si l’avoine d’été qu’il avait semée sur le terrain de Goarenn ar Vern avait enfin germé. Au lieu de patauger dans l’épaisse gadoue qui recouvrait le chemin charretier après les pluies, il trouva plus sage d’emprunter le sentier qui le longeait de bout en bout, le de la haie vive, et qui suivait la bordure des champs riverains.

     

    A-greiz tana e vutun, e klevas, Yann trouz er garront hag e chomas sebezet ha alvaonet pée nevoe greet eun astenn-gouzoug, da zelled enni, dreist ar harz. Ne oe ket evid kredi e zaoulagad : eur porhell kaer du-pod, hir ar reun warnañ, a oa eno, dindan eur wezenn avalou kaoh-moh, o chaokad, war e-touesk ar pri. Eur pemoh gouez heb mar ebed !

    Alors qu’il allumait son tabac, Yann entendit du bruit dans le chemin, et, ayant levé la tête pour  jeter un œil par-dessus la haie, il resta interdit. Il ne pouvait pas en croire ses yeux : un superbe pourceau tout noir, au poil long, se tenait là, sous un pommier à cidre sauvage, mâchant consciencieusement quelques fruits for acides tombés dans la boue. Un sanglier sans aucun doute !

     

    Ken gwaz e oe gaouad neh ma reas ar Pichon eur meil pez tamm war e giz, ha ma pelleas didrouz ganda on da veza gwelet gand al lôn. Hervez ar vrud e oa gwall draou ar moh-gouez ha riskluz-braz en em gavoud ganto. War a lavared e oa bet toullgovet meur a gristen gand o skilfou hir hag, evel just, ne oa ket chalet ar houil e c’hoarveze heñvel gantañ.

    Pichon eut un accès tel accès de frayeur qu’il fit un méchant bond en arrière, et qu’il s’éloigna silencieusement de peur d’être vu par l’animal. Les sangliers avaient la réputation d’être de sales bêtes, fort dangereuses lorsqu’on les rencontrait. A ce qu’on racontait, bien des humains avaient été éventrés par leurs longues défenses, et, bien évidemment, le fier paysan ne tenait pas à ce qu’il  arrive la même chose.

    Kerkent ha distrafuillet eun tammig,e soñjas e hellje laha an hoh-gouez euz a-dreñv ar harz, heb mond war-wel deañ. Eun tenner dispar e oa, war e veno, evel ma kred peb chaseour an heveleb rta diwar e benn e-unan. Red eo anzanv e kave an tu beb bloaz, abaoe ma veze o chaseat, da ledaeur had had pe ziou war o ched ha da ziskara eun nebeud lapined ha klujiri dinoz, p’o have kluchet e-kreiz eur waremm pe eur park bennag. Hogen diêsoh, moarvad, e vije kaoud krog ouz eur pemoh-diêsoh, moarvad, e vije kaoud krog ouz eur pemoh-diêsoh, moarvad, e vije kaoud krog ouz eur pemoh-gouez hag e klaske penôz dond da vad gand e daol. Ouspenn an dellid e-nije da skarza diouz ar vro eul lôn noazuz, a-ouenn gand ar re a ranker ober an hu warno, gand eur benn tud ha chas, a-barz o zapa, pebez brud hag enor ma lahje hemañ heb skoazell den ebed !

    Dès qu’il fut un peu revenu de sa frayeur, il lui vint à l’esprit qu’il pourrait peut-être tuer le sanglier de derrière la haie, sans en être vue. C’était un fin tireur, selon lui, ainsi que chaque chasseur en est persuadé pour son compte. Il faut reconnaître que depuis qu’il chassait, il parvenait chaque année à étendre un ou deux lièvres en leur gîte, et à descendre quelques lapins et perdrix inoffensifs. Quand il les trouvait tapis au milieu de quelque garenne ou champ. Mais il serait assurément plus difficile d’avoir raison d’un sanglier et il cherchait moyen de réussir son coup. Par-delà le mérite qui serait le sien de débarrasser le pays d’un animal nuisible, de la race de ceux qui nécessite une battue avec force gens et chiens pour les attraper, quelle renommée et honneur pour lui s’il le tuait sans l’aide de quiconque.

     Med, evel  kalz euz ar fougaserienn, ne oa ket Yann euz ar re zisponta pa deue ar  haz, hag da gerhad e ‘fuzul. Koulskoude, o weled pegen êz ha diriski e vije deañ diskara ar pemoh-gouez euz al leh m’emede, e reas e venoz da zistroi d’ar gêr da dapa e rikou-chase. Arabad kredi, evelato, e oa mall rue warnañ d’ober e dro rag war e bouezig kentoh, eo e yeas d’e di

    Mais de même que bien des vantards, Yann n’était pas des plus intrépides quand le chat devenait rat, et il restait tergiverser derrière la haie au lieu de courir chercher son fusil. Cependant, voyant combien il lui serait facile et sans risque d’abattre ce sanglier de l’endroit où il se tenait, il se décida à retourner à la maison prendre tout son équipement de chasse. Ne croyez pas cependant qu’il avait hâte de faire son tour car c’est plutôt à pas mesurés qu’il se rendit chez lui.

     

     E ‘fuzul a gavas en-istribill ouz ar voger hag e klaskas kartouch e tiretenn an arbel. Ar re mañ, avad, ne oa nemed drajez munud enno, re zister kalz evid leda an hoh-gouez, xar an daouar. Gwelloh tennou a ranke da gaoud ma ne felle ket dezañ beza gwall-gempennet o vond da glask reo ouz eun aneval na raje nemed gloaza.

    Son fusil était suspendu au mur et il chercha des cartouches dans le tiroir de l’armoire. Mais ces dernières ne contenaient que du plomb de tout petit calibre, bien trop faible pour étendre le sanglier au sol. Il lui fallait de meilleures munitions s’il ne voulait pas se faire estropier en allant cherche noise à un animal qu’il ne ferait que blesser.

     Daoust ma lavare e amezeien e oa ganet d’ar zadorn da noz, diwezad goude koan, ne oa ket Yann ken droch-se rtee adarre. Neb piou bennag e-nije e gavet o trailla a-dammou, gand eun durkez vraz, poentennou teo hag hir da lakaad er hartouch e-leh an drajez, ne vije bet evid mired da zoñjal e oa eun den leun a ijin. Hogen ne oa den o selled outañ gand e labour ha rag-se ne vo test o ebed d’e zivenn ouz an teodou all.

    Alors que des voisins disaient de lui qu’il était né le samedi soir, tard après le souper, Yann n’en était pas pour autant complétement idiot. Quiconque l’aurait vu réduire en morceaux à l’aide d’une grande pince, des pointes et de forte section, afin d’en remplir les cartouches vidées de leur plomb n’aurai pu s’empêcher de de penser qu’il était un home plein de ressource. Mais il n’y avait là personne pour le voir à l’œuvre de sorte qu’il ne se trouvera aucun témoin pour lé défendre contre les mauvaises langues.

     

    Mai-Louj Fri-Kreien, e wreg o tiskenn euz ar zolier, a glaskas gouzoud petra emede o teusteukad war-dro e tikou-chase, pa oa tremenet, pell a oa, ar mare da vond da jaseal. E berr-gomzou e respontas dei e oa krog oh aoaza kartouch evid laha eur pemoh-gouez e-nevoa kavet e karront. Stankou.

    « Oi ! enan ’ Doue, paour-kêz Yann »  emei « arabad deoh mon da glask krog ouz eul lôn ken gwallon ! Ken buan e lahfe ahanoh !... » Med ar Pichon, c‘hoant gatañ, a reas eun hij d’e ziouskoaz gand fê hag a laoskas eur skrignadenn leun a zismegañs. Ha neuze e yeas eur skrignadenn leun a ismegañs. Ha neuze e yeas kuit gand e ‘fuzul, goude beza lakeet diou gartouchenn enni ha dastumet ar re all en e hodell.

    Marie-Lou Fri-kreien, sa femme, descendant du grenier chercha à savoir ce qu’il  traficotait avec ses ustensiles de chasse alors que la période en était passée depuis longtemps. Il lui expliqua brièvement qu’il s’était mis à préparer des cartouches pour tuer un sanglier qu’il avait trouvé sur la route du Stankou.

    « Ouille ! De Grâce mon pauvre Yann » dit-elle, « n’allez pas chercher noise à un animal aussi féroce ! Aussi bien il vous tuerait !... » Mais Pichon, qui voulait montrer à sa moitié qu’il était un home sans peur, haussa les épaules dédaigneusement et eut un ricanement plein de mépris. Et alors il s’en alla avec son fusil, après l’avoir chargé de deux cartouches et avoir glissé les autres dans poche.

     

     Koulskoude, dre ma tostee ouz al leh m’e-nevoa gwelet an hol-gouez, n’em gave ket re hag e teue keuz deañ da veza grêt e bôtr faro. Moarvad, e lavare outañ e-unan, e vije bet furroh deañ senti ouz Mai-Louj ha leuskel eur chaseour all d’ober e stal d’al lôn fera pa vije eet diwar-dro Kêrspern. Ha seul-vui e pellee diouz e di, seul-vui ive e troe e neh da eñkrez, ken a grene, zoken e zaouarn war e ‘fuzul. War evez hag a-gammejou bihan e tigouezas beteg ar harz-red, rag-eeun d’ar wezenn avalou kaoh-moh a oa en tu-all d’an hent-karr. Hogen ne oa netra eno ken hag, hardiseet deañ war an taol, e fizias treuzi ar riboul er harz da ziskenn er garroni, e leh ma kavas er pri roudou treid an aneval troet war-zu kêr. Med, neuze, e tiêseas adarre d’e benn ganda on rag ar reuz a raje, marteze, al lôn e Kêrspern, hag ive o veza ma rakje mond deañ heb gelloud, moarvad, tenna warnañ dre guz. He setu ma listroas Yann d’ar gêr ha war-gren.

    Cependant, à mesure qu’il se rapprochait de l’endroit où il avait vu le sanglier ; il  n’en menait pas large et il venait à regretter d’avoir joué le fier-à-bras. Assurément, se disait-il, il eût été plu sage de sa part d’obéir à Marie-Lou et de laisser un autre chasseur faire son affaire à la bête féroce quand elle aurait quitté les environs de Kerspern. Et plus il s’éloignait de sa maison, plus  son inquiétude tournait à l’angoisse, au point même que ses mains tremblaient sur son fusil. Sur ses gardes, et à petits pas, il parvint à la haie vive, pile à la hauteur du pommier à cidre qui se trouvait de l’autre côté de la voix charretière. Mais il n’y avait plus rien là et, la haie pour descendre dans le chemin creux, où il trouva dans boue les traces de pas de l’animal tournées en direction du village. Mais alors il se sentit à nouveau mal à l’aise à l’idée que la bête pût semer la dévastation dans Kerspern, et aussi parce qu’il  lui fallait s’en approcher sans être sûr de pouvoir la surprendre. T ainsi Yann retourna à la maison, chagriné et tremblant.

    Debret e oa bet ana avalou gand hoh, eet goude-ze war-zu Kêrspern, mar ebed, da glask peadra da beurechul e bred. Beteg ar houziadenn a oa da beurechui e bred. Beteg ar houziadenn a oa war al leur, ne oa ket diêz gouzoud dre bel eh e oa tremenet, med pelloh, avad,e kollas ar chaseour e roudou.

    « Hem ! » a voustougne Yann etre e zent ha behiet e spered muioh-mui. Ha, kaer e-nevoa selled en-dro deañ, ne ouie ket war be du mond. Ken buan a zoñje, eh em gavje penn-ohpenn gand e enebour !

    Ha petra a hoarvezje neuze nemed eun draill spontuz hag e tapje e fall hini pe hini euz an emgannerien ha, piou ‘oar marteze o-dou ? Paneve d’ar vez da veza kemeret gand e wreg evid eur hrener, e vije en em zastumet ar Pichon en e di. Etre daou venoz, e troas ar hrañch digor-braz an nor warni hag e kavas eno, kousket ha dibreder-kaer eur bern avalou-douar, boulhet-mad ha dispahet gantañ.

    Le sanglier avait mangé les pommes, puis il avait pris la direction de Kerspern, sans aucun doute pour  y chercher de quoi achever son repas. Jusqu’à la litière qui se trouvait sur l’aire, il n’était pas difficile de savoir par où il était passé, mais au-delà par contre le chasseur perdit ses traces.

    « Hem ! » marmonnait Yann entre ses dents, de plus en plus contrarié. Et il avait beau regarder autour de lui, il ne savait plus quelle direction prendre. Aussi bien, pensait-il, il se trouverait nez à nez avec son ennemi !

    Et qu’arriverait-il alors si ce n’est qu’un effroyable carnage qui laisserait sur le tapis l’un ou l’autre des combattants voire, qui sait, peut-être les deux ? N’eût été la honte d’être considéré par sa femme comme un froussard, Pichon, se serait réfugié dans la maison. Entre deux réflexions, il s’engagea dans la grange dont la porte était grande ouverte et il trouva, endormi et ronflant le plus tranquillement du monde, le sanglier allongé près d’un tas de pommes de terre, bien entamé et défait pas ses soins.

     

    Ar gurun o koueza e dreid n’he-dije ket spontet. Yann ken gwaz ha ma reas eur seurt arvest. E zaoulagad, divarhet gand ar strafuil, a wele dirazo, kalz brasoñ evid ma oa e gwirionez, al lôn gouez ken du e grohen hag eur zahad huzuil ha keid e reun ha broênn ar prajeier. M’e-nije sentet ouz e gaouadad aon, e-nije stlapet e ‘fuzul dioutañ hag eet da zouchad da hortoz ar gwall-aneval d’en em denna aneañ e-unan.

