• Al leue a zaou benn

    Al leue a zaou benn
    « a ‘ta Erwan penaos emañ ar jeu ganez [1] ?
    Distenger [2] ha ganez petra a nevez ?

    -     E ben, du-mañ, dec’h ar vuoc’h zu he deus halet ul leue daou benn dezhañ.

    -          O, va Doue benniet, daou benn ! Nag a draoù spontus en emgav en deiz a hirio, memestra ! N’eo ket droi [3] , kea, gant tout ar loustoni chimik-se a vez skuilhet war ar parkeier bremañ ! Ha patra ‘ti gant hennezh ma chom bev yantao ? Gwerzhañ anezhañ d’ar sirk bennak ?

    -     Ne rin ket, Savet e vo ‘touez ar re all.

    -     Gast, C’hoari ‘po sur a-walch !

    -     Alamour da betra ‘ta Heñvel-poch ouzh ar reall eo : daou benn deus evelto, eveldout-te, eveldon-me, evel an holl : ur penn a-raok hag ur penn a-dreñv ! »

    ~~~~~~~~~~~~

    Le veau à deux têtes
    « Et alors, Erwan, comment ça va avec toi ?

    -     Super, et avec toi quoi de neuf ?

    -     Eh bien, chez nous, hier la vache noire a vêlé et a eu un veau à deux têtes.

    -          Oh mon Dieu, deux têtes ! il en arrive des choses épouvantables de nos jours tout de même !  Ce n’est pas surprenant, n’est-ce pas, avec tous ces produits chimiques que l’on répand maintenant sur les champs ! Et qu’en feras tu, si du moins, il reste en vie ? Le vendre à un cirque quelconque ?

    -     - Non ! je l’élèverai avec le reste du troupeau.

    -     - Gast, tu auras beaucoup de mal surement !- 

    -          Pourquoi donc ? il est tout à fait semblable aux autres : il a deux têtes comme les autres, comme toi, comme tout le monde : une tête à l’avant et une tête à l’arrière ! »[4]

    © Le Vaillant Martial

     

     


    [1] penaos emañ ar jeu ganez ? : Littéralement, « Comment ça va toi », bretonnisme très couramment employé, tout comme « Comment que c’est avec toi ? », Ce n’est pas de l’argot mais une copie du Breton avec l’utilisation de la préposition « avec » [gant] omniprésente en Breton. Et de plus elle se conjugue, comme toutes les autres prépositions.

     [2]  Se prononce [distinguedd], s’emploie aussi en Français par plaisanterie, surtout dans le pays du Léon. Vient du Français « distingué », mal interprété. À une certaine époque, il était très chic de glisser quelques mots de Français, des fois mal compris dans des conversations en Breton. Nous trouvons le même cas aujourd’hui avec l’Anglais,  dans la langue Française. Dans d’autre régions bretonnes, bous pouvez entendre brutal ! À la place de disteñger.

    [3] Droi, en  Breton, signifie « bizarre », « dérangé », voire « inquiétant ». Ne pas confondre avec le « drôle » Français, synonyme de « marrant ». Il y a comme cela un bon nombre de faux amis, prêts à vous piéger quand on passe du Breton au Français.

    [4] La plaisanterie ne marche qu’en breton ( ar penn = la tête ) : ar penn a-dreñv, c’ est mot à mot, la « tête arrière », soit le « popotin », le derrière.

    « Le Lutin de la MareDaou vab ar pesketaer »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :