• Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz

    Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz
    Hadañ parkeier ed-du
    Sevel aout brizh-du
    Aet ‘oa ‘maez ar-c’hiz
    Mont dre ar ribinoù
    Riboul-diriboul da c’halwachañ-bro
    ‘Hed miliadoù ha miliadoù a henchoù,
    Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz
    E-giz kement ha kement a draoù all !

     

    Jetée aux orties la vieille coutume
    De semer du blé noir à plein champ,
    Jetée aux orties la vieille coutume
    Des troupeaux de Bretonnes pie noir,
    Jetée aux orties la vieille coutume
    D’aller par les sentiers cachés
    Monter et grimper, pérégriner, itinérant
    Le long des milliers et milliers de chemins
    Jetée aux orties la vieille coutume
    Comme tant et tant de choses !

     

    Aet ‘oa ‘maez ar-c’hiz
    Labourat al liorzh
    Patatez ‘leizh an douar
    Leun an daouarn,
    Melen, e-giz un torrad vioù !
    Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz
    Et siminal, pegañ
    Un dantad-tan da dommañ
    Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz
    Koñchennoù ar re gozh !

     

    Jetée aux orties la vieille coutume
    De travailler le potager
    Des patates à pleine terre,
    À pleine mains,
    Blonde comme une couvée d’œufs
    Jetée aux orties la vieille coutume
    De la flambée dans la cheminée
    Pour se réchauffer
    Jetée aux orties la vieille coutume
    Comme ragots de vieilles gens

     

    Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz
    Troadikellat war varc’h-houarn
    War-raok ! rod-stur dichal
    Ar c’harr-dre-dan saotrus
    Aet-oa ‘maez ar c’hiz
    Diwall glanded an dour sklaer
    Deus un eil puñs d’egile has-e-hed ar stêr
    Deus un eil lenn d’eebn, betek ar mor
    ‘Maez ar c’hiz
    Koñchennoù ar re gozh !

     

    Jetée aux orties la vieille coutume
    De pédaler à bicyclette
    En avant ! Volant indifférent
    La voiture qui souille
    Jetée aux orties la vieille coutume
    De préserver la pureté de l’eau claire
    D’un puits à l’autre et tout au long de la rivière
    D’un étang, le suivant, et jusqu’à la mer
    Dehors les vieilles coutumes
    Comme ragots de vielles gens !
    Jetée aux orties la vieille coutume

     

     Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz
    Chom er Vro da dreiñ boem
    Skuizh o selaou promenaoù aner
    O kontañ ar vioù ‘barzh revr ar yer !
    Setu, aet, int dre ar bed a-bezh
    Digalonekaet, diheñcher, divroet,
    Dreist Meurvor, dreist harz ha dreist ler,
    « Bara ha gwin » da c’hounounit
    Diviaz, diholen an amann,
    Krampouezhenn ebet, re bell ar pilligoù
    Gwastell ha kouignoù :
    ‘Maez ar gizioù pemdezick
    ‘Maez ar c’hiz
    Koñchennoù ar re gozh !

     

    De rester au Pays y retourner son sillon
    Fatigues d’écouter les promesses vaines
    Qui comptent les œufs dans le cul de la poule !
    Et ils s’en sont allés de par le vaste monde
    Découragés, désorientés, émigrés,
    Par-delà l’océan, au-delà des frontières, des lisières
    Pour gagner « pain et vin »
    Sans saveur, sans sel et le beurre,
    Plus de crêpes, trop loin les galettières
    Les grands gâteaux et les « Kouignoù » :
    Hors des coutumes quotidiennes
    Aux orties les vieilles coutumes
    Comme ragots de vielles gens !

     

    Aet ‘oa ‘maez ar c’hiz ...
    Maleürus ! War an dachenn, etre Breizhiz
    ‘Dreuz hag a-hed, chokat kaoz ar Vro
    Divezh a-grenn, leun a frankiz
    War un ton bras, mar plij,Allas, allas !
    Sklapet ‘voe pell, lorc’h ar sevenadur
    Momeder an amzer a-blom
    E-kreiz en dachenn ront ...
    ‘Maet ar c’hiz
    Koñchennou ar re gozh ?

     

    Jetée aux orties la vieille coutume
    Malheur en ce terroir, entre Bretons
    Mâcher et déclamer le parler du pays
    Sans vile honte aucune, largement libres
    Avec un bel accent, s’il vous plaît,
    Hélas, hélas !
    Il fut jeté bien loin l’orgueil de la culture
    Ce balancier du temps équilibré
    Au cœur de la place ronde
    Aux orties les vieilles coutumes
    Comme ragots de vielles gens ?

     

    Padal ... deut in en-dro war-wel
    Gwrizioù an dud mezhus
    Deut int en-dro, gizioù ar Vro frouezhus !
    War un ton kreñv da zañsal :
    Digor nraz d’ar festoù-noz
    Penn-da-benn d’ar bloaz,
    Digor-bras divskouarn ar vugale,
    Yac’h kreñv ar yezh dreist ar menez
    Youl vat gant an holl o valer
    War c’hlazenn ar c’hlann, war c’hlaz ar ridbl-dour,
    Un takad-bro da bep hini
    Dindan an heol, ar c’hresk sperius
    Dindan an loar, en he c’hann lintrus
    Ar preñv-gouloù a zigor-lagad
    Hag al lutun-noz da durlutat
    Peget int eo en-dro, ar gizioù kozh-Noe
    Lask flamm a vuhez
    Er c’hanved nevez !

     

    Pourtant ... elles sont revenues au jour
    Les racines de ces gens valeureux,
    Sur un rythme vigoureux, place à la danse :
    Portes ouvertes sur les festoù-noz
    Tout au long de l’année
    Écoutilles épanouies, les oreilles des enfants
    Robustesse de la langue par-delà les monts
    Belle ardeur des marcheurs
    Dans le vert des prairies, dans le bleu du bord de l’eau,
    Un coin de terre pour chacun
    Sous le soleil, la pousse féconde,
    Sous la pleine lune radieuse
    Le ver luisant ouvre son œil
    Et le lutin de s’agiter
    Ressurgissant les vieilles coutumes, vieilles comme Noé
    Élan flambant de vie
    En ce siècle tout neuf !

    © Le Vaillant Martial

    « Digor da beilhadennInterramant ar Garront Zuig »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


================================== 1- jssants.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== 2- jssaints.js (external javascript jsfile) ================================== ================================== -3 sants.html (html file) ================================== JavaScript code/Saint's Day
Breton calendar - Saint's Day : 
...Calendrier français :