    Le tonnerre tombant à ses pieds n’aurait pas plus effrayé Yann que ne le fit un tel spectacle. Ses yeux exorbités par l’effroi, voyaient devant eux, bien plus grande que la réalité, la bête sauvage au pelage aussi noir qu’un sac de suie et au crin aussi long que le jonc dans les prairies. S’il avait cédé à la panique, il aurait balancé son fusil et serait allé se planquer en attendant que la méchante bête s’en aille d’elle-même.

     

    Didrouz e teuas er-mêz war e giz, livet fall hag ar grenérèz gantañ. Dre ma kile, koulskoude, ne oe ket evid mired da zoñjal e-nevoa kavet an tu war allôn fero hag e vije diriskluz deañ e laha p’her have kousket ker mad all. Kement-se a roas deañ, eun nebeudig nerz-kalon ha, kuit da zihuni an hoh, e tiwskas e voutou da vond d’ober an Ankou. En eur dermal, e tistroas diarhenn d’ar hrañch hag, evel eur muntrer oh d’ober e dorfed dre drubardéréz, e tosteas goustadig beg e ‘fuzul ouz tal e enebour ha, dao ! dao ! e laoskas e zaou denn. Kerkent e tilammas kuit euz a-douesk ar moged ha, d’ar red, e pignas d’ar zolier gand ar skeul. Eno ne vije ket war var euz e vuhez, ma n’e-nije grêt nemed gloaza an hoh-gouez.

    Silencieusement, il sortit à reculons, livide et tremblant, comme une feuille. Alors qu’il reculait cependant, il ne pût s’empêcher de penser qu’il se trouvait avoir l’avantage sur la bête féroce et qu’il pourrait sans risque de la tuer, puisqu’il l’avait trouvée profondément endormie. Tout ceci lui redonna un peu de courage et, afin de ne pas réveiller le sanglier, il enleva ses chaussures pour aller faire l’Ankou. En hésitant, il retourna nu-pieds à la grange et, tel un meurtrier accomplissant  son forfait par traîtrise, il approcha doucement le canon de son fusil du front de son ennemi et,  Pan ! Pan ! Il lâcha deux coups. Aussitôt il bondit hors du nuage de fumée et à toute vitesse, il monta au grenier par l’échelle. Là sa vie ne serait pas en danger, au cas où il n’aurait fait que blesser le sanglier.

     

    Dizale e sklêrreas ar vogedenn hag e kredas Yann astenn e benn da zalled dre doull ar skeul. Mar-mik e oa lôn, eur meil gouli euzuz e-kreiz z benn, friket ha skarzet an empenn dioutañ. Neuze e tiskennas ar Pichon euz ar zolier, reud e vruched ha kemend ar lorh ennañ ha m’e-nije gonezet ar groaz-a-enor war an dachenn-emgann. Ken fromet e oa c’hoaz, koulskoude, ma krene atô eun disterra. Hogen ne oa aneañ pa oa da lavared : eur mestr-chaseour a o aneañ pa oa bet gouest da laha eun hoh-gouez e-unan ! Ha piou a gredfe lavared, war-lerh eur seurt taol, ne oa ket teuz ar vegenn euz an dud dispont ha kaloneg ?

    Peu de temps après le nuage de fumée se dissipa et Yann risque un coup d’œil à travers l’ouverture de l’échelle. La bête était morte sur le coup, une blessure à la tête, le cerveau avait éclaté. Alors Pichon descendit du grenier, bombant le torse et aussi fier que s’il avait gagné la croix d’honneur sur un champ de bataille. Cependant il en était encore si remué qu’il tremblait toujours un peu. Mais il n’y avait rien à redire : c’était un maître chasseur puisqu’il s’était montré capable de tuer un sanglier tout seul ! Et qui oserait dire, après un tel coup qu’il ne faisait pas partie de l’élite des braves ?

     

    Ne reas nemed eul lamm beteg e di, o tridal gand al levennez hag o harmi a-bouez penn :

    Il se retrouva d’un bond à la maison, trépidant de joie et criant à tue-tête :

     

    « Mai-Lou ! Mai-lou ! Deuet eo ganin ! Lahet ‘m-eus aneañ ! » Klevet he-devoa ar wreg an tennou ha, nehet gand an trouz, emede o houlenn outi heu nan hag-eñ ne oa ket c’hoarverezet droug gand he gwaz. Dieñkrevezet gand mouez an ozah ha nô dei ken a oa e tiredas etremeg ennañ : « O ! Yann-gêz », emei, « n’on ket evid kredi oh deuet a-benn hoh-unan euz eur pemoh-gouez ! Ma eun tamm den a zo ahanoh evelato ! »

    « Marie-Lou ! Mai-Lou ! Je l’ai eu ! Je l’ai tué ! Marie-Lou » Sa femme avait entendu les détonations, et, angoissée par  le bruit, elle se demandait s’il n’était pas arrivé un malheur à son mari. Rassurée par la voix de son époux et au comble de la joie, elle accourut à lui « Oh, mon pauvre Yann » dit-elle, « je n’arrive pas à croire que vous soyez venu à bout d’un sanglier ! Et bien ! Quel homme vous faites, tout de même ! »

     Mond a rejont d’ar hrañch ha Yann, tougasou gantañ ieiz a ziskouezas da Vai-Louj ar gouez reuneg astennet a-hed e gorv war an douar. Med bremañ, pa oa mar, e seblante deañ kalz bihannoh evid kent pa oa beo. Hag e-leh beza bamet, evel ma soñje d’he ‘fried e vije bet, ne reas ket ar wreg nemeur a van dirag an aneval divuhez. « Me ‘gave din » emei, « e oa ar moh-gouez eun tamm mat ‘brasoh evid heman. Bitouz ha yaounk eo lôn-mañ, avad, ha n’on ket souezet bremañ hopeus diskaret aneañ ken êz-all. »

    Ils allèrent à la grange et Yann, la bouche pleine de vantardises, montra à Marie-Lou le fauve couvert de crins étendu de tout son long sur le sol. Mais maintenant qu’il était mort, il lui semblait beaucoup plus petit que lorsqu’il était vivant. Et loin d’être émerveillée comme son époux croyait qu’elle l’aurait été, la patronne ne vit pas grand cas de l’animal sans vie. « Je croyais », dit-elle, « que les sangliers étaient bien plus grand que ça. Cette bête-ci est vraiment jeune et insignifiante, et maintenant ça ne m’étonne pas que vous l’ayez abattue si facilement. »

     Feuket e oe Yann e goulid e galon, gand ar homzou-ze, liou an dispriz warno, med ne ziskouezas ket beza lakeet re-ziêz ganto, daoust ma oa kouezet e vannielou eun nebeudig. « Bitouz ? Bitouz al-lôn-mañ ? », emeañ, glaz e vousc’hoarz.

    « Nouzit ket petra a livinit owrahi din sotoniou, pa n’ho-peus gwelet morse aneval ebed seurt da hemañ nag a gen gwaz gouenn ! »

    Eun dra pennag, evelato, nag a ree deañ diskredi d’e daol-kaer hag e houlenne outañ e-unan hag-eñ n’e-nevoa ket grêt eur fazi o lemel e vuhez digand an hoh du-ze. Med ne badas ket pell e gaouad disfiziañs ha, kintuz deañ, e hourhemmennas da Vai-Louj mond rakltal glask Per an Toulleg, e amezeg, da roi an dorn deañ da ziwada ha da gempe,, al lôn maro hag, ouspenn, lakaad ar pod-houarn braz an tan evid kaoud dour bero d’e zireuna.

    Yann fut mortifie par ces paroles teintées de mépris, mais il ne s’en montra pas trop  affecté bien qu’il dût en rabattre une peu. « Insignifiante ? Insignifiante cette bête ? » Dit-il en souriant jaune. « Vous ne savez pas ce que vous dites à me débiter des sottises, vous qui  n’avez jamais vu un animal semblable à celui-ci ni d’une race aussi terrible ! »

    Quelque chose cependant le fit douter de son coup de maître, et il se demandait s’il n’avait pas commis une erreur une erreur en la vie à ce cochon noir. Mais cet instant de doute

    Ne lui dura guère et il ordonna sur un ton hargneux  à Marie-Lou d’aller sur le champ Per an Toulleg son voisin, pour l’aider à saigner la bête morte, et aussi de mettre le grand chaudron sur le feu, afin d’avoir de l’eau bouillante pour la raser.

     

    Eul lubaner euz ar henta e oa Per an Toulleg hag, e-keit ha ma oe an daou waz o labourad war-dro an hoh-gouez, ne ehanas ket da fougasi gand Yann ar Pichon. Ar gouesta had ha an disponta den e oa, war e veno, p’e-nevoa fiziet mond, heb sikour, da stourm ouz al lôn ha fiziañs er horre. Kement-se a zigasas adarre lorh ha fiziañs er houill, flepeet deañ war-leh abegou ha pismagou e wreg. Ya ! ar haloneka hag ar gouzieka e oa euz chaseourien ar barrez ha ,marteze, ar hanton, rag, war a lavare Per, n’eo ket bembdez e veze,kavet moh-gouez ken braz ha ken pounner hag an hini emedent o tireuna o veza ma oa hemañ ar henta d’an Toulleg da weled abaoe lakeet e’fri war an douar, ar pez ne anzavas ket ouz ar Pichon, evel  just. « Yaouank eo, moarvad », erne Yann, c’hoant gantañ da houzoud ha-eñ ne glaske ket egile goapaad ha planta pour gantañ, « ha skañvig c’hoaz eun disterra marteze ».

    Per an Toulleg était un flagorneur de première et pendant que les deux hommes travaillaient sur le sanglier, il n’arrêtait pas de vanter Yann ar Pichon. Il était, d’après lui, l’homme le plus capable et le plus intrépide qui fût, puisqu’il avait osé aller, sans aide, combattre la bête sauvage et qu’il avait eu le dessus. Tout cela redonna confiance et fierté au riche paysan, que sa femme avait humilié par ses remarques désobligeantes. Oui ! Il était le plus courageux et le plus expérimenté de tous les chasseurs de la paroisse, et peut-être du canton, car d’après ce que disait Per, ce n’est pas tous les jours qu’on trouvait des sangliers aussi grands et aussi lourds que celui qu’ils étaient en train de raser et de dépecer. Et il n’y avait pas un mot qui fût un mensonge de sa part, étant donné que c’était le premier que Toulleg voyait depuis qu’il était venu au monde, ce qu’il ne révéla pas à Pichon, bien évidemment. « Il m’a l’air jeune » dit Yann, qui voulait savoir si l’autre ne cherchait pas à se moquer et à lui passer la brosse à reluire, « et un rien léger encore peut-être ».

    « Ken a ze e  vo êsoh da zebri », a respontas Per  « rag din e plij gwelloh ar hig treud evid an hini kaled ha re zruz »

    «  Il n’en sera que plus facile à manger » répondit Per, « car je préfère la viande maigre à la viande grasse »

     

    Dizale e oa diwadet al lôn, lamet ar reun diwarnañ ha lakeet en-itribill ouz eur skeul, goude ma oe tennet dioutañ ar bouzellou hag ar houraillou. E-serr labourad e veze bôtred o vond dalhmad da dal ar varriken, er penn pella d’ar frañch. Dreoig e oa deo o-daou hag ar Pichon ne skuize ket o kontad’ genseurt penôz, heb aon da goll e vuhez, e-nevoa bet an treh war ar gouez fero, goude eur pegad poaniuz.

    Sans plus tarder la bête fut saignée, rasée et sus pendue à une échelle après avoir été éviscérée. Tout en travaillant, les deux hommes n’arrêtaient pas d’aller à la barrique, à l’autre bout de la grange. Tous les deux étaient pompettes et Pichon ne se lassait pas de raconter à son compère comment, sans craindre d’y laisser la vie, il avait remporté la victoire sur le fauve féroce, après une âpre bataille.

     

    Neuze e yalont da zebri o merenne hag e oa digaset deo, war an daol, kig friket euz ar gwella tammou a oa el lôn. Gwin a evijont ive, muioh evid jutoh, ha kafe dispar badezt gand eur banne mad a lambig bet o koza, e korn ar hao, e-barz eur voutail goloet a boultrenn hag a wiad-keonid. Hag an Toulleg agendalhe da veuil ampartiz e amezeg ken dispont. C’hwezet gant ar vrasoni hag ar hloar.

    Puis, ils allèrent déjeuner et on leur apporta sut la table de la viande poêlée provenant des meilleurs morceaux de la bête. Ils burent du vin aussi, plus que de raison, et du café sans pareil, arrosé d’une bonne rasade de lambig vieilli dans un recoin de la cave, dans une bouteille couverte de toiles d’araignées. Et Toulled continuait à louer l’habilité de son voisin si intrépide, lequel en était gonflé d’orgueil et de gloire.

     

    A-benn eun eur pe ziou diwezatoh, eh en em gavas, e Kêrspern, Nouel ar Bleveg, euz Kreh-ar-Vourh, lesanvet « Kabiten ar moh », o veza ma oa bet ofiser gand ar Fified ha ma oa eet da varhadour moh war-leh ar brezel.

    Une heure plus tard arriva à Kerspern, Nouel ar Bleveg, de Crec’h-ar-Vouoc’h, surnommé « capitaine des cochons » car il avait été officier dans les F.F.I, et marchand de cochons après la guerre.

     

    « Ahanta Nouel » eme Yann ar Pichon deañ « petra ‘zo a-nevez ‘ta pa ‘z oh deuet beteg amañ ? N’eo ket bemdez e vez ho treid er gêr-mañ ! »

    « Eh bien, Nouel » lui dit Yann ar Pichon, « Qu’est-ce qui t’amène ici ? Ce n’est pas tous les jours que tu mets les pieds dans ce village ! »

    « Gwir a walh », a respontas ar Bleveg, « Ha daoust ma n’em-eus ket amzer da goll, em-eus ranket don deuz ar gêr da glask unan euz ma moh, dianket abaoe ar hraouiad, ne fell ket din, evelato koll aneañ rag arhant mat rob et kousket din. »

    « C’est bien vrai », répondit Bleveg « Et bien que je n’aie pas de temps à perdre, j’ai été obligé de partir de la maison pour recherche un de mes cochons, qui a disparu depuis ce matin... Et bien qu’il s’agisse du plus petit de toute la crèche, je n’ai pas envie de le perdre pour autant, vu ce qu’il m’a coûté. »

     

    « Ma ! » eme ar Pichon, o kredi ober e bêotr fin hag o tiskorda da hoarzin, « hinio, ‘m’eus aon ema devez ar moh ! M’ho-peus kollet unan, me n’eus kavet unan all, hag eun tamm brao a hini : eur pernoh-gouez reuneg ha du-pod ! Gand daou denn en e benn em-eus diskaret aneañ ! »

    «Ça alors ! » dit Pichon croyant faire le malin et éclatant de rire, « Aujourd’hui le crois bien que c’est la journée des cochons ! Si vous en avez perdu un, moi j’en ai trouvé un autre, et un beau : un sanglier tout noir et velu ! Je l’ai abattu de deux coups de fusils ! »

     

    « Hañ ? », a houlennas Nouel, kouezet an alvaon warnañ, « eur pernoh-gouez ? Ha sur oh e oa hennez eur pemoh-gouez ? Dre amañ n’eus ket euz ar seurt lôned-se ! Ha n’eo ket ma hini ho-pije la het : eun hoh besk du, hir ar reun war e horre ha mad da lakaad er baill-kig a-benn eun nebeud miziou ahann ? »

    « Hein ? », s’exclama Nouel, frappé de stupeur, « un sanglier ? Par ici il n’y a pas ce genre de bêtes !  Ce ne serait pas la mienne que vous auriez tuée : un cochon anoure noir, au poil long et bon à mettre dans le charnier d’ici quelques mois ? »

     

    Badaouet war an taol e chomas ar houil da grafina chouk e gil. « O ! » emeañ, « moarvad n’on ket eur hrouadur e gil. « O ! » Emeañ, « morvad n’on ket eur hrouadur bihan ken, hag e ouzon lakaad ar hemm etre eur pemoh-gouez hag unan doñv. »

    Accusant le coup, le douanier resta là à se gratter la nuque. « Oh ! » dit-il, Je ne suis plus un petit enfant, quand même, et je sais faire la différence entre un cochon sauvage et un domestique. »

     

    « Kement-se, a avad, a jom ganin da houd », a drohas ar marhadour, « ha ma n’eo ket debret c’hoaz ganeoh, diskouezit aneañ din, ma welin hag-eñ eo ma hini n’eo ket ! »

    « Alors ça, ça reste à prouver » l’interrompit le marchand, « et si vous ne l’avez pa encore mangé, montrez-le moi, que je voie si c’est le mien ou non ! »

     

    Ha setu int d’ar hrañch, e leh m’emede ar pez a jome euz korv al lôn maro en-istribill ouz ar skeul. « Ahanta ! » a skrignas ar Bleveg, « war a welan n’oh ket gwall-anaoudeg war ah moh p’ho-peus kemeret ma hini doñv evid unan gouez ! Lavaret emeus deoh e oa besk ma ‘femoh hag hemeñ, êz eo gweled, n’eo ket keid e lost hag an hanter euz ma biz bihan. Du-pod eo ouspenn, ar pez a zo rouez  e touesk ar moh doñv. Din-me eo al  lôn, eta, ha n’eo ket da zen all !

    Et les voilà à la grange, où se trouvait ce qui restait de la carcasse de la bête morte, suspendue à l’échelle. « Eh bien ! » dit Bleveg sur un ton grinçant à ce que je vois vous n’êtes pas fin connaisseur, puis que vous avez confondu mon animal domestique avec une bête sauvage ! Je vous avais dit que mon cochon était anoure, et il n’est pas difficile de voir que la queue de celui-ci ne fait pas la moitié de mon petit doigt ! De plus il est tout noir, ce qui est rare chez les animaux domestiques. Donc cette bête morte est à moi et à personne d’’autre, mais je crains que vous ne l’ayez mon animal domestique avec une bête sauvage ! De plus il est tout noir, ce qui est rare chez les animaux domestiques... Donc cette bête est à moi et à personne d’autre !

     

    Med boulhet mat eo ganeoh, ‘m-eus aon... Bremañ selaouit, Yann ar Pichon, ma livrin deoh eun dra hag a zo heñvel ouz ar wirionez : n’on ket gwall-bôtr med, ma ne fell ket deoh e yafen da glask an archerien war ho tro, e dao deoh digoll ahanon ! Ar moh war droad a vez gwerzet, diouz pouez, kant lur al lur. Me ‘lakee hemañ d’ober kant hanter-kant lur pa oa beo. Setu ma tleit din pemzeg mil lur an arhant... Ha c’hoaz ‘ne gontan ket arpez a vije talvezet ouspenn, a-benn eur miz pe zaou ahann, rag boueta mad ha gwellaad founnuz a ree... »

    Mais je crains que vous l’ayez bien entamée, Yann ar Pichon, que je vous une vérité bien sentie : je ne suis pas un mauvais gars mais, si vous ne voulez pas que je vous envoie les gendarmes, il v falloir m’indemniser ! Les cochons sur pieds se vendent au poids, cent francs la livre. J’estime celui-ci à cent cinquante livres lorsqu’il était vivant, de sorte que vous me devez encore quinze mille francs... Et encore je ne compte pas ce qu’il aurait valu en plus, au bout de deux mois de plus, car il se nourrissait bien et engraissait rapidement... »

     

    Ken mezeg hag eul louarn bet tapet gand eur yar e chome dilavar ar houil, eur benn soñjezonou displuiz o troidellad dre e-benn. Anad e oa deañ bremañ ne oa ket bet morse ar pemoh maro eul lôn da boueza dreist kant lur, hag e klaske ar marhadour an tu d’e yenna p’e-nevoa kavet pleg wamañ. Klask a reas marhata, med ar Bleveg, ken penneg hag eur marh-mul, a zalhas ken kaled war e briz ma rankas Yann kodiana, gand an diviz, koulskoude, na gomzje egile da zen euz an taol droch a oa c’hoarvezet.

    Aussi honteux qu’un renard berné par une poule, le gros propriétaire restait sans voix, quantités de pensées déplaisantes tournoyait dans a tête. Il devait se rendre à l’évidence : jamais le cochon mort n’avait pu faire plus de cent livres, et le marchand cherchait à le coincer puisqu’i le tenait à sa merci, il essaya de marchander, mais Bleveg, aussi têtu qu’une mule, se cramponna tant et si bien au montant que Yann du capituler, à cette réserve près, toutefois, que l’autre ne parla à personne du coup foireux qu’il lui avait fait.

     

    En eur vond d’an ti da gerhad arhant d’ar marhadour, e houlenne outañ e-unan petra a lavarje an dud diwar diod-se. Kemeret e vije evid an arziodig ha eur berbellig ha grêt an ïo gantañ. Gwasoh c’hoaz pa rankje kaoud arhant digand Mai-Louj evid pêa ar Bleveg.

    En allant à la maison chercher de l’argent pour le marchand, il se demandait ce que diraient les gens sur son compte, si le bruit s’en répandait dans la paroisse. Il passerait pour un étourdi dénué de bon sens et serait la risée de tous. Pis encore, il lui faudrait demander de l’argent à Marie-Lou pour payer Bleveg.

     

    E bater noster e glevas a-zoare gand e wreg hag, e-keit ha ma tistroe ar marhadour d’ar gêr, laouen da veza grêt eun devez mad, e redas ar vaouez da di an Toulleg da houlenn ma vije rentet dei ar genterenn gig a oa bet sod a-walh he gwaz da roi deañ. Hogen an amezeg a nahas krenn seveni he goulenn, ar his-se emeañ, a oa bet roet deañ evid e zogoll euz e labour. Tabut ha trouz a oe, na petra ‘ta, hag e teuas Mai-Louj en-dro d’he zi, droug ruz enni, war-lerh he zro-wenn. Goude eur seurt reuz e redas an doare aneañ dre ar vro, rag an Toulleg a hastas bruda taol droch Yann ar Pichon hag, evel-se, eo e klevis ano aneañ

    Il eut droit à un sermon soigné de la part de son épouse et, cependant que le marchand s’en retournait à la maison, content d’avoir fait une bonne journée, la femme courut chez Toulleg réclamer le quartier de viande que son mari avait été assez bête pour refuser. Mais le voisin refusa tout net d’accepter cette demande, cette viande-là, dit-il lui avait été donnée à titre de compensation pour son travail, il y eut une bruyante dispute, cela va sans dire et Marie-Lou ayant fait chou blanc, revint alors hors d’elle à la maison. À la suite d’un tel  tapage, tout le pays eut vent de l’affaire car Toulleg s’empressa de faire connaître la bévue de Yann ar Pichon, et c’est ainsi que j’en entendis parler.

    © Le Vaillant Martial 

     

    Note de traduction : Les chasseurs parlent toujours de cochon et non de sanglier, un nom dérivé d’un adjectif Latin. En Breton, seul l’adjectif gouez (sauvage) marque la distinction entre ce dernier et l’animal domestique (doñv en Breton)

    « Un istor divyezhek – Une histoire bilingueDes Volcans dans La baie de Saint Brieuc »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